La question du rôle et de la compétence du formateur a été soulevée de façon récurrente, voire continue, dans les trois groupes thématiques[1], vous l'aurez compris.

Surtout dans le groupe qui a travaillé sur le lien dynamique entre Technologie de l'Information et de la Communication et Relations d'Apprentissage, le groupe TICRA. Normal, me direz-vous : d'emblée son objet a été défini en ces termes : Les relations formateur-apprenant, apprenant et TIC, formateur et TIC dans les projets qui mobilisent des médiations technique. L'un des objectifs assignés préalablement à ce groupe de réflexion était explicitement d'identifier les difficultés liées aux compétences des formateurs

On évoque en effet le manque de compétence et/ou de temps et/ou de moyens des formateurs pour intégrer les TIC dans leurs pratiques, pour opérationnaliser les bonnes idées d'intégration des TIC dans la pédagogie. Au fil de la discussion, il est même apparu que l'une des missions de ce groupe thématique-là pouvait être de convaincre les "formateurs-qui-ne-savent-pas-l'utilité-des-TIC" de l'intérêt qu'il y a à les intégrer dans leur pratique de formateur, de leur permettre de s'interroger sur ce que les TIC vont optimiser de leur pratique pédagogique actuelle et ce que les TIC vont apporter en supplément...

Ce qu'on peut dire, c'est qu'ici le formateur est immédiatement compris dans un jeu de relations. Et cette inclusion n'est pas le fait exclusif du groupe thématique TICRA. C'est une certitude qui a parcouru l'ensemble des vingt-et-une réunions thématiques : le formateur n'est jamais seul, il n'a de réalité qu'inséré dans un jeu de relations en plusieurs dimensions, à savoir

TICRA :

  • le formateur et l'apprenant,

  • le formateur et les TIC,

  • les formateurs entre eux [accessibilité des TIC aux formateurs pour une meilleure coordination pédagogique (entre formateurs)],

DEPP[2] :

  • le formateur et le projet de l'apprenant, les formateurs entre eux autour de ce projet,
  • les formateurs entre eux pour promouvoir ce qu'on a appelé le "croisement didactique",
  • le formateur et le fameux "tuteur-méthodologue",
  • "travail du formateur, travail social et travail du psychologue",

PEF[3] :

  • le formateur et les situations de travail des apprenants,
  • le formateur et le projet de l'apprenant (plus ou moins approprié d'ailleurs),
  • le formateur et les autres acteurs de la professionnalisation (tuteurs en entreprise, encadrement de proximité...) : le formateur comme metteur en scène... dans la production de compétences, dans la reconnaissance et la validation des compétences,
  • au sein de l'organisme de formation, l'articulation entre la fonction formateur et la fonction ingénieur de formation.

On est allé jusqu'à évoquer la nécessité d'une prise de conscience par les formateurs (l'équipe pédagogique au sens large) des multiples réseaux dont ils sont membres. Le formateur ne peut plus se cantonner dans sa didactique étroite ni se protéger dans une pratique étanche à tous les ruissellements de son environnement.


 

[1] Ce texte veut clore – de façon tout à fait provisoire et événementielle - un travail collectif mené par les permanents du CUEEP, réunis dans trois groupes thématiques de mai 2004 à février 2005…   
AJOUTS DU 30/03/05 :
cf. mon commentaire au petit mot d'Éric DELCROIX ; par ailleurs, je me dis après coup que la relative absence des enseignants-chercheurs tout au long de ce travail collectif qui aura mobilisé une cinquantaine d'heures - sans compter le temps que chacun a consacré à la préparation de ses interventions (grand merci aux deux ou trois qui ont participé !) - signifie que le collectif CUEEP n’est pas dans les priorités de ces "intouchables" universitaires, que l'idée même du CUEEP n'est pas dans l'horizon de leur préoccupation, voire simplement de leur pensée. Pour les anciens du collectif devenus enseignants-chercheurs, l’Institut n’aura donc été qu’un bien utile marchepied « repoussable » – voire devenu repoussant (ah, dialectique, quand tu nous tiens !) - une fois qu’on est parvenu à la hauteur ambitionnée...

[2] DEPP, second groupe thématique : Développement des expériences personnelles et professionnelles.

[3] PEF, troisième groupe thématique : Professionnalisation et Formation.

 

 

suite...