samedi 24 février

Où il est question de la nouvelle Pythie Schumpeterienne.

Excellent billet au sujet de "l'autel ripoliné de la "disruption" qui est la nouvelle Pythie Schumpeterienne d'une destruction créatrice dans laquelle à défaut de savoir vaguement ce que l'on veut créer on sait en revanche parfaitement ce que l'on veut détruire et comment on va s'y prendre."

Excellent billet à la fois pour ce qu'il dénonce et pour ce qu'il préconise...

Billet à mettre entre toutes les mains malgré les gros mots qui l'agrémentent 😉.

C'est ici.


 


mardi 07 juin

Avis aux anti-grèves

13254268_1568556923447680_4936772008626672290_n

Un commentaire ?


 

mercredi 13 janvier

Les traités de libre échange : des conséquences sociales et écologiques sans précédent

ATTAC et les Amis du Monde diplomatique vous invitent

le lundi 25 janvier à 20h,
Scène nationale de la Rose des Vents,
boulevard van Gogh à Villeneuve d'Ascq
métro Hôtel de ville

Pour une conférence-débat sur le thème :
Les traités de libre échange : des conséquences sociales et écologiques sans précédent

avec

  • Maxime Combes, économiste, membre d'Attac France et auteur de Sortons de l'âge des fossiles ! Manifeste pour la transition, 2015.
  • Jean Gadrey, professeur émérite d’économie à l’université Lille I, membre du conseil scientifique d’Attac France, auteur de Adieu à la croissance, bien vivre dans un monde solidaire

Quels sont les effets dévastateurs des entreprises transnationales ?
Celles-ci décident du contenu des traités commerciaux partout dans le monde, comme le Grand Marché Transatlantique (GMT/ TAFTA) entre les USA et l’Union Européenne, dans une stratégie de secret. Comment sont-elles en train de prendre le pouvoir et d’orienter en leur faveur les décisions politiques majeures en faisant fi de l’écologie, de la protection de la planète, des garanties sociales : déréglementation forcenée, création de tribunaux privés d’arbitrage passant outre les législations des États.
Avec la « concurrence libre et non faussée » en action, credo des transnationales, qu’adviendra-t-il de la démocratie, de la souveraineté des peuples, de la justice sociale, de notre planète Terre... ? « C’est le marché qui décide, pas la démocratie ». Comment les enjeux climatiques, que la COP 21 n'a nullement réglés, sont-ils impactés par ce "libre-échange" qui s'en prend aux biens communs ?  Les accords de libre échange signeront-ils, entre autres, la généralisation de l’extraction du gaz de schiste, les États ne pouvant s’y opposer qu’au prix de procès et d’amendes pour avoir empêché le libre investissement et la libre circulation ? Comment peut-on agir contre ceux que Susan George qualifie d’« usurpateurs » ?

Entrée libre


 

Posté par brich59 à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 16 décembre

Les poils dans la main de Monsieur Longuet

longuet

Monsieur Longuet est formel : les demandeurs d'emploi..., ah non pardon : les Français ont des poils dans la main. Pas un poil un seul, mais plein de poils.

Interrogé sur la formation professionnelle, l’ancien ministre de la Défense du roi d'Maubeuge préfère parler d’un problème de "motivation professionnelle" et de "Français qui ont des poils dans la main".

Peut-être a-t-il raison ! Quand on voit comment le chantage à l'emploi conduit les Français à réduire leur salaire horaire chez Smart, quand on voit comment les entreprises usent et abusent des petits contrats pour ne pas s'engager dans l'investissement humain, quand on voit comment la rentabilité - que le "progrès technologique" se donne trop souvent comme horizon - sacrifie toujours les salariés mais jamais les patrons, quand on voit..., les salariés équipés de "motivation professionnelle" semblent dérisoirement soumis, esclaves volontaires d'une caste économique dirigeante.

Celui qui fut ministre du roi d'Maubeuge après avoir été (parce qu'il avait été ?) l'un des fondateurs d'Occident (ancêtre d'Ordre Nouveau, mouvement de casseurs qui participa à la création du Front national), celui qui fut condamné (le 12 juillet 1967) pour complicité de "violence et voies de fait avec armes et préméditation" (des étudiants de gauche agressés, dont un dans le coma à la suite de l'agression), bref ce "libéral" pur jus vient donner aux Français des leçons politiques de motivation et d'action ! Il faut avoir un certain toupet ! Les arracheurs de chemise patronale, c'est du pipi de chat à côté de ce casseur de "gauchistes", non ? Vous me direz que tant que ce ne sont que des mots dans un micro qui certes vous plongent dans une émotion intellectuelle grave, ça fait fait toujours moins mal que des coups de matraques et autres armes de poing qui vous plongent dans le coma...

Hors ce triste sir, il y a toujours et encore cette rhétorique dont l'objet est de culpabiliser toujours davantage les victimes du système néolibéral où nous vivons et où un salarié est contraintXBertrand(à180) d'"accepter" d'être toujours plus exploité pour ne pas crever de faim et garder un toit et un couvert pour sa famille...

Relire Laurent Cordonnier serait ici bienvenu pour celles et ceux qui veulent comprendre l'inexorable mécanique sociale qui fonctionne ici. Bref la SERVITUDE VOLONTAIRE ne s'est jamais absentée de l'horizon politique.

Rebref, concrètement, les citoyens de la région NPdCP attendent que Xavier Bertrand, celui qui "veut mettre la région au travail" [=?], se positionne, dise "sa" vérité à lui sur cette question des raisons du non-emploi.

Monsieur le Président ?


 

mardi 23 décembre

Pauvre Zemmour ! Pauvres de nous !

Contre-Zemmour-72-dpi

Zemmour "fait de la politique et il doit assumer les critiques", a dit Stéphane Le Foll - qui a également laissé entendre que les propos de l'auteur du Suicide français  "ne resteraient pas sans réponse".

Une réponse - et quelle belle réponse ! -, a pourtant déjà été apportée par  Noël Mamère et Patrick Farbiaz qui ont écrit ensemble Contre Zemmour, Réponse au "Suicide français" (éd. Les Petits Matins).

Ce petit livre devrait être entre toutes les mains.

Pourquoi diable le ministre et porte-parole du gouvernement ne l'a-t-il pas mentionné ?



lundi 22 décembre

Soutenons l’Observatoire des inégalités

header_mailjetLes fêtes de fin d’année auront un goût amer pour les plus démunis. Le chômage progresse, mais les plus aisés continuent à voir leurs revenus augmenter. Face à une crise sociale d'une ampleur jamais connue, les moyens employés pour lutter contre cette situation sont loin d’être à la hauteur.

Plus que jamais, nous avons besoin de votre soutien pour alimenter le débat public et aider les acteurs qui combattent la dégradation de la situation, à disposer de moyens d’information de qualité. L'Observatoire des inégalités reste déterminé à alerter l’opinion. Notre prochain grand chantier sera en 2015 l’élaboration du premier rapport sur les inégalités en France.

Organisme indépendant de toute institution publique, parti politique ou syndicat, l’Observatoire des inégalités ne dispose ni de financements de grandes entreprises, ni de publicité. L’essentiel de ses ressources vient de ses propres actions et de donateurs privés.

Ensemble, luttons à armes égales pour plus d’égalité et de justice.



Sans nous, l’Observatoire n’existe pas.
Notre soutien compte
.


Faire un don en ligne
 
 

Les dons sont possibles également par chèque à envoyer à : Observatoire des inégalités - 4 allée du Plessis - 37000 Tours.

 
N'hésitez pas à diffuser largement ce message auprès de vos réseaux. Merci d'avance. Vous trouverez nos éléments de communication en suivant ce lien.


Contacts :
02 47 44 63 08
contacts@inegalites.fr

Posté par brich59 à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 28 mai

Populismes droitiers, populismes ultra-libéraux

Ces élections européennes auront été riches d'enseignement sur la dictature des idées simplistes et fausses.

Par exemple l'idée selon laquelle l'immigration cr&ée le chômage. Le sophisme est le suivant : "s'il travaille, l'immigré nous prive d'un emploi ; s'il ne travaille pas, il profite d'une générosité que l'état de nos finances publiques ne nous permet plus. Dans tous les cas, un immigré de plus, c'est un chômeur supplémentaire. Il suffit d'inverser l'argument pour alimenter la folie nationaliste : refoulez les immigrés, et le chômage disparaîtra…" (Thibault Gajdos, "L'immigration aide l'emploi", Le Monde du 28 mai 2014)... Cela fait un bail qu'on a montré et démontré qu'il n'en était rien et que c'était même l'inverse. Et pourtant, le F-Haine continue de diffuser la contre-vérité qui permet aux chômeurs d'attribuer à l'Immigré la raison de leur état. Dans une économie mondialisée où le dumping social pénalise le salariat des pays dits "avancés", dans un pays où l'État diminue les effectifs de la fonction publique (les gens qui font tourner les services publics, c'est-à-dire les mécanismes qui globalement maintienne la solidarité à un certain niveau), dans une époque où la technique s'emballe à perdre haleine, s'évertuant à rendre l'intervention humaine de plus en plus inutile dans les process de production et de service, dans une course au profit maximal où les entreprises contraignent leurs salariés à toujours plus de productivité, COMMENT VOULEZ-VOUS QUE LE CHÔMAGE N'AUGMENTE PAS ? Pourquoi ces quatres raisons du chômage ne sont-elles quasiment jamais avancées, mises sur la place publique. Pourquoi Jean-Pierre Pernaut n'en parle-t-il pas au JT de TF1 ? Parce que c'est trop compliqué pour des cerveaux que la pub contamine et vérole ? Pourquoi les experts en tous genres mettent-ils tout ça sous le tapis ? Parce qu'ils sont effectivement les "nouveaux chiens de garde" du libéralisme ? Pourquoi la Commission européenne impose-t-elle au États de ne pas lutter correctemetn contre le chômage ? Parce que l'Europe est ultra-libérale, limite libertarienne ? Pauvres de nous !

Une des idées les plus dévastatrices qui soit en ces temps de montée du populisme ultra-libéral, c'est celle qui veut que le F-Haine ne soit pas (plus) raciste. C'était bon du temps de papa LePen. La vague bleu marine a refoulé le racisme au rang des accessoires pour l'histoire. Le problème c'est que les propos tenus pas la droite en général et l'extrême en particulier contredisent absolument cette idée, malgré Patrick Sébastien. Qu'à cela ne tienne, on trouvera toujours de couillons pour affirmer que si le F-Haine est raciste, les gens qui votent pour lui ne le sont pas fatalement (entendu à plusieurs reprises, notamment sur France Inter). C'est faire peu de cas de l'intelligence des électeurs : pour une personne respectueuse du visage-humain-en-général, voter F-Haine, c'est, quelle que soit la raison du vote, déchirer son âme. Or qui veut déchirer son âme ? Donc deux solutions : soit les non-racistes électeurs du F-Haine sont intellectuellement et psychologiquement suicidaires, soit ils n'ont pas d'âme. Ce qui est sûr, c'est qu'on a deux mouvement conjoints : d'un côté, l'élite médiatique ne fait que trop peu obstacle au déferlement des "idées" du F-Haine, alors que de l'autre les difficultés concrètes de vie - et notamment le chômage, on y revient - nourrissent à l'orgie les populismes de la haine.

Autre champ où le populisme dévastateur est la chose la mieux partagée (et encore plus que sur la question du rapport chômage/immgration) : celui de la formation et de la qualification. L'assertion se déroule en deux sophismes renvoyant l'un à l'autre. Premier sophisme : les emplois correspondent à des qualifications professionnelles, or la collectivité finance l'acquisition de qualifications (système scolaire - du primaire à l'université -, formation professionnelle continue, etc.), donc la collectivité, ce faisant, prépare (doit préparer) à l'emploi. Second sophisme : le chômage est dû à l'écart entre la demande de qualification et l'offre de qualification, or la collectivité finance l'acquisition de qualifications, c'est-à-dire construit de ses deniers l'offre de qualification, donc la collectivité est responsable du chômage (n'a pas construit la bonne offre de qualification). Le premier sophisme fait l'impasse sur tout ce qui n'est pas lié à la caractérisation de l'individu comme travailleur (ou demandeur d'emploi). C'est bien dommage, car les femmes et les hommes ne sont pas que des travailleurs - d'autant plus qu'ils luttent tous à leur manière contre la déshumanisation imposée par le travail. Le second sophisme oublie que le chômage n'est pas dû à un écart entre demande et offre de qualification, mais, restons simples !, à la raréfaction des emplois. Messieurs de l'économie réelle, commencez par créer des emplois, après on discutera qualification.

Pourquoi perpétuer tant d'idées fausses et surtout fallacieuses, portées par l'ensemble du monde politique et économique ? Juste pour détourner le regard de la vraie responsabilité pour l'orienter arbitrairement vers l'État en premier lieu, puis vers le chômeur en second lieu. Cette manoeuvre grossière (mais les mensonges les plus grossiers sont ceux qui passent le mieux) est inscrite dans les gènes du libéralisme, de l'ultralibéralisme, du libertarianisme. Il faut moins d'État et l'homme de la rue doit se soumettre au rythme de l'Entreprise elle-même conduite par la recherche du profit capitalistique.
Cette idée d'adéquation entre formation et emploi est de ces idées fausses mais tenaces qui peuplent notre idéologie : il y a un lien direct entre formation voire éducation et insertion voire emploi. Comme disait un copain d'il y a trente ans, la formation n'a jamais créé d'emploi, mis à part les emplois de formateurs ! Je passe sur les justifications théoriques et pratiques de ce que j'avance : il est trop clair qu'il n'y a aucun lien direct entre la formation et l'emploi. Tous ceux qui prétendent le contraire sont ignorants ou salauds (faisant porter la responsabilité du chômage à ceux qui n'y sont ni directement ni indirectement pour rien).


 

vendredi 09 mai

Communisme ?

Aidons le libéralisme à se mettre d'équerre !

Frédéric Lordon, limpide, comme d'habitude !

[extrait de "Biens communs par nature : et pourquoi pas les entreprises ?"]


Posté par brich59 à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 25 mars

Violents les riches ?

 Violence des richesMichel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot anime un débat, mardi 1er avril 2014 à partir de 18h30, à l’IEP de Lille (84 rue de Trévise, métro Porte de Valenciennes) sur le thème de la "violence des riches" sur la base de leur dernier ouvrage - qui se feuillette ici.

Articles critiques dans Libération, Marianne, etc.

On peut aussi :

Enfin, les auteurs seront dans le studio des Savanturiers de Fabienne Chauvière sur France Inter le 5 avril 2014 (22h00). Tous à vos cassettes !

Lire


Posté par brich59 à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,