Janvier 2009, le retour !

Souvenez-vous ! Le dernier jour de janvier dernier, je passais une fort triste nouvelle : la gente commerciale de l'immobilier avait encore une fois frappé ! Une pollution supplémentaire était venue souiller ma boîte aux lettres : Guy Hoquet s'y était mis, lui aussi, après tant d'autres. Guy Hoquet, lui non plus, n'avait pas su lire ma petite pancarte sur ma porte... J'avais du coup observé que le site de Guy Hoquet était assez complet, avec glossaire, liste de sites utiles...et j'avais ironisé en faisant observer qu'il y manquait peut-être les coordonnées d'un organisme de lutte contre l'illettrisme, histoire d'apprendre à lire ce qui est inscrit sur les boîtes aux lettres qu'on souille...

Eh bien, Guy remet ça ! Il remet une louche ! Et une bonne avec ça ! Regardez donc :

Sans_titre_1

En gros, Guy rend service et au vendeur et à l'acheteur ! Formidable, non ? Il est vraiment sensas, ce Guytounet ! Je suggère à la gente lambersartoise de veiller à sa canonisation ! Parce que, tout ça, il le fait gratis ! Si ! Si !

Le carton qui a souillé l'intimité de ma boîte aux lettres ce 4 mai 2009 explique que le vendeur va y gagner (parce qu'il aura pu, grâce à Guy, "attirer davantage d'acquéreurs" - je cite le verso du carton qui détaille les choses) mais aussi que l'acquéreur "attiré" va bénéficier d'un truc automatique et gratuit ! Guy, lui, on ne dit rien de ce qu'il gagne là-dedans. Comme c'est sûrement un honnête homme et qu'il ne saurait mentir par omission, je pense qu'il fait ça gratos, effectivement !
Je comprends mieux comme ça la constance de la souillure dont je me plains comme un idiot ! En fait, ce n'est pas une souillure, c'est un bienfait : tous ces gens qui veulent à tout prix constamment nous aider à vendre notre bien immobilier ne le font que par pur altruisme, par pure générosité ! Au lieu de me plaindre, je ferais mieux de les féliciter, même si je n'ai rien à vendre...

Ce n'est pas comme le bon maire de Lambersart qui, lui, est vraiment un professionnel de la communication, de celle qui embobine le bourgeois ! Lisez donc le ventre de une de News. Le bien-vivre au quotidien, supplément au magazine municipal n°50, de mai 2009.

Lambersart

Le titre nous dit que "la ville [de Lambersart] combat le logement indigne". La photo, qui représente une scène lambersartoise (apparemment signature d'une convention entre la ville de Lambersart et la CAF de Lille), nous dit, elle, qu'il s'agit de pas moins de "352 logements rénovés".

Lambersart_loupe

La légende de la photo, à peu près alignée sur le titre va y être fatalement associée par le lecteur peu scrupuleux, peu attentif - ce qui est le lot de bien trop de monde, hélas ! Et ce, bien qu'en fait les deux éléments d'information ne puissent pas être associés aussi simplement. Ici, Monsieur le Maire de Lambersart joue sur ses casquettes : il est aussi président de l'Agence Nationale de l'Habitat et, à ce titre, a signé par ailleurs avec des partenaires publics une convention qui devrait permettre la rénovation de 352 logements dans la région Nord-Pas de Calais. En fait, le nombre de logements concernés par le titre de l'article et la photo s'élève à 55 sur la période 2006-2008. On est assez loin des 352 sur une année ! Bref, la photo et la légende ne collent pas ensemble et leur association pourrait laisser penser que ... ! Si c'est pas de la manipulation de lecteur, ça !

Ceci dit, rien d'étonnant : Monsieur le Maire avait déjà vanté à ses petites ouailles, en janvier dernier, l'importance et l'efficacité des "techniques" de communication. Il appelait ça les ficelles du métier, sans qu'on sache précisément s'il s'agissait d'un métier de la communication ou du métier de la politique ? Mais cette question est-elle seulement intéressante ? Et la réponse est-elle si nécessaire que cela ?

Lambersartoises et lambersartois, vous pouvez continuer de dormir sur vos deux oreilles, la politique mensongère communicante veille sur votre bien-vivre au quotidien !


Par omission ou par confusion,
le mensonge vit très bien
et semble avoir de
beaux jours
devant lui.