samedi 31 décembre

Meilleurs voeux !

bonne_ann_e_2006


Posté par brich59 à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sarkozus, collusionis rex, collusionarum collusio

Vous je ne sais pas, mais moi je suis extrêmement choqué par les déboires des gens qui ont comparé le programme sarkosien et le programme frontiste...
sarkozy030209La lecture d'un récent article de Catherine Corol- ler publié dans Libération de ce 30 décembre a ré- activé dans mon cerveau secoué (par ladite lecture bien sûr !) la profondeur contemporaine du mot 'collusion'. Et comme je doute toujours (en général - posture philosophique - et en particulier - j'ai la mémoire qui flanche...), j'ai ouvert mon Littré, qui dit ceci :
collusion,  s. f.
(kol-lu-zion. Lat. collusio)
Intelligence de deux parties qui plaident, mais qui ne laissent pas de s'entendre pour tromper un tiers. Dans le langage général, entente secrète entre deux ou plusieurs parties, pour faire préjudice ou simplement pour tromper
.
lib_30d_cMagie des dictionnaires qui fonctionnent hors du temps, hors des tempora- lités contingentes : Littré est bien vieux déjà et ce qu'il dit s.v. collusion m'éclaire sur le compor- tement de celui qui monte dans la politique française !
sarkozy_afp040225En effet, voilà un homme - un petit peu plus jeune que moi, ce qui me donne une petite avance sur lui en matière d'expérience de vie ! -, qui est tout à la fois second du gouvernement de la République française, premier du principal parti politique français et candidat au poste de premier de la République française... J'en passe, ne retenant que ses principales attributions qui sont en même temps les plus visibles.

sarkozy_guignolsEt ce qui saute aux yeux à la lecture de l'article de Libé, c'est qu'on a ici un système de collusion permanente entre les trois fonctions. Quand une des fonctions est mise en cause, voire mise à mal, l'une des autres fonctions vient à la rescousse pour sauver la mise... Dans le cas qui nous intéresse aujourd'hui, le candidat et le premier du premier parti politique sont malmenés par voie d'affiches placardées sur les murs franciliens, et c'est le second du gouvernement qui intervient, comme si dire ce qu'on pense du candidat-président constituait une atteinte caractérisée à l'ordre publique - dont le second du gouvernement est garant...

sarkozy_salutOn aurait même ici une sorte de collusion au carré ! Littré dit que la collusion est une entente entre deux personnes qui veulent, ensemble, rouler un troisième... Ici les deux personnes ne sont que deux visages d'une même personne !

esprit_des_loisJ'ai déjà dénoncé ce type de confusion volontaire, de collusion systématique dans le milieu de la recherche en sciences de l'éducation et de la politique formation (souvenez-vous : c'était à propos d'une méthode se drapant dans les critères de la scientificité et baptisée "recherche-action de type stratégique"). Je vois que c'est une façon de faire profondément ancrée dans la pratique politique... et qu'à chaque fois cela a un goût amer de totalitarisme.

Montesquieu reviens, ils sont toujours aussi fous !

Bonne année ! quand même !
En 2006 soyons plus vigilants que jamais!


Posté par brich59 à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 26 décembre

La galère du migrant (un article de Nord-Matin, éd.du 14déc.)

Le MRAP toujours sur la brèche à la Cité administrative...
« La galère du migrant »

nordmatin051214clich__4_
Le MRAP proposait hier
[mardi 13 décembre 2005] un petit-déjeuner de réconfort aux étrangers qui campent, parfois dès 4 h du matin, devant la Cité administrative pour l’obtention d’un titre de séjour. Histoire de mettre le doigt là où ça fait (encore) mal... En mai, l’accueil se fera rue de l’Hôpital Militaire.


« On a voulu mettre l’accent là-dessus, parce que le problème est loin d’être réglé », explique Louisette Fareniaux, responsable du comité lillois du MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples).

Dès potron-minet. c’est-à-dire dès 7 h du matin, des militants ont ap- porté un gobelet de café et une louche de réconfort aux « étrangers » qui font la queue au bas de la Cité administrative de Lille. parfois depuis des heures, souvent dans le froid, toujours dans l’obscurité...
Les grilles ne s’ouvrent qu’à 8 h 30 : il s’agit de prendre un ticket de rendez-vous pour le dépôt d’une première demande de titre de séjour, ou son renouvellement. Mais l’affluence est telle qu’il faut parfois revenir l’après-midi (à 13 h 30), voire un autre jour. D’où l’intérêt d’arriver parmi les premiers...

« Il y a des gens qui viennent de Douai. Qui prennent le train et passent leur nui ici, dehors », s’insurge Kateryna. Cette Ukrainienne aux beaux yeux bleus est venue de Lomme avec son mari, Damien. Ils attendent depuis 6 h du matin : une heure très raisonnable. Elle est arrivée en France en 2003, elle est déjà venue plusieurs fois à la Cité pour des demandes d’un an. Cette fois, il s’agit d’obtenir un titre de séjour de 10 ans. Ensuite, Kateryna demandera la nationalité française, ce qu’elle a toutes les chances d’obtenir, puisqu’elle est mariée depuis deux ans avec un Français. « J’ai vu attendre ici de vieilles religieuses de 80 ans... Et des femmes qui venaient avec de petits enfants enveloppés dans des couvertures », raconte Kateryna. « C’est inhumain. Il faudrait au moins établir des priorités ».

A la MEP, un colloque aujourd’hui [mercredi 14 décembre 2005] 

Inhumain ? C’était pire avant décembre 2002. À cette date seulement, le service d’accueil a pris ses aises dans l’ancien restaurant de la Cité. Et, il y a un an, on a construit un auvent, à l’extérieur: pour que la file d’attente, à défaut d’être protégée du froid et des courants d’air, soit au moins à l’abri de la pluie !

Chaque mois, le service accueille environ 4 000 « étrangers », venus de tout le département. Shiui, elle, veut passer les fêtes en Espagne : cette Chinoise à grosses lunettes étudie depuis quatre ans les mathématiques appliquées à Lille3. Chaque année, sa demande de titre de séjour transite par la Maison de l’Etudiant et ne pose pas de difficulté. Ce matin, elle vient chercher un « titre de voyage » qui lui permettra de regagner ses pénates lillois, après le séjour espagnol.

C’est à contre-courant que semble naviguer l’Algérien Samir: « Quand on vient de son plein gré dans un pays étranger, il faut se plier aux règles », estime-t-il. Ces heures d’attente, dans des conditions souvent difficiles, ne lui sont donc pas insupportables. Médecin diplômé en Algérie, il s’est inscrit à Lille2 pour se spécialiser en pneumologie...

Mais, quoi qu’il en soit, l’accueil des étrangers à la Cité administrative ne sera bientôt plus qu’un souvenir. En mai prochain, les services de la préfecture de Lille seront regroupés rue de l’Hôpital Militaire. dans l’ancien hôpital Scrive.. Une nouvelle organisation, apprend-on, sera mise en place pour l’accueil des étrangers, avec un système de rendez-vous...

Pour autant, les associatifs n’entendent pas faire retomber la pression. Un collectif (MRAP, LDH, CIMADE, Amnesty International...) veut organiser chaque mois un temps fort à la Cité administrative.

Aujourd’hui, le MRAP propose une série de conférences et de témoignages à la Maison de I’Education Permanente (MEP) de Lille, de 17 à 22 h, sur la « galère du migrant ». « Il y a une suspicion automatique à l’égard des étrangers. Et ça va être pire avec la nouvelle législation », constate Marie-Hélène Rigaud, membre d’Amnesty International. Restriction sur les visas, sur les ménages mixtes (avec une mise à l’épreuve de deux ans), sur le regroupement familial : les associations ne voient pas d’un bon oeil le durcissement de la législation, qui doit se poursuivre avec un tri plus sévère des étudiants candidats à l’exil et un contrôle des ménages, effectué dans les consulats des pays d’origine.

A.P.
article paru dans
Nord-Matin
,
le 14/12/05


Posté par brich59 à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 24 décembre

Joyeux NOËL !

Ainsi l'industrie musicale n'est pas contente !
Les députés ont adopté, mercredi 21 décembre, deux amendements permettant la légalisation des échanges de fichiers sur Internet. Du coup, ceux qui font leur beurre sur la tartine de l'industrie musicale râlent...

J'ai deux questions :

  • qu'est-ce que ça fait, en fait, que les députés aient adopté ces deux amendements ?

  • c'est quoi l'industrie musicale ?

trombonneOui, qu'est-ce que ça fait, en fait, que les députés aient adopté ces deux amendements ? Trois remarques, ici. Tout d'abord, ça fait longtemps que je ne crois plus au Père Noël et pourtant j'aime voir les enfants recevoir leurs cadeaux de Noël... Je ne crois plus à la sympathie des grands industriels et de leurs laquets politiques et pourtant je me réjouis du vote du 21 décembre ! Ne nous faisons pas d'illusion béate : le gouvernement va reprendre sa copie de plus belle et les députés gaudillots vont tous être là le jour J pour établir le droit de cuissage de l'industrie sur la création et l'expression artistiques...

Certes, il y aura la difficulté de la preuve. Quand la CNIL dit qu'il sera difficile de prouver que l'auteur de la contrefaçon est également le titulaire de l'abonnement à internet, je crois qu'il faut l'entendre et s'attendre, du coup, à du répressif hyper-musclé. Quand le droit n'est pas clair, la force vient souvent cacher l'obscur !

Et puis, enfin, on pourrait se dire que le gouvernement et son ministre de la Culture feraient mieux de prendre correctement en main le dossier de l'indemnisation des intermittents ! Car la version provisoire du nouveau protocole d'indemnisation, reprennant en grande partie celui de 2003, n'est vraiment pas du tout satisfaisant pour les artistes et du monde culturel en général. Là l'industrie musicale ne s'émeut pas !

Mais c'est quoi l'industrie musicale ?

distributionJe me souviens de l'article qu'Edgar Morin avait publié dans Le Monde à l'époque de Salut Les Copains pour montrer comment se mettait en place une industrie culturelle naissante... L'intérêt de cet article est certainement de nous ouvrir les yeux sur la réalité de la Culture dans le monde libéral, capitaliste et industriel... Relisez-le ! Ou alors allez au cinéma et, attendant la projection de Narnia, visionnant la bande annonce de Bambi2 ... et les publicités MacDo ou Kellogg's qui suivent, ayez le courage de poser la question : on fête quoi, là ? Un nouveau grand dessin animé réalisé à partir d'une œuvre de la littérature pour la jeunesse, une œuvre d'art qui propose de reprendre le fil de superbe dessin animé de Bambi - qui nous a tous charmé un jour - ou bien les hamburgers de l'horrible MacDonald et les céréales américaines ? On fête quoi ? des œuvres culturelles ou des "produits dérivés" ?

D'autre part, il semble que se mène ici un combat de sourds : il n'y a aucune corrélation entre la copie et la vente des CD... S'il y en a une, elle va dans le sens opposé de ce que craignent les magnats de l'industrie (les gens qui écoutent de la musique sur le Net, on envie d'acheter) ! Alors c'est quoi le problème ? On nous dit qu'une trentaine d'artistes (Vincent Delerm, Corneille, Johnny Hallyday, etc.) ont signé un texte commun pour préciser que le fait qu'ils se soient "opposés aux sanctions prises contre les internautes ayant téléchargé illégalement de la musique sur Internet"  ne signifiait "en aucun cas" qu'ils étaient "favorables à un système de licence globale". "Au contraire, nous estimons qu'elle menace la création et la liberté des artistes", précisent-ils dans un communiqué.

Ils sont où les artistes ?

Parce que, ceux que je connais, moi, c'est pas Delerm ou Johnny. Ceux que je connais, moi, ils ont un talent et un professionnalisme fous et pourtant l'industrie culturelle les ignore ! Ces artistes que je connais et que je vois créer et interpéter, ils font du spectacle vivant, pas de la mise en boîte de musique comme on mettrait en boîte des sardines à l'huile. Et que je sache, le problème de la contrefaçon ne se pose pas dans le spectacle vivant - sauf à se rendre compte, lors d'un concert, que le succès industriel de tel ou tel artiste est usurpé et ne correspond pas à ce qu'on attend d'un artiste, précisément...

L'art et la culture n'habitent pas primordialement l'industrie culturelle ! En tout cas, ils n'en sont pas l'apanage !

Alors qu'on nous lâche les basques avec ces histoires de copies contrefaçons piratages... Et qu'on ne nous dise pas encore et encore que la lutte contre la copie est finalisée par la volonté déterminée à faire respecter le droit d'auteur, "conquête de la Révolution française". Rien n'aurait-il changé en de deux siècles ? Et puis, d'autre part, Virgin aurait-il si bruyamment, si effrontément, si scandaleusement manifesté dans le lieu sacré de la République si le but ultime et principal de cette affaire était le droit des auteurs ?

Les vrais pirates, les authentiques spolieurs ne sont pas ceux qu'on dit !

Par rapport à la culture (vivante, humaine, réelle, etc.), l'industrie culturelle est de l'ordre de l'épiphénomène. Le problème est que, dans notre monde capitalistico-libéral, l'épiphénoménal, quand il est d'ordre économique, finit par dicter sa propre loi au réel, à l'humain... !
J'ai lu un jour quelque part que vivre pour obéir aux impératifs économiques n'était que survivre. Alors

J O Y E U X    N O Ë L
et bonne survie !

Pauvres de nous ! ! ! ! !


Posté par brich59 à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 21 décembre

Formation : on connaît la chanson !

lemonde21d_c05Mozart en tête de gondole ! Formidable ! Formidable mais à quel prix ! Non, pas combien ça coûtera à la personne qui veut acquérir l'intégral Mozart dans sa grande surface chérie ! Non ! Je demande combien ça coûte à la musique, à l'art, à Mozart !
Dans Le Monde daté du 21 décembre, Patrick Zelnik et Louis Bricard, renvoyant à un article du Monde daté du 12 novembre 2005 ("Tout Mozart pour 99 euros"),  avancent un problème important : celui de l'abolition des distinctions dans le marché économique de l'esprit. À force de traiter toutes les marchandises de la même façon, le capitalisme assèche tous les ruisseaux de la création humaine.
Sous prétexte que "quelque chose" peut être reproduit à l'infini , sa rareté diminue et son "prix" fond comme neige au soleil.
argentQu'on se rassure, il y aura tout de même des gens pour en tirer un profit sonnant et trébuchant ! Y a une justice quand même ! D'ailleurs, c'est à se demander si tous ces fameux pirates kazaamaniaks ne sont pas de fait du même acabit que ces vendeurs d'intégrales en tête de gondole, mais en mieux, en plus morale puisque, ce faisant, ils n'emplissent a priori pas leur coffre-fort. On dit de ces gens qu'ils sont pirates, voleurs, qu'ils spolient les créateurs... Erreur, ils ne spolient que les vendeurs, qui, eux, en règle générale, spolient bel et bien les créateurs et les interprètes... Ces vendeurs qui ont le culot d'intervenir en séance parlementaire pour "promouvoir" LEUR façon de faire, LEUR façon de SE faire du blé sur le dos des créateurs et interprètes ! Si ! Ils l'ont fait hier, avec des badges parfaitement officiels offerts par le Ministre de la Culture ! Ils ont offerts aux députés des cartes promotionnelles pré- payées pour leur permettre de télécharger des morceaux de musique ! Formidable et scandaleux : de la corruption d'élus en plein jour et dans le sanctuaire de la République et avec la bénédiction du gouvernement ! Je ne vous dis pas ce qui a dû se passer sous les tables ...
Saint Marché priez pour nous, nous sommes perdus !
De toutes façons, avec ou sans la complicité de Monsieur le Ministre, je pense qu'ils vont être exaucés, puisqu'ils détiennent l'arme suprême : ils embauchent des gens, ils maîtrisent l'emploi ! Le voilà le chantage absolu du capitalisme ! Je crée des emplois, je maintiens des emplois, etc., alors laissez-moi faire ce que bon me semble, y compris licencier ou mal rétribuer le travail fourni, etc., sinon je licencie et je reprends mon blé.

Moi qui travaille dans le secteur de la formation continue, je peux vous dire que la dégradation de la qualité de vie et de production pour raison économique n'est hélas pas le privilège de la culture : la mise sur le marché de l'activité pédagogique conduit trop souvent et insidieusement à un type de pratique où le moins disant financier est considéré comme mieux disant et où le renouvellement des marges de créativité et d'innovation est largement compromis par un fonctionnement économique qui donne fatalement raison à ceux qui détiennent les capitaux. Il y a quelque dix vingt ans, on avançait, avec un air de triomphe, l'idée d'une industrialisation de la formation, rendue possible par la maîtrise du multimedia et son usage en production pédagogique... Malheur de nous ! Le doigt était déjà dans l'engrenage et le tocsin sonnait déjà pour qui voulait bien y prêter attention.
affiche_oeufsEn fait, tout vient de ceci que

l'argent est roi en ce monde

et que

l'argent n'aurait pas d'odeur

- ce qui permet de conclure que l'argent pour lutter contre l'illettrisme est le même que l'argent pour faire du profit en tête de gondole. Saint Marché, pardonnez-moi ! Mais je pense que l'argent a une odeur : il peut puer le truand ou fleurer bon l'humain. L'argent investi par un vendeur d'armes (vous avez vu que la France se défend plutôt bien sur ce registre-là, derrière les américains et les anglais ! C'est quand même un pays formidable, la France !) n'a pas du tout la même odeur que l'argent investi par un Conseil Régional pour développer la création pédagogique qui permettra de toujours mieux lutter contre les situations d'illettrisme qui parsèment le territoire français !
Et quand on voit le marché de la formation se couvrir d'atours langagiers qui n'ont rien à envier au marché des aliments pour animaux, on peut craindre le pire... On en vient aujourd'hui à parler de "qualification durable". On voit le tableau. On devine le panneau publicitaire de dans quelques années :

Obtenez votre qualification durable sans effort
grâce à la méthode tsouintsouin,
trois heures à -50% !
Renseignez-vous
chez votre concessionnaire le plus proche
!
Profitez-en !

Et Joyeux Noël !


Posté par brich59 à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 20 décembre

La (vieille) chouette et le chat

L'autre jour, un groupe d'adolescents a assisté à une scène étrange et choquante.

twistUn jeune faisait la manche dans le courant d'air froid des rues glaciales de Lille, un chat sur les genoux... Une vieille dame passe. Elle s'approche du gamin pour lui tendre une pièce et lui dire haut et fort que cette pièce n'est pas pour lui mais pour le chat... L'enfant est resté impassible, acceptant la pièce sans mot dire, sans maudire cette vieille chouette à l'esprit tordu et au coeur humainement sec. Il a agi en professionnel, me rappelant des scènes d'un autre temps, d'un autre âge (relisez Oliver Twist !).

On dit que la sagesse vient avec l'âge. On dit même qu'elle serait le privilège de l'âge ! La consonnance entre 'âge' et 'sage' y invite, il est vrai, portant le (faux) message d'une belle connivence entre âge et sagesse... Mais les adolescents ne s'y sont pas trompés, qui ont gourmandé haut et fort  la vieille dame en termes choisis et avec toute l'impertinence qui convenait !
oliver_twistBravo les petits !

La vieille dame avait dû entendre ce bon Nicolas (non pas le Saint Nicolas ami des enfants sans distinction !) qui ne cessait hier sur France Inter d'opposer ceux qui travaillent aux autres, sans dire positivement de qui il s'agit d'ailleurs : handicapés dans l'incapacité de tra- vailler, travailleurs mis au chômage pour satisfaire les boursicoteurs, retraités au pouvoir d'achat peau de chagrin, enfants aux mains de gangs à la Oliver Twist, etc.
Il oppose "la France qui travaille" à ...
Gare à nous, le Maréchal-nous-voilà n'est pas loin !

Joyeux Noël ?


Posté par brich59 à 09:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 19 décembre

La Nativité - La Vierge à l'Enfant

noct_22decSpectacle vocal
de Maurice Bourbon

avec le chœur
Cœli et Terra

jeudi 22 décembre 2005

au Palais des Beaux Arts
de Lille

Sur un fil musical continu d'une heure (œuvres du XVI° au XXI° siècles), à la découverte des acoustiques naturelles du Palais des Beaux Arts de Lille.

[cliquez sur l'image pour l'agrandir]

De 18h30 à 19h30 et de 19h30 à 20h30 : interventions dans les salles d'exposition et dans l'atrium.

De 20h30 à 21h30 : concert spatialisé "sur un fil" dans la galerie d'accueil.

Une production de l'association La Chapelle des Flandres.

ATTENTION : nombre de places limité -> venez à l'heure !


Posté par brich59 à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 16 décembre

La pauvreté se répand... c'est sûrement à cause des pauvres !

Quatrième région de France par le volume des richesses créées, le Nord-Pas-de-Calais garde toutefois l’image d’un territoire touché par la pauvreté. L’explication est à la fois économique et démographique : l’accès à l’emploi moins généralisé, conjugué à la jeunesse de la population, conduit à un déséquilibre entre les ressources disponibles et le nombre de personnes à charge pour de nombreuses familles de la région. Pour répondre à ces difficultés, près de 10,9% de la population régionale bénéficie d’un minimum social, une proportion de 3 points plus élevée qu’en moyenne nationale.

profils_inseeC'est ainsi que l'INSEE résume une étude récente sur les conditions de vie en région Nord-Pas de Calais.

Soyons plus précis, avec un résumé un peu plus fourni :

DE LA RICHESSE DU TERRITOIRE AUX RESSOURCES DES HABITANTS

Un territoire qui génère beaucoup de richesses, mais peu par rapport à ses habitants

Avec un produit intérieur brut (PIB) de 81,5 milliards d’euros en 2003, le Nord-Pas-de-Calais est la quatrième région française en termes de richesse créée. Cependant, une fois rapporté à la population, ce montant s’élève à 20 253 euros par habitant, soit 11% de moins qu’en France de province.

L’analyse des revenus fiscaux des ménages confirme le niveau plus faible de ressources pour une partie de la population du Nord-Pas-de-Calais. En effet, s’il y a peu de différence au niveau des revenus des habitants les plus aisés de la région par rapport à la France de province, les habitants les moins aisés de la région, définis comme les 10% de la population aux ressources les plus faibles, déclarent en 2003 moins de 4 486 euros par an par unité de consommation, valeur inférieure de 22% à celle de province. Ainsi l’éventail des revenus en Nord-Pas-de-Calais est ouvert « vers le bas ».

Des salaires identiques aux autres régions mais un accès à l’emploi moins généralisé

Les salaires, qui composent les deux tiers des revenus fiscaux, sont au même niveau que dans les autres régions. Cependant, bénéficier d’un salaire implique d’avoir un emploi. Le taux de chômage dans le Nord-Pas-de-Calais, et plus particulièrement le chômage de longue durée, est depuis une quinzaine d’années toujours supérieur de trois à quatre points à celui du reste de la France. De plus, la part des adultes se portant sur le marché du travail, appelé taux d’activité, est parmi les plus faibles du pays. Ceci est dû à une plus faible participation des femmes au marché du travail et à une part élevée de jeunes adultes dans la région. De surcroît, le nombre de personnes dépendant de ces revenus est plus élevé dans la région.


voixnord La Voix du Nord de ce vendredi 16 décembre annonce les résultats de cette étude en ventre de Une en termes plus directs :

NORD-PAS DE CALAIS

La précarité augmente, les inégalités se creusent.  Même les salariés ne trouvent plus à se loger.

UNE PAUVRETÉ QUI S'INSTALLE

Cruel paradoxe...

Le paradoxe en question, c'est l'écart entre richesse et pauvreté, écart dont la dynamique est de se creuser encore et encore, comme par une force endogène... Premières explications en Une, dossier en page 2... Merci aux journalistes de faire ressortir les points saillants de l'étude et de nous montrer que le libéralisme qui préside aux destinées du Monde fonctionne à merveille, enrichissant les riches et apprauvrissant les pauvres... Comme au Monopoly, quoi ! Et il est bien connu que ceux qui perdent au Monopoly sont ceux qui ne savent pas jouer... Encore qu'au Monopoly, en début de partie, tous les joueurs se voient allouer les mêmes ressources...

L'étuide est (pdf).


Posté par brich59 à 23:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 11 décembre

Un nouveau blog

Un blog vient de naître :
"Education Permanente Et Formation d'Adultes".

visu_navd

Souhaitons-lui une longue vie
avec plein de lecteurs et de contributeurs !

 

Tout est daté du 9 décembre, c'est-à-dire d'avant-hier. L'auteur(e) ne se présente pas formellement. Il doit s'agir d'un groupe d'étudiants en Sciences de l'éducation à Paris8 et travaillant sur les métiers en relation avec l’éducation permanente et la formation des adultes...

Pour l'instant, quelques messages ont été postés.
Les voici en ordre rétrochronologique :

  • Annexe Les organismes et sigles
    Pour procéder a la recherche des organismes et sigles dans l’éducation permanente et la formation des adultes, on a pensé à mettre en base des critères qui peuvent nous servir et faciliter notre travail. La plupart du temps on emploi l’éducation permanente comme synonyme de le la formation des adultes voire de formation continue, ces termes n’étant pas toujours eux-mêmes utilisés d’une façon très rigoureuse. C’est pourquoi en premier lieu, il a fallu déterminer les champs de notre recherche. La première idée est de chercher dans deux champs spécifiques : éducation permanente et formation des adultes. Est-ce qu’il est existe des organismes et sigles propres à ses deux champs de recherche ? Après une première recherche on a pu relever les différentes catégories de l’éducation permanente et formation des adultes : Education permanente, formation continue, formation des adultes, formation à distance, formation professionnelle, formation en alternance.

  • Annexe Fiches Métiers
    Notre sujet porte sur les métiers en relation avec l’éducation permanente et la formation des adultes. Nous allons, ici, vous présenter les différentes fiches qui s’y rapportent. Nous avons distingué 5 catégories : le social, la justice, la santé, les loisirs, l’enseignement et la formation pour adultes. Pour élaborer ces catégories nous avons présélectionné une vingtaine de métiers et nous les avons différenciés à travers six parties citées plus haut. Par ailleurs, nos fiches ne se rapportent pas seulement aux métiers en rapport avec l’institution scolaire. Ainsi notre travail ne comprend pas les métiers formels de l’éducation comme par exemple les professeurs.

  • Liste des sites Internet consultés
    Rubriques de la liste : Définition / Informations générales / Formation continue / Formation professionnelle / Formation à distance / Organismes / Métiers / Fondateurs / Théories / Méthodes / Histoire / Lois.

  • Citation

  • Chronologie
    Nous avons établi des critères de sélection pour les dates qui forment notre chronologie à travers une définition de l'éducation permanente qui prend en compte quelques dates importantes des lois qui organisent le système éducatif actuel pour les enfants et les adultes mais également des lois sur le travail. Nous avons pris en compte les fondateurs de la notion d'éducation permanente.

  • Introduction à l'éducation permanente et à la formation d'adulte
    Au sujet du cours dispensé par monsieur LE GRAND Jean Louis, Université Paris8 Saint Denis 93.

Les étudiants en Sciences de l'éducation et en ingénierie de la formation continue trouveront sûrement là une source intéressante d'information et de documentation... ; à suivre donc.


Posté par brich59 à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 10 décembre

DÉFENDONS NOS DROITS ET LIBERTÉS !

signez

 

APPEL :


DÉFENDONS


NOS DROITS ET LIBERTÉS !

 

L'URGENCE : décembre 2005

LES RISQUES : des restrictions abusives aux libertés publiques au profit exclusif de quelques monopoles économiques et financiers

LA MOBILISATION CITOYENNE : pour défendre la libre diffusion de l'information et de la connaissance, pour s'opposer au verrouillage généralisé de la culture et de la connaissance.


Novembre 2005 - Le gouvernement français a déclaré l'urgence sur le projet de loi DADVSI (Droits d'Auteur et Droits Voisins dans la Société de l'Information – n°1206), qui doit transposer la directive EUCD  (European Union Copyright Directive – 2001/29CE).

Ce projet de loi doit être examiné en décembre 2005 par le Parlement au cours de deux séances de nuit rapprochées. Si ce projet est adopté en l'état, des conséquences sociales, économiques, stratégiques et démocratiques seraient majeures et irréversibles. Ces conséquences frapperont tout utilisateur de données numériques dans sa sphère privée, personnes physiques et morales (associations, sociétés, administrations).

n'oubliez pas de signer !


Posté par brich59 à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]