mercredi 28 mai

Populismes droitiers, populismes ultra-libéraux

Ces élections européennes auront été riches d'enseignement sur la dictature des idées simplistes et fausses.

Par exemple l'idée selon laquelle l'immigration cr&ée le chômage. Le sophisme est le suivant : "s'il travaille, l'immigré nous prive d'un emploi ; s'il ne travaille pas, il profite d'une générosité que l'état de nos finances publiques ne nous permet plus. Dans tous les cas, un immigré de plus, c'est un chômeur supplémentaire. Il suffit d'inverser l'argument pour alimenter la folie nationaliste : refoulez les immigrés, et le chômage disparaîtra…" (Thibault Gajdos, "L'immigration aide l'emploi", Le Monde du 28 mai 2014)... Cela fait un bail qu'on a montré et démontré qu'il n'en était rien et que c'était même l'inverse. Et pourtant, le F-Haine continue de diffuser la contre-vérité qui permet aux chômeurs d'attribuer à l'Immigré la raison de leur état. Dans une économie mondialisée où le dumping social pénalise le salariat des pays dits "avancés", dans un pays où l'État diminue les effectifs de la fonction publique (les gens qui font tourner les services publics, c'est-à-dire les mécanismes qui globalement maintienne la solidarité à un certain niveau), dans une époque où la technique s'emballe à perdre haleine, s'évertuant à rendre l'intervention humaine de plus en plus inutile dans les process de production et de service, dans une course au profit maximal où les entreprises contraignent leurs salariés à toujours plus de productivité, COMMENT VOULEZ-VOUS QUE LE CHÔMAGE N'AUGMENTE PAS ? Pourquoi ces quatres raisons du chômage ne sont-elles quasiment jamais avancées, mises sur la place publique. Pourquoi Jean-Pierre Pernaut n'en parle-t-il pas au JT de TF1 ? Parce que c'est trop compliqué pour des cerveaux que la pub contamine et vérole ? Pourquoi les experts en tous genres mettent-ils tout ça sous le tapis ? Parce qu'ils sont effectivement les "nouveaux chiens de garde" du libéralisme ? Pourquoi la Commission européenne impose-t-elle au États de ne pas lutter correctemetn contre le chômage ? Parce que l'Europe est ultra-libérale, limite libertarienne ? Pauvres de nous !

Une des idées les plus dévastatrices qui soit en ces temps de montée du populisme ultra-libéral, c'est celle qui veut que le F-Haine ne soit pas (plus) raciste. C'était bon du temps de papa LePen. La vague bleu marine a refoulé le racisme au rang des accessoires pour l'histoire. Le problème c'est que les propos tenus pas la droite en général et l'extrême en particulier contredisent absolument cette idée, malgré Patrick Sébastien. Qu'à cela ne tienne, on trouvera toujours de couillons pour affirmer que si le F-Haine est raciste, les gens qui votent pour lui ne le sont pas fatalement (entendu à plusieurs reprises, notamment sur France Inter). C'est faire peu de cas de l'intelligence des électeurs : pour une personne respectueuse du visage-humain-en-général, voter F-Haine, c'est, quelle que soit la raison du vote, déchirer son âme. Or qui veut déchirer son âme ? Donc deux solutions : soit les non-racistes électeurs du F-Haine sont intellectuellement et psychologiquement suicidaires, soit ils n'ont pas d'âme. Ce qui est sûr, c'est qu'on a deux mouvement conjoints : d'un côté, l'élite médiatique ne fait que trop peu obstacle au déferlement des "idées" du F-Haine, alors que de l'autre les difficultés concrètes de vie - et notamment le chômage, on y revient - nourrissent à l'orgie les populismes de la haine.

Autre champ où le populisme dévastateur est la chose la mieux partagée (et encore plus que sur la question du rapport chômage/immgration) : celui de la formation et de la qualification. L'assertion se déroule en deux sophismes renvoyant l'un à l'autre. Premier sophisme : les emplois correspondent à des qualifications professionnelles, or la collectivité finance l'acquisition de qualifications (système scolaire - du primaire à l'université -, formation professionnelle continue, etc.), donc la collectivité, ce faisant, prépare (doit préparer) à l'emploi. Second sophisme : le chômage est dû à l'écart entre la demande de qualification et l'offre de qualification, or la collectivité finance l'acquisition de qualifications, c'est-à-dire construit de ses deniers l'offre de qualification, donc la collectivité est responsable du chômage (n'a pas construit la bonne offre de qualification). Le premier sophisme fait l'impasse sur tout ce qui n'est pas lié à la caractérisation de l'individu comme travailleur (ou demandeur d'emploi). C'est bien dommage, car les femmes et les hommes ne sont pas que des travailleurs - d'autant plus qu'ils luttent tous à leur manière contre la déshumanisation imposée par le travail. Le second sophisme oublie que le chômage n'est pas dû à un écart entre demande et offre de qualification, mais, restons simples !, à la raréfaction des emplois. Messieurs de l'économie réelle, commencez par créer des emplois, après on discutera qualification.

Pourquoi perpétuer tant d'idées fausses et surtout fallacieuses, portées par l'ensemble du monde politique et économique ? Juste pour détourner le regard de la vraie responsabilité pour l'orienter arbitrairement vers l'État en premier lieu, puis vers le chômeur en second lieu. Cette manoeuvre grossière (mais les mensonges les plus grossiers sont ceux qui passent le mieux) est inscrite dans les gènes du libéralisme, de l'ultralibéralisme, du libertarianisme. Il faut moins d'État et l'homme de la rue doit se soumettre au rythme de l'Entreprise elle-même conduite par la recherche du profit capitalistique.
Cette idée d'adéquation entre formation et emploi est de ces idées fausses mais tenaces qui peuplent notre idéologie : il y a un lien direct entre formation voire éducation et insertion voire emploi. Comme disait un copain d'il y a trente ans, la formation n'a jamais créé d'emploi, mis à part les emplois de formateurs ! Je passe sur les justifications théoriques et pratiques de ce que j'avance : il est trop clair qu'il n'y a aucun lien direct entre la formation et l'emploi. Tous ceux qui prétendent le contraire sont ignorants ou salauds (faisant porter la responsabilité du chômage à ceux qui n'y sont ni directement ni indirectement pour rien).


 


mardi 09 juillet

De la FOAD aux MOOCs

Le secteur FORTEO de l'ADBS a organisé une demie journée d’information sur la formation à distance. C'était au CNAM à Paris le 21 juin 2013.
Deux intervenantes (Isabelle Gonon, chargée de l'accompagnement aux usages des TICE auprès des enseignants du CNAM et Evelyne Broudoux, responsable du Certificat tutoré à distance TICs pour les SID de l'INTD) ont ouvert le débat.
Ont été abordés les thèmes suivants :

  • L'environnement numérique : pratiques et outils, les différentes solutions techniques
  • Les différentes modalités de l'enseignement à distance : l'accompagnement, le tutorat, l'évaluation de l'apprenant ;
  • Les MOOC's
  • La formation de l'INTD

Cette présentation a été filmée par le CERIMES et est visible sur le site Internet Formasup :


Posté par brich59 à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 26 décembre

Le département "Cultures Numériques" du CUEEP recherche des formateurs

Le départementlogo_cueep_lille "Cultures Numériques" du CUEEP, institut de l'Université Lille1, assure des formations collectives d'initiation à l'utilisation de l'ordinateur avec des publics adultes en situation d'illettrisme aussi bien que des formations au C2i avec des publics étudiants voire des formations au multimédia pédagogique dans le cadre des masters en sciences de l'éducation.

Si vous souhaitez intégrer l'équipe des formateurs de ce département, demandez un rendez-vous en cliquant ici.


mercredi 14 mars

Quand les journalistes du Figaro écriront correctement...

figSarkozy prône le "droit à la formation" dit aujourd'hui lefigaro.fr - qui poursuit ainsi : Le chef de l'Etat a de nouveau défendu sa réforme de la formation. "Je veux un droit à la formation professionnelle quel que soit l'âge".

Le journal du Président sortant voudrait ainsi nous faire croire que cette idée d'un "droit à la formation professionnelle quel que soit l'âge" est sienne. Il se l'est peut-être appropriée - et c'est tant mieux bien qu'un peu tard -, mais en tous cas là n'est pas SA réforme. Cette idée d'un "droit à la formation professionnelle quel que soit l'âge" est vieille comme la Révolution Française et sa mise en oeuvre légale n'a pas moins de quarante ans passés, sa mise en oeuvre disons sociale datant du XIXème siècle !
Même que, depuis quelques années, les Européens - Français compris - appellent ça la formation tout au long de la vie.
Je crois que le Président sortant ne connaît ni l'histoire ni même la vie réelle actuelle de son pays qu'il dit pourtant tant aimer.
Non cette idée n'est décidément pas sienne. Lui appartient seulement la volonté de cacher le chômage par la formation - ce qui a été, il est vrai, la tentation de tous les gouvernements. Sauf que, derrière la manoeuvre, se cache la culpabilisation des demandeurs d'emploi en même temps que la réduction de la formation des adultes à un instrument de "politique" de l'emploi. Même le patronat va jusqu'à demander qu'on n'oublie pas les salariés qui doivent se former, le gouvernement ayant déjà largement piqué dans les caisses de la formation professionnelle des salariés (cotisations des entreprises), caisses gérées paritairement par les partenaires sociaux, patronat et syndicats de salariés ensemble.

Le journal du Président sortant poursuit en écrivant que La formation est l'un des sujets que le candidat a mis au coeur de son projet présidentiel. Il était temps ! Parce qu'avant il s'en foutait comme de ses dernières guignes (c'est pour ça qu'il y a mis la Nadine).

Suite : Il a annoncé que chaque chômeur recevrait une formation, à l'issue de laquelle il devra accepter le premier emploi proposé correspondant à cette formation. Culpabilisation dont je parlais tout à l'heure : grâce à la formation, tout sera résolu et, si rien n'est résolu, ce sera à cause de la faute du méchant chômeur de mauvaise volonté.

Fin : En cas de désaccord des partenaires sociaux, il soumettra, s'il est réélu, cette question à référendum.Populisme effreiné et justification a priori du vol dans la caisse des partenaires sociaux. Quoi qu'il en soit, le Roi d'Maubeuge déteste les partenaires sociaux - surtout quand ils ont du fric. Il aime leur mettre la pression. Il nous avait déjà fait le coup en 2008-2009 s'agissant des négociations qui ont fini par aboutir à la loi du 24 novembre 2009. En 2008-2009, il ne s'agissait pas de referendum (en ce temps, on sait ce que le roi d'Maubeuge faisait de la vox populi...), mais juste de l'initiative de l'exécutif brandie comme une menace. J'avais fait un schéma (arrêté en décembre 2009).

Bref, on pourrait à loisir démonter la rhétorique du Figaro et montrer comment l'organe de presse malmène la réalité et la vérité à des fins partisanes. Mais qui croit encore le Figaro ?



jeudi 08 mars

Les fausses relations en politique

NouvObsSarkoAinsi le président qui n'a jamais cessé d'être candidat durant son quinquennat veut que se mette en place un "Comité national de la formation professionnelle" pour "identifier les formations qui préparent à un emploi" (ce matin jeudi 8 mars 2012, sur RMC et BFMTV). Il s'agit d'identifier 'chaque année avec les chefs d'entreprise, les syndicats, les régions et l'État, les formations qui préparent à un emploi", parce que, poursuit le candidat populaire comme le Fouquet's, "ça ne sert à rien de se former avec une formation qui prépare au chômage. Deuxièmement, quand il y aura les formations qualifiantes disponibles, les chômeurs qui n'auront pas l'espoir de trouver un emploi seront obligés de prendre cette formation". Selon lui, "par la formation, chacun pourra vivre d'un travail qui lui permettra de retrouver sa dignité. […] La formation et l'innovation sont avec le travail les clés de la réponse à la crise économique"...

Après immigration & chômage, après étrangers & délinquance, etc. voici donc emploi & formation ! Une fausse relation de plus !

Cette rhétorique n'est pas nouvelle. Franchement pas nouvelle (dans les années quatre-vingt déjà...). Elle est fallacieuse :

  • faire croire que la formation crée l'emploi est dégueulasse, car, dans la plupart des cas, au sortir d'une formation couronnée par un diplôme, le demandeur d'emploi retourne pointer ; il a seulement gagné quelques places dans la file d'attente...
  • faire croire que la formation crée l'emploi est socialement dangereux, car, au mieux, cela exacerbe la concurrence dans la file d'attente...
  • etc.

Je pose une question simple : si tous les demandeurs d'emploi étaient hyper-qualifiés, diplômés etc., auraient-ils tous un emploi ? J'attends la réponse, Monsieur le président-candidat ! En fait, je pense que, de deux choses l'une, :

    Sarkozy_bas
  1. vous répondrez en avouant que nous sommes bien dans une lutte des places comme disait Vincent et que notre monde est un monde de concurrence entre les individus et que les meilleurs (=ceux qui ont les meilleures chances) gagneront au détriment des autres (=ceux qui n'ont eu les meilleures chances)...
  2. mais je pense qu'hélas vous n'aurez pas le courage de répondre non seulement pour ne pas déballer si formellement votre idéologie destructrice d'humain mais aussi pour faire mine d'honorer la fonction élective qui est encore la vôtre pour quelques jours, celle de rassemblement des Français.


mercredi 25 janvier

Infformez-vous !

netvibesCI

Netvibes du Centre Inffo, portail pour l'information sur la formation continue tout au long de la vie.


 

Posté par brich59 à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 06 janvier

Expérience et professionnalisation dans les champs de la formation, de l’éducation et du travail

« Expérience et Professionnalisation dans les champs de la formation, de l’éducation et du travail : état des lieux et nouveaux enjeux »

CIREL EA 4354 Université de Lille 1, Université de Lille 3
Villeneuve d’Ascq, Cité Scientifique
les 26-27-28 septembre 2012

Le colloque international a pour objectifs :

  • d’aborder la problématique de la connaissance et de la valorisation de l’expérience sous des formes plurielles (la VAE étant une modalité particulière de valorisation) dans le champ du travail et dans une perspective de professionnalisation. Comment l’expérience est-elle prise en compte dans le marché du travail et au-delà des discours, quel statut a-t-elle en gestion des ressources humaines dans les entreprises ? Dans la délivrance et la valorisation du diplôme ? Dans le rapport à ce que l’on nomme compétences au regard du marché du travail ? Dans l’insertion professionnelle des jeunes ? …
  • d’identifier et mieux cerner les théories et les paradigmes actuels convoqués et/ou constitutifs de l’expérience et de la connaissance dans les pratiques et dispositifs de valorisation-validation, dans l’acquisition-construction (voire la production) des connaissances et des modes de travail pédagogiques et didactiques.
  • de dégager des perspectives renouvelées : théoriques, méthodologiques et pratiques de recherches tournées vers les rapports entre formation et emploi, savoirs de l’action et savoirs académiques, entreprise et institution éducative, système productif et système éducatif.

Trois axes de travail constituent le cadre de questionnement dans lequel les contributeurs sont invités à intervenir :

  1. Place de l’expérience dans les processus de construction des savoirs et dans les modes de travail pédagogique et didactique.
  2. Place de l’expérience dans le marché du travail, dans les pratiques de gestion des ressources humaines et dans la production et transmission des compétences.
  3. Place de l’expérience en quête de reconnaissance et de validation-certification.  

Ce colloque scientifique s’adresse aussi bien aux chercheurs universitaires de différentes disciplines (Sciences de l’Education, Gestion, Sociologie, Psychologie, Economie…) et de différents pays (France, Belgique, Suisse, Espagne, Portugal, Canada) qu’aux praticiens de la formation et de la gestion des ressources humaines.

http://cirel.recherche.univ-lille3.fr/experience2012/

Appel_à_communication et Modalités_de_soumission_et_Calendrier

Les partenaires

cirel

CHA-1

Lille1
 
CUEEP

lille3


jeudi 27 octobre

S'initier à la fonction documentaire à LILLE

logo2010

La semaine du 5 au 9 décembre 2011, à LILLE

100-11 - Fonction documentaire : 1ère approche

Public concerné : Professionnels de l'information

Toute personne exerçant des fonctions relevant des métiers de la documentation sans avoir reçu de formation initiale préalable. Ce stage ne peut, en aucun cas, se substituer à une formation professionnelle "qualifiante" en documentation.

Objectifs

  • Appréhender et comprendre le contexte de la fonction documentaire dans son entreprise (en interne comme en externe)
  • Être capable de contribuer à la mise en place des produits les plus adaptés à ce contexte
  • Identifier les technologies en jeu dans les pratiques documentaires
  • Se familiariser avec la terminologie du domaine

Méthode

Exposés théoriques et applications pratiques en groupe. Travaux pratiques (selon le lieu du stage : recherche documentaire en situation, élaboration d'un produit, visite d'une unité documentaire,...)

Programme

Appréhender les notions d'environnement informationnel de l'entreprise

  • connaître et analyser l'environnement interne et externe de son poste, de sa structure : comprendre les missions, connaître les uilisateurs
  • employer les termes exacts
  • positionner son poste et y intégrer les notions de qualité, de marketing, en comprendre la gestion


Identifier les produits performants et adaptés au contexte

  • déterminer des produits adaptés aux besoins, aux outils et aux moyens disponibles
  • utiliser les sources les plus pertinentes et savoir évaluer l'information
  • acquérir des notions de droit de l'information


Mettre en oeuvre des méthodes professionnnelles

  • savoir élaborer un plan de classement adapté à son service
  • identifier les modes d'accès à l'information
  • établir des critères de recherche
  • savoir analyser l'information trouvée
  • gérer les documents (physiques et électroniques) : identification, description bibliographique, description de contenu, métadonnées


Identifier les principaux usages des TIC dans les fonctions documentaires

  • connaître les fonctionnalités des outils électroniques : méthode de recherche de l'information sur Internet
  • diffuser l'information recueillie par le biais des intranets et d'Internet
  • savoir choisir les supports adaptés

POUR S'INSCRIRE, C'EST ICI.


 

 

Posté par brich59 à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 22 septembre

Le CUEEP de Lille rejoint la cité scientifique de Villeneuve d'Ascq

Depuis le 12 septembre 2011, le CUEEP (Centre Université - Économie d'Éducation Permanente) de Lille a installé son siège social ainsi que les formations qui se déroulaient à Lille (anglais, français langue étrangère et relations humaines) dans le bâtiment B8 de la cité scientifique de Villeneuve d'Ascq.
Les autres formations proposées au public restent dispensées dans les bâtiments B5 et B6, déjà positionnés sur le campus ou dans les sites préexistants de Tourcoing et de Sallaumines.
Créé en 1968 sur la volonté de prendre en compte les besoins de formation des individus et des organisations, le CUEEP est un institut de formation continue, composante de l'Université Lille 1, intervenant à tous les niveaux, de l'enseignement général à l'enseignement professionnel.

Communiqué Lille1

La nouvelle adresse postale est la suivante :

Université de Lille1
Cité scientifique
CUEEP-Bâtiment B8
59655 Villeneuve d'Ascq cédex

Pour s'y rendre : métro Cité scientifique et suivre ce plan.


 

Posté par brich59 à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,