lundi 14 octobre

Roubaix : ateliers mémoire, les blogs d'automne

Livraison d'automne des ateliers mémoire !

atemem

  • Centre : Qui sont les commerçants du Lido, quelques interviews
  • E.C.H.O. : La naissance de la Sainte Famille, rue de Mazagran
  • Fresnoy-Mackellerie : Embranchés rue de l'Ouest, il s'agit bien de chemin de fer !
  • Hauts Champs : La disparition du petit Degas, transformations à partir de 2009
  • Moulin : l'évolution de l'école Moulin Chanzy
  • Nouveau Roubaix : la pharmacie de la place de l'Avenir, avant qu'elle passe avenue Linné (témoignage des pharmaciennes)

Bonne lecture !


Posté par brich59 à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 27 août

La bibliothèque privée d'Hitler

9782253133117-T

Cet été, j'ai lu avec grand intérêt Dans la bibliothèque privée d'Hitler de Timothy W.RYBACH (Le cherche midi, 2009 ; LGF, 2010). Cet ouvrage est un exemple d'herméneutique documentaire élargie à la pratique de lecture - dont on sait qu'elle est constitutive du sens. Au travail proprement bibliographique et documentaire s'ajoute une tentative de contextualisation historique - qui a l'air ici plutôt réussie. Je dis 'plutôt' parce que je ne suis pas qualifié en histoire et n'ai aucune autorité pour juger. Mais le résultat est vraiment extraordinaire : on voit comment, quasiment au jour le jour, Hitler construit son système de pensée à coup de lectures. Car celui qui commit un vaste et terrifiant autodafé (10 mai 1933) lut énormément quoique superficiellement jusqu'à ses dernières heures.
Sous la houlette de Walter Benjamin ("Unpacking My library : A Talk about Book Collecting", 1969), l'auteur décrit les livres d'Hitler et tente de restituer l'usage qu'il en a fait. Passionnant ! L'observation du livre est poussée au maximum de ce que permet sa matérialité ; les traces de lecture sont pistées. Par ailleurs la situation historique est sollicitée pour la compréhension en même temps qu'explicitée par elle. Magnifique solidarité documentaire !
Bref, les liens tendus entre les livres et leur environnement et entre les livres eux-mêmes permettent l'accès à un monde fantastiquement intime, celui de la lecture privée. Et quand on sait que ce privé-là soumit un temps l'Europe aux soubresauts de sa folie meurtrière, on évalue l'intérêt du travail de T.W.Rybach.

Pour ma part, je retiendrai de cette lecture trois informations d'inégale importance.

  • Au tout début de la première guerre mondiale, sur le front de la Belgique et du Nord de la France, Hitler est caporal-estafette (Meldegänger). En face, le fils aîné de Paul Otlet, Jean, tout juste âgé de 20 ans, est soldat de l'armée belge et trouve la mort. C'est aussi à ce moment que Paul Otlet publie son Traité de paix général, alors qu'Hitler se procure, dans une librairie de Fournes-en-Weppes, un ouvrage d'art (architecture) sur Berlin (Max Osborn, Berlin, Leipzig : Verlag E.A. Seemann, 1909). [À dire vrai, Hitler est sur le front des Weppes, alors que Jean Otlet était sur celui de l'Yser, un peu plus au nord. Mais la mise ensemble de ces quatre faits produit une condensation comme dans le rêve décrit par Freud, avec une sorte de surcharge de signification, avec un surcroît de sens qui me plaît bien.]
  • Progressivement, la bibliothèque d'Hitler va s'enrichir d'ouvrages de tous bords dont deux américains qu'il lit dans leur traduction en allemand. Je veux parler d'Henry Ford, Der internationale Jude. Ein Weltproblem (Leipzig : Hammer-Verlag, 1920) et surtout Madison Grant, Der Untergang der großen Rasse : Die Geschichte der Rassen als Grundlage der Geschichte Europas (Munich : J.F.Lehmann, 1925).
    En effet, la bible d'Hitler est américaine !
    Bien sûr l'antisémitisme est d'abord un phénomène européen. L'allemand Fichte (1762-1814) par exemple était furieusement antisémite et pensait que les juifs formerait toujours "un État dans l'État", qu'il ne s'intégrerait jamais à aucune nation ne serait-ce que linguistiquement, à preuve le yiddish opposé à l'allemand. L'idéologue de l'idéalisme et du nationalisme allemands alla jusqu'à imaginer la création de toutes pièces d'un État juif sur les terres de Palestine. Drôle d'alliance objective entre Sionisme et Nationalisme allemand (cf. De quoi la palestine est-elle le nom ? d'Alain Gresh), non ? Plus tard, un politicien journaliste allemand, Wilhelm Marr (1819-1904) relaiera l'idée de Fichte, notamment dans un essai paru en 1879, Der Sieg des Judenthums über das Germanenthum – Vom nichtconfessionellen Standpunkt aus betrachtet. (La victoire du judaïsme sur le germanisme – Considérée d'un point de vue non-religieux). C'est sous sa plume qu'apparaît, semble-t-il pour la prémière fois, le terme 'antisémitisme' pour dire l'hostilité aux juifs...
    Reste que, concrètement, la bible d'Hitler est américaine ! L'ouvrage de M.Grant développait une sorte de canevas idéologique et politique pour Hitler et ce dernier fut du coup souvent pétri d'émotions contradictoires en pensant aux relations entre son pays et celui d'Henry Ford... Concrètement, on trouve dans l'idéologie d'Hitler deux concepts dont l'association produira ce que l'on sait. Il s'agit du concept d'épuration, compris comme préservation d'une prépondérance démographique (M.Grant pratique une sorte de passage naturel du principe de sélection immigratoire sur fond d'eugénisme au principe d'épuration raciale tout court) et du concept de colonisation sur le modèle américain.
  • Enfin, Hitler développait une vision mondiale de son peuple (Weltvolk) alors que le peuple juif s'autodésigne depuis des siècles "peuple élu"... Autre terrible collusion !

Il y aurait encore beaucoup à dire, à réfléchir après la lecture du travail de T.W.Rybach. J'en reste là et te conseille, lecteur fidèle, de t'y précipiter.


Posté par brich59 à 16:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 29 mai

Histoire générale de l'Afrique

Une œuvre pionnière en huit volumes, à ce jour inégalée, dit l'UNESCO, dans son ambition de couvrir l’histoire de la totalité du continent africain, depuis l’apparition de l’homme. Une Histoire qui ne laisse plus dans l’ombre la période pré-coloniale et qui insère profondément le destin de l’Afrique dans celui de l’humanité en mettant en évidence les relations avec les autres continents et la part des Africains dans le dialogue des civilisations.

Cette collection est accessible gratuitement dans son format électronique. Avis au roi d'Maubeuge ;-) qui aura ainsi enfin de quoi rélféchir sereinement au continent qui fut peut-être rien moins que le berceau de l'Humanité...


Posté par brich59 à 06:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 28 août

lecture estivale

Je m'étais mis du pain sur la planche à lire pour ces estivales vacances. Comme tous les ans. Après avoir lu l'intéressant livre de Nicolas Moinet sur l'intelligence économique (CNRS 2011), m'étais venue l'idée d'enchaîner avec deux autres gros ouvrages sur le même thème afin de reédiger une "note de lecture" fouillée pour mes petits copains documentalistes-veilleurs. J'avais aussi sur mon disque dur un projet de livre d'un ami enseignant-chercheur qui touche à l'indexation, aux métadonnées, aux tags, etc., projet que je lui avais proposé de relire... Bref, moi qui suis veilleur et amateur de thésaurus, je m'étais concocté un plan sur mesure.

Mais les années se suivent et ne se ressemblent pas fatalement ! Je n'ai rien lu de tout ça. Peut-être n'avais-je pas mesuré la fatigue d'une année bien remplie ? Ou tout simplement le désir de décrocher le plus possible afin de profiter à plein du pays de Saintonge où j'ai commencé mes vacances chez des amis, de la belle ville de Prague où je les ai poursuivies, du Languedoc lodévois puis du pays nîmois où je les ai achévées en famille.

78669412_oJ'ai préféré à tous ces savants travaux un bouquin plaisant, L'Histoire de france pour ceux qui n'aiment pas ça, de Catherine Dufour. J'ai toujours éprouvé un penchant pour les œuvres un chouilla iconoclastes. Le projet de Catherine Dufour est de traverser l'histoire comme on navigue sur une grande rivière, celle du temps de l'histoire, avec coups de jumelles voire pieds à terre rapides pour contempler plus à l'aise quelques segments de la dure réalité de l'histoire de France. Le voyage démarre à Clovis (VIème siècle) et se termine à la fin du XIXème siècle. Voyage bien agréable et parfois drôlatique. À lire Catherine Dufour, nous prend l'envie de retourner à notre Mallet et Isaac poussiéreux pour l'annoter voire le corriger...

Car il ne s'agit pas d'une oeuvre de fiction farfelue. L'auteure a pris soin de proposer son travail à la relecture d'un historien, archiviste-paléographe, conservateur au département des Manuscrits de la BNF. Bon d'accord, ce souci n'empêchera pas quelques erreurs ou approximations [par exemple, le souci de "classer les plantes, les animaux, les maladies et même, les savoirs" (sic, p.257) ne date pas des Lumières !] ! Cet ouvrage est très instructif. Par exemple, on comprend que les épidémies de peste noire ont été aggravées pour de papales raisons : une bulle de 1233 faisait des chats noirs des créatures du Diable, avant qu'"un autre pape exige qu'on persécute les chats" un siècle plus tard (p.90). En fait qu'il se fût agi de peste noire médiévale ou qu'il s'agisse du VIH contemporain, la papauté a éternellement eu intérêt à se la coincer, la bulle. Je parle bien sûr de l'intérêt de l'humanité.


 

Posté par brich59 à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 09 mai

Harmonies mathématiques

Mathématiques et théories de l’harmonie au XVIIIe siècle
12/04/2012 16:00 | Durée 01:03:57
Intervenants : Benjamin Straehli, université Lille 3, arts et culture.

Mathématiques et théories de l’harmonie au XVIIIe siècle avec Benjamin Straehli (université Lille 3, arts et culture).
Dans la série : De la beauté : approches littéraires et mathématiques



lundi 20 décembre

Béranger & ses chansons

b_ranger_01

Samedi 5 février 2011, les portes de la Villa Isabelle, à La Madeleine, ouvrira dès 14 heures pour la première représentation lilloise de BÉRANGER ET SES CHANSONS, conférence chantée.

Chant : Judith Fages
Accordéon: Bogdan Nesterenko
Texte : Sophie Leterrier

Le lieu ne pouvant accueillir plus de 50 personnes, seules seront admises celles, qui auront confirmé leur présence avant le 5 Janvier (par message électronique à la conférencière). Une participation aux frais de 5 euros sera demandée pour dédommager l'instrumentiste.

affichette


Posté par brich59 à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 05 juin

Roubaix : ateliers de mémoire

Roubaix aime son histoire. Les roubaisiens aussi : plusieurs blogs paraissent, issus d'ateliers mémoire de Roubaix pilotés par des formateurs du CUEEP. C'est là. Allez-y voir !

atemem

Cinq blogs sont, à ce jour, ouverts :

À suivre !


Posté par brich59 à 00:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 12 avril

Entourloupe à Amsterdam

2010_04_10_11h33m03__cTrois jours à Amsterdam. Promenade tranquille dans les rues et le long des canaux de la ville de Baruch Spinoza. Baruch, c'est-à-dire "béni", béni des élèves des classes de philosophie qui ont tant de mal à entrer dans son texte si dense...

Ce qui est sympa, entre autres merveilles, c'est qu'Amsterdam fourmillent de musées. Tiens ! As-tu essayé la nocturne du Musée Van Gogh, assidu lecteur, le vendredi soir ? Ce vendredi, admirant à l'aise les tableaux dans les étages, nous étions bercés dans le flot des scintillements charnus de trois xylophones installés au rez-de-chaussée. Magique !

Samedi, j'ai abandonné le groupe familial pour visiter le Bijbels Museum, le long de l'Herengracht. Le livre avec un l minuscule - son histoire, son édition - me passionne et la perspective d'un regroupement de témoignages autour de la Bible - le livre avec un L majuscule - dans la capitale hollandaise où l'imprimerie alla bon train dès le XVème siècle me remplissait d'espoir...

Le diable m'avait trompé ! De l'imprimerie hollandaise de la renaissance je ne vis rien, ou presque : la Bible Moerentorf (Anvers 1599) et un 2010_04_10_11h31m48__cmissel romain de 1620 d'Anvers également.

Par contre, si j'en avais eu désir et besoin, j'eusse été comblé de contempler irrésistible histoire du peuple juif, du Tabernacle à la Palestine, de la fuite d'Égypte à l'impérialisme.

Tout était là.
Tous les symboles forts.

La Bible comme prétexte du sionisme le plus affirmé, du colonialisme le plus revendiqué.

2010_04_10_11h28m58_ac2

2010_04_10_11h28m58_bc

2010_04_10_11h36m28__c

 

Devant l'une des vitrines,

j'ai pris conscience d'une continuité

entre les Croisades médiévales et

le colonialisme israélien.

Il me semblait toucher du doigt

la raison souterraine

qui empêche les peuples chrétiens

de vraiment dénoncer le génocide palestinien...


jeudi 03 décembre

Hommage

Hisfora, lettre trimestrielle du Groupe d'étude histoire de la formation d'adultes (Gehfa), publie dans son n° 28 un hommage de Christiane Étévé à Gérard Mlekuz, disparu il y a un mois - hommage que je me permets de reproduire ici, afin qu'il rebondisse en échos dans la blogosphère.


HOMMAGE A GERARD MLEKUZ

Nous apprenons le décès de Gérard Mlékuz survenu à Lille le 3 novembre à l'âge de 68 ans.
Tous ceux et celles qui s'intéressent de près ou de loin à la formation continue des adultes ou à l'insertion professionnelle des jeunes ont rencontré un jour ou l'autre Gérard.
Défenseur infatigable des moyens et occasions de promouvoir les personnes et les groupes, il transmettait ses expériences sous la forme d'un fraternel partage.
Instituteur, instructeur « cinéma » détaché à la Délégation régionale Peuple et Culture, il a accompagné avec Frédéric Thébaud et Bernard Lluch les premiers pas du mouvement dans le Nord-Pas-de-Calais. Engagé dans la grande aventure de l'action collective de formation à Sallaumines-Noyelles, en 1969, avec l'aide des partenaires sociaux et de l'université autour du Centre Université Economie - Education Permanente (CUEEP), il a contribué à tant d'innovations sociales et pédagogiques.
Intégré aux travaux de la commission de l'Institut national de formation d'adultes (INFA) puis au Centre académique de formation continue (Cafoc) de Lille avec Jacques Hédoux et Viviane Zanel, il a participé à la formation des conseillers en formation continue et réfléchi aux « non publics » de la formation permanente.
Il reprendra ses activités au CUEEP quand le Délégué à la formation continue se passera de ses services.
La revue Perspectives documentaires en éducation (ENRP) qui recueillait les Itinéraires de chercheurs et de formateurs, s'est honorée de son magnifique témoignage : « Écoute le temps qui marche sur le sable...ou chronique d'une réconciliation annoncée », n°21,1990, p. 53-86.
Mieux encore, certains ont peut-être eu la chance, de le voir incarner et conter ce parcours dans des colloques, comme cela m'est arrivé à Montréal pour une rencontre internationale sur l'autoformation. Belle référence à l'éducation populaire où la mise en voix et la mise en gestes sont des moyens de transmission dans la rencontre des hommes.
À la demande de Jacky Beillerot, il participe comme administrateur au travail de recherche et de préservation des archives de la formation continue dans le Groupe d'études sur l'histoire de la formation des adultes (Gehfa) et y sera le correspondant pour la région.
À la veille de la reprise du séminaire, le 6 octobre dernier, il envoyait encore ses signes d'amitié à notre groupe.
Gérard, nous n'oublierons pas ta « musette culturelle », ta « boite à outils » pour des « savoir agir » toujours à inventer.
Toute l'équipe du Gehfa et toute l'Union Peuple et Culture partagent la peine de Chantal et de ses enfants et leur témoignent leurs plus vives condoléances.

Christiane Étévé, GEHFA et Peuple et Culture


Par ailleurs, Peuple et Culture Nord-Pas de Calais a mis en place un blog où il est bien sûr question de Gérard et où l'on peut revoir aussi par exemple le couple Hédoux... Les textes lus lors de la cérémonie de funérailles du 9 novembre à Herlies y sont disponibles et une page y est spécialement consacrée à son travail d'Histoire et mémoire de la Formation Permanente en Nord/Pas-de-Calais, où l'on peut télécharger la version pdf du document.


Ajout du 21 décembre 2009

Gaston Pineau a déposé sur le site du GRAF des témoignages amicaux, mais aussi des textes de Gérard.


Posté par brich59 à 09:51 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 11 octobre

Énigme en Saintonge

AVIS AUX HISTORIENS et IENNES

Salles_maison__1000x1504_
Un vieil ami charentais vivant à Lille déblayait une partie plus
ou moins abandonnée de sa vieille maison familiale à Salles-lès-Aulnay [latitude 46.033333, longitude -0.316667] cet été, lorsqu'il découvrit une veste de costume noire dont le tissu de coton avait pas mal gondolé sous l'effet du temps et de l'humidité. Le tissu était de qualité et l'habit avait dû être beau.


De l'une des poches, il extirpa une feuille de papier à peine froissée et très lisible.
La voici.

 

_nigme_en_Saintonge

 

L'en-tête porte la mention "SYNDICAT Communal Agricole de BLANZAY-SUR-BOUTONNE".
Le document est daté du
14 avril 1948
"
Le Président du Syndicat Communal Agricole de Blanzay-sur-Boutonne. Délégué cantonal" s'adresse "à Mr le Président de la C.G.A. de Salles".

Le texte suit :

" Vous êtes prié d'assister à la distribution du carburant et m.m. qui aura lieu à la Mairie d'Aulnay le dimanche 18 avril à 15 heures (légale).
Respectueuses salutations.

[signature]

sous le couvert de Mr le Maire de Salles -"

On remarquera dans notre document la précision concernant l'heure de la distribution : mention de l'heure "légale" par opposition avec l'heure locale, heure agricole dans la France d'après-guerre, heure du soleil comme on dit. En France, l’heure légale (= celle du "temps moyen" à Paris) date de 1891 (loi du 14 mars). Au niveau international, le temps universel est instauré vingt ans après (loi du 9 mars 1911).

cassini

Blanzay-sur-Boutonne (en haut à gauche de cet extrait de la carte dite "de Cassini") est un village du Saintonge, au bord de la Boutonne (affluent de la Charente, (à proximité de Rochefort) qui prend sa source à Chef-Boutonne [= tête de la Boutonne] dans les Deux-Sèvres).
Aulnay (en bas à droite de cet extrait de la carte de Cassini, sous l'appellation 'Aunay'), c'est Aulnay de Saintonges, chef-lieu de canton arrosé par la Brédoire, affluent de la Boutonne.
aulnay_salles_portail
Salles (juste au dessus d'Aunay sur la carte de Cassini), c'est donc Salles-lès-Aulnay, petite village au nord d'Aulnay, à la commune duquel il est rattaché (fusion simple) au début des années 1970 (arrêté préfectoral du 12 décembre 1972, publié au J.O. du 23 janvier 1973). Village connu pour sa magnifique petite église - n'oublions pas que nous sommes sur la route des pèlerins...

Je ne résiste pas au plaisir d'offrir là quelques photos prises à Salles, hors et dans l'église, pour compléter la photo ci-contre extraite du beau site http://www.valsdesaintonge.eu/.

Salles__glise1__1000x1504_

Salles__glise2__1000x1504_

Salles__glise3__1504x1000_


Bref, revenons à notre document, où je vois deux énigmes :

  1. "carburant et m.m."
    _nigme_en_Saintonge_1
    Qu'est-ce que ce "m.m." ?

  2. la signature est pour moi illisible
    _nigme_en_Saintonge_2

Si quelqu'un ou quelqu'une est en mesure de résoudre ces énigmes (au moins la première), je serais fort heureux de voir la solution apparaître en commentaire au présent message... Merci !


Posté par brich59 à 08:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :