Comme l'annonçait le site de La Chapelle des Flandres, les ensembles vocaux Coeli et Terra et Métamorphoses ont donné, dimanche 14 novembre, sous la direction de Juliette de Massy, LE concert de la célébration des 500 ans de la mort de Josquin Desprez. Cette manifestation marque également l'achèvement du projet Josquin l'Européen entrepris par Maurice Bourbon. Ce projet consistait en l'enregistrement de l’intégrale des messes deJosquin Desprez, trésor musical d’un génie du Nord par l’ensemble vocal Métamorphoses en première mondiale. Il s'est étalé sur une quinzaine d'années (2006 à 2021). L'ensemble du projet a bénéficié de l'appui du musicologue Jacques Barbier, qui a donné conférence samedi 13 novembre à la médiathèque de Roubaix.

L'ensemble est constitué d'une dizaine de CD, disponibles à la Chapelle des Flandres :

  1. Josquin et Venise, messes Mater patris, Di Dadi
  2. Josquin et Cambrai, messes Ad fugam, Amici (Régis Campo, autour du Credo Quarti toni)
  3. Josquin et Rome 1, messes L’Homme armé super voces musicales, L’Homme armé Sexti toni
  4. Josquin et Rome 2, messes La sol fa re mi, Gaudeamus
  5. Josquin et Ferrare, messes Hercules, Dux Ferrariae, Chascun me crie…même Hercule ! (Maurice Bourbon, autour du Credo Chascun me crie)
  6. Josquin et Condé sur l’Escaut, messes Pange lingua, De beata Virgine
  7. Josquin et l’Espagne, messes Fortuna desperata, Une musque de Biscaye
  8. Josquin et Milan, messes Ave maris stella, D’ung aultre amer (avec Maurice Bourbon, Tempus fugit… )
  9. Josquin et Bruxelles, messes Faysant regretz, Sine nomine
  10. Josquin et St Quentin, messes Malheur me bat, L’ami Baudichon

_DSC3393

Le concert du dimanche 14 novembre a permis d'entendre des extraits de la messe Malheur me bat puis l'intégralité de la messe L'ami Baudichon. Ces deux parties étaient encadrées par la déploration que Josquin composa en mémoire de son maître Ockeghem (mort en 1497), Nymphes des Bois, puis par la Déploration de Josquin composée en 2005 par Maurice Bourbon (enregistrée en 2009 avec les messes composées par Maurice Bourbon). Cette dernière oeuvre, très poignante, accompagnée par Bogdan Nesterenko à l'accordéon, constituait un magnifique point d'orgue à toute l'entreprise.