samedi 24 février

Où il est question de la nouvelle Pythie Schumpeterienne.

Excellent billet au sujet de "l'autel ripoliné de la "disruption" qui est la nouvelle Pythie Schumpeterienne d'une destruction créatrice dans laquelle à défaut de savoir vaguement ce que l'on veut créer on sait en revanche parfaitement ce que l'on veut détruire et comment on va s'y prendre."

Excellent billet à la fois pour ce qu'il dénonce et pour ce qu'il préconise...

Billet à mettre entre toutes les mains malgré les gros mots qui l'agrémentent 😉.

C'est ici.


 


lundi 06 mars

Le patrimoine culturel à l’ère de la numérisation : EGIDE'17

EGIDE1

Mardi 15 mars, les étudiants du master GIDE de l'université de Lille et leurs enseignants vous invitent à leur journée d'étude annuelle, cette année sur la thématique suivante : Le patrimoine culturel à l’ère de la numérisation : innovations techniques, défis politiques.

Ça se déroule aux Archives nationales du Monde du Travail, à Roubaix (métro Eurotéléport). Toute l'information est .

L'ADBS Hauts-de-France soutient cette manifestation et vous propose en guise de mise en bouche bibliographique ce petit document (cliquez sur l'image à gauche).

 


 

Posté par brich59 à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 29 juin

Plagiat académique : une synthèse pour l'action responsable

BergadaàQui dit “plagiat universitaire” dit Michelle Bergadaà - et réciproquement et depuis longtemps.

Tout semble commencer en 2004, avec le fameux appel du 31 mars[1] qui commence par ces phrases :
Chers collègues, chers étudiants, chers amis,
Un point me préoccupe ; j'ai besoin de votre aide
.”
Plus loin, “Internet : un fabuleux espoir pour la connaissance et un immense risque de souffrance. J'assume. Je suis responsable d'avoir laissé mes étudiants jouer au « Lego » de la connaissance sur Internet sans guides moraux et spirituels. Que deviendront-ils dans la vie active ? Des joueurs de "Enron" et de "Parmalat"?

Un mois plus tard, un travail collectif s’organise et s’outille au sein de l’Université de Genève. Les échanges foisonnent qui finissent, au fil des mois et des années, par fertiliser la volonté collective de construire de la connaissance sur la question. Mais dès mars 2004, les termes sont posés : on est dans l’action, c’est-à-dire la responsabilité (celle de l’enseignant, celle de l’étudiant) et la déontologie - qui ne s’impose pas mais se discute.

Les questions ne manquent pas. De quoi parle-t-on ? Qu’est-ce que le plagiat ? Pourquoi et comment plagie-t-on ? Comment les enseignants vivent-ils le plagiat de leurs étudiants ? Que fait-on dans l’institution académique pour prévenir le plagiat ?

Début 2006, Michelle Bergadaà co-signe une étude de la signification de “plagiat” et de “copié-collé” pour les étudiants eux-mêmes. L’enquête, démarrée en 2004, conclut à la caractérisation de cinq profils étudiants, du non-plagieur au fraudeur, en passant par le bricoleur, le tricheur et le manipulateur. À chacun de ces profils correspond une appréhension nuancée de ce qu’est la “responsabilité académique”. On retrouvera cette typologie tout au long des travaux de l’auteur, jusque dans notre ouvrage (chapitre 3), où l’auteure insiste sur la nécessité d’identifier le profil du plagieur avant d’entreprendre quoi que ce soit et de signifier les normes et les valeurs éthiques.

Du point de vue de l’institution universitaire, la question est celle de l’”intégrité académique”. Mais pas n’importe comment. Le rapport de 2008 sur La relation éthique-plagiat dans la réalisation des travaux personnels par les étudiants[2] produit par la commission Éthique-Plagiat de l’Université de Genève que préside notre auteure, est clair sur ce point, précisant l’idée que la déontologie en la matière ne saurait s’imposer : “Le leitmotiv de ce rapport est qu’il va [...] nous falloir être créatifs pour imaginer, dans ce contact quotidien avec Internet, la mise en œuvre concrète de nos valeurs et de nos normes universitaires avec – et non contre – nos étudiants.” Aussi bien le problème n’est-il pas de l’ordre du droit. Les douze pages de l’annexe 1 de notre ouvrage exhibe la “difficile coordination” entre le juridique et l’académique.

Reste que, comme disait l’auteure en 2011[3], au sein des universités françaises, “il revient à chaque enseignant d'assurer lui-même la lutte contre le plagiat et il n'y a pas de position commune, ni de règle systématique.”

D’où cette saine croisade de Michelle Bergadaà et tous ses “collaborateurs” de la francophonie, lancée voici douze ans, armée d’un site web et tracée par de nombreuses publications - dont ce livre, qui fonctionne comme une synthèse pour l’action responsable.


Posté par brich59 à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 31 mars

Learning Center INNNOVATION


Posté par brich59 à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 09 janvier

L'ADBS, présente à la Web Master Week (Lille3)

L'ADBS sera présente de plusieurs façons lors de la Web Master Week organisée sous l'égide active d'Éric Delcroix.

  • lundi 9 janvier, à 13h30 : présentation de l'association par son délégué régional Nord-Picardie (votre serviteur)
  • mercredi 11 janvier, à 13h30 : deux adhérents de l'ADBS avaient participé en 2005 à la première rencontre Blog en Nord sur la question de l'utilisation des blogs... ; ils parlent à nouveau de tout ça (Willy Tenailleau et votre serviteur)
  • même jour mais à 15h30 : Bruno Bernard Simon, ancien étudiant de l'UFR IDIST et membre actif du bureau régional de l'ADBS, et Loïc Lebigre, membre de la délégation permanente de l'ADBS, particulièrement chargé des questions de formation et de qualifications, échangeront avec Éric sur l'évolution des métiers de la documentation.

À noter que le GFII participe également à l'événement.


Posté par brich59 à 12:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 06 janvier

Expérience et professionnalisation dans les champs de la formation, de l’éducation et du travail

« Expérience et Professionnalisation dans les champs de la formation, de l’éducation et du travail : état des lieux et nouveaux enjeux »

CIREL EA 4354 Université de Lille 1, Université de Lille 3
Villeneuve d’Ascq, Cité Scientifique
les 26-27-28 septembre 2012

Le colloque international a pour objectifs :

  • d’aborder la problématique de la connaissance et de la valorisation de l’expérience sous des formes plurielles (la VAE étant une modalité particulière de valorisation) dans le champ du travail et dans une perspective de professionnalisation. Comment l’expérience est-elle prise en compte dans le marché du travail et au-delà des discours, quel statut a-t-elle en gestion des ressources humaines dans les entreprises ? Dans la délivrance et la valorisation du diplôme ? Dans le rapport à ce que l’on nomme compétences au regard du marché du travail ? Dans l’insertion professionnelle des jeunes ? …
  • d’identifier et mieux cerner les théories et les paradigmes actuels convoqués et/ou constitutifs de l’expérience et de la connaissance dans les pratiques et dispositifs de valorisation-validation, dans l’acquisition-construction (voire la production) des connaissances et des modes de travail pédagogiques et didactiques.
  • de dégager des perspectives renouvelées : théoriques, méthodologiques et pratiques de recherches tournées vers les rapports entre formation et emploi, savoirs de l’action et savoirs académiques, entreprise et institution éducative, système productif et système éducatif.

Trois axes de travail constituent le cadre de questionnement dans lequel les contributeurs sont invités à intervenir :

  1. Place de l’expérience dans les processus de construction des savoirs et dans les modes de travail pédagogique et didactique.
  2. Place de l’expérience dans le marché du travail, dans les pratiques de gestion des ressources humaines et dans la production et transmission des compétences.
  3. Place de l’expérience en quête de reconnaissance et de validation-certification.  

Ce colloque scientifique s’adresse aussi bien aux chercheurs universitaires de différentes disciplines (Sciences de l’Education, Gestion, Sociologie, Psychologie, Economie…) et de différents pays (France, Belgique, Suisse, Espagne, Portugal, Canada) qu’aux praticiens de la formation et de la gestion des ressources humaines.

http://cirel.recherche.univ-lille3.fr/experience2012/

Appel_à_communication et Modalités_de_soumission_et_Calendrier

Les partenaires

cirel

CHA-1

Lille1
 
CUEEP

lille3


jeudi 22 septembre

Le CUEEP de Lille rejoint la cité scientifique de Villeneuve d'Ascq

Depuis le 12 septembre 2011, le CUEEP (Centre Université - Économie d'Éducation Permanente) de Lille a installé son siège social ainsi que les formations qui se déroulaient à Lille (anglais, français langue étrangère et relations humaines) dans le bâtiment B8 de la cité scientifique de Villeneuve d'Ascq.
Les autres formations proposées au public restent dispensées dans les bâtiments B5 et B6, déjà positionnés sur le campus ou dans les sites préexistants de Tourcoing et de Sallaumines.
Créé en 1968 sur la volonté de prendre en compte les besoins de formation des individus et des organisations, le CUEEP est un institut de formation continue, composante de l'Université Lille 1, intervenant à tous les niveaux, de l'enseignement général à l'enseignement professionnel.

Communiqué Lille1

La nouvelle adresse postale est la suivante :

Université de Lille1
Cité scientifique
CUEEP-Bâtiment B8
59655 Villeneuve d'Ascq cédex

Pour s'y rendre : métro Cité scientifique et suivre ce plan.


 

Posté par brich59 à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 10 mai

Techniques documentaires : formations courtes en région

Deux actions de formations sont organisées par le CUEEP sur la recherche d'information :

Par ailleurs, l'ADBS Nord propose une formation de cinq jours pour s'initier aux techniques documentaires. C'est dans la semaine du 5 décembre 2011.

PENSEZ À Y RÉFLÉCHIR ET À EN PARLER À VOTRE EMPLOYEUR
DÈS MAINTENANT !

Le plus tôt est le mieux. Et si vous souhaitez des renseignements sur la formation aux techniques documentaires en région Nord, n'hésitez pas à me solliciter...


 

 

dimanche 27 février

Des enfants de l'IME Lino Ventura mis "en scène" par des étudiants du CUEEP

Jeudi 26 janvier, 13 heures. Quatre étudiants du CUEEP (Université de Lille 1) projettent devant les salariés de l’IME Lino Ventura le film qu’ils ont réalisé dans le cadre de leur licence professionnelle. Apparaissent à l’écran les enfants du groupe Scaramouche pris en charge lors d’ateliers éducatifs mis en place à l’interne mais aussi dans une structure extérieure à l’IME. Apparaissent également quelques traits de la déficience intellectuelle dont sont porteurs ces jeunes enfants. Apparait enfin dans sa réalité la plus sobre et peut-être la plus parlante le travail éducatif inscrit dans un quotidien où s’articulent éducatif, social et médico-social.
20 minutes de film pendant lesquelles les personnels de l’IME font silence ou s’autorisent simplement à rire tellement les enfants qu’ils connaissent si bien sont attachants. Mais le silence semble surtout cacher l’émotion des uns et des autres.
Quatre étudiants, donc, qui pour valider un module intitulé Technique de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement ont obtenu l’autorisation de la direction de l’IME et des parents pour suivre courant novembre 2010 quelques moments de la vie de sept enfants inscrits dans l’établissement. Ce film, sobre et sans fioriture, s’avère être d’une grande qualité, tant sur le fond que sur la forme.

Philippe Crognier, directeur de la recherche et de l’évaluation à la Sauvegarde et Denis Van Lancker, directeur de l’IME Lino Ventura, présents lors de la projection du film, ont chaleureusement remercié, au nom de la Direction générale et de La Sauvegarde dans son ensemble, ces quatre personnes, aussi émues finalement que ne l’étaient les salariés présents. Il a également remercié tous les professionnels de l’IME qui ont permis que ce film soit réalisé.

L’accord des parents est à nouveau nécessaire maintenant pour ce film puisse être mis en ligne sur le site de La Sauvegarde et puisse ainsi être visualisé par l’ensemble des salariés. Philippe Crognier espère que cet accord sera donné car, dit-il « tout le monde a à gagner à découvrir et à comprendre comment se travaille au quotidien l’éducatif avec ces jeunes enfants ».
Notons enfin que ce travail réalisé avec le CUEEP est en parfaite cohérence avec la volonté exprimée par le Conseil d’administration de La Sauvegarde, celle de faire de l’Association un véritable site qualifiant. Dans le cadre précis de ce projet, le partenariat Sauvegarde/CUEEP permet ainsi à des étudiants d’acquérir des connaissances techniques (vidéo) et « éducatives » (découverte de l’accompagnement de jeunes enfants relevant des annexes 24 DI). En retour, le film réalisé vient réinterroger les pratiques, les mettre à distance, et valoriser le travail réalisé par les professionnels de La Sauvegarde.
Gageons que d’autres initiatives de ce type seront mises en place à l’ADNSEA.

[reprise de http://www.lasauvegardedunord.fr/internet/]


Posté par brich59 à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,