jeudi 05 juillet

Chanter avec Col Canto

 

CClogo
L’ensemble vocal Col Canto est né en 1976. Il a été dans les dernières années dirigé par Marie-Christine Martin puis Frédéric Loquet. Son activité a été relancée avec l’arrivée d’un nouveau chef, Bruno Richardot, permettant de mener à bien un projet autour du Requiem de Fauré. Ce projet s’est concrétisé par un concert donné en décembre 2017 au Sacré-Cœur de Marcq-en-Barœul, avec le Requiem en version avec orgue, violon et violoncelle, et d’autres œuvres du compositeur, notamment la Messe Basse pour chœur féminin, et quelques pièces instrumentales.

Pour l’année 2018-2019, Bruno Richardot propose un programme à deux facettes.
Dans les deux cas, il s’agit de faire découvrir des œuvres d’un grand intérêt musical et poétique, injustement tombées dans l’oubli.

1 . Chansons et madrigaux autour de Gabriel Fauré

Le premier programme, qui veut être consacré cette fois à la musique profane et a cappella, est construit autour des relations que Gabriel Fauré pouvaient entretenir avec des compositeurs ayant écrit pour choeur mixte a cappella. Il s'agit, dans l'ordre chronologique, de Camille Saint-Saëns qui fut son professeur et néanmoins ami, Émile Pessard qui fut son collègue au Conservatoire, Georges Alary qui lui dédia ses Choeurs sans accompagnement, Reynaldo Hahn qui fréquentait les mêmes salons que Fauré, et, plus lointain, Joseph Guy-Ropartz, qui reprit la même structure que Fauré pour son Requiem.

2 . ”Une jeune fillette”, chansons de la Renaissance

Le second programme est construit, d'une part, autour de la chanson médiévale "Une jeune fillette", telle que publiée par Chardavoine en 1576. La chanson est ici restituée dans l’intégralité de son texte (7 couplets), sur des musiques des maîtres français des périodes Renaissance et Baroque. Eustache Du Caurroy, Marc-Antoine Charpentier, André Raison, Michel Richard Delalande, Jean-François Dandrieu ont en effet écrit des pièces instrumentales sur cette mélodie, ici transposées et restituées pour choeur mixte. Cette chanson donne ainsi lieu à une suite musicale chantée, avec intermèdes instrumentaux (luths), à partir des diverses variations auxquelles le thème a donné lieu à l’époque.
Ce programme comprend également une série de pièces Renaissance bien connues des choristes (Josquin Desprez, Claudin de Sermisy, Pierre Passereau, Pierre Certon, etc.).

 

Pour mener à bien ces deux programmes, Col Canto recrute des choristes expérimentés tous pupitres.

L’ensemble fonctionne en répétitions sur une dizaine de samedis (10h/16h30) dans l’année, à Marcq-en-Barœul, quelques répétitions en semaine pouvant être organisées par pupitres (en début de travail d’une œuvre) ou en tutti (notamment à l'approche des concerts).

Il est nécessaire d’avoir une bonne expérience de chant choral et un engagement de travail personnel avant les répétitions.

Contact pour audition : colcanto59@gmail.com.

 


 


lundi 20 novembre

Autour du Requiem de Gabriel Fauré

Ensemble Vocal COL CANTO, direction Bruno Richardot.

Solistes :

  • Anne Rousseau, soprane

  • Agnès André, mezzo-soprane

  • Jean-Jacques Steux, baryton-basse

  • Aurélien Fillion, orgue

  • Anne-France Dumoulin, violon

  • Solveig Meens, violoncelle

Vendredi 15 décembre à 20h30

Église du Sacré-Cœur de Marcq-en-Baroeul (Croisé-Laroche)

Tarifs : 10€/8€. Réservations : colcanto59@gmail.com

 

Le chef-d’œuvre emblématique de Gabriel Fauré est présenté dans sa version la plus intime et recueillie, par l’ensemble vocal COL CANTO et son nouveau chef Bruno Richardot, autour de l’orgue de l’église du Sacré-Cœur accompagné par le violoncelle et le violon. En harmonie avec ce temps fort du concert, choristes et musiciens interpréteront quelques œuvres que Fauré composa dans la première période de sa vie.

 

Ce concert, manifestation "associée" qui clôture en quelque sorte les Liaisons Musicales de Marcq-en-Baroeul, est donné à la mémoire de Paul DESCAMPS.

Présentation CONCERT COL CANTO-Flyer-

Première partie

Pelléas et Mélisande, op.80 : “Prélude” et “Sicilienne” (transcr. pour orgue et violon)

La “fête de la musique” n’existait pas encore. C’est le 21 juin 1898, à Londres, que Gabriel Fauré crée Pelléas et Mélisande, musique de scène pour la pièce de Maurice Maeterlinck. Les deux extraits qui en sont donnés aujourd’hui s’appuient sur la transcription que l’organiste Louis Robillard a récemment publiée (2015).

Cantique de Jean Racine, op.11  (4 voix mixtes et orgue)

Cette oeuvre chorale vaut à Gabriel Fauré un premier prix de composition à l’École Niedermeyer, dont il est pensionnaire depuis l’âge de 9 ans. Il a tout juste vingt ans et termine ses études musicales. Nous sommes en 1865. Publié onze années plus tard, le Cantique connaît un rapide succès. Marcel Proust, par exemple, y est très attaché. Ce succès ne se démentira jamais...

Ave Maria, sans n° d'opus (voix d'hommes et orgue)

Composé pour être chanté en août 1871 par le choeur de l'École Niedermeyer à l’hospice du Mont-Saint-Bernard, ce court motet pour trois voix d'hommes et orgue a été publié après la mort du compositeur. Beaucoup moins personnelle que le Cantique de Jean Racine, cette pièce dégage cependant un certain charme quelque peu désuet, témoin des compositions religieuses de l’époque.

Messe Basse, sans n° d'opus (soliste, voix de femmes et orgue)

André Messager et Gabriel Fauré, pour honorer leur villégiature estivale sur la côte normande, composent une petite messe pour les jeunes filles du Pays d’Auge. Il s’agit de la Messe des pêcheurs de Villerville. Nous sommes en 1881. Vingt-cinq ans plus tard, Fauré reviendra sur les pièces qu’il y a composées, les complètera pour en faire une Messe basse, quoique chantée, d’une belle facture. On retrouve dans cette partition la ferveur dépouillée du Cantique, en même temps que les alternances de pupitres du Requiem (chant antiphonique).

Deuxième partie

Après un rêve, op.7 n°1 (transcr. en ré mineur pour violoncelle & orgue)

Cette mélodie, composée en 1877, c’est-à-dire la même année que le Libera me du Requiem, est l’une des plus connues de Gabriel Fauré. Cette pièce est peut-être celle qui se diffusa le plus diversement : initialement composée pour mezzo (ou baryton) et piano, elle connut des adaptations pour violoncelle et piano (Pablo Casals en 1911), pour piano seul, voire pour orchestre seul, etc. Nous l’entendons transcrite pour violoncelle et orgue.

Requiem, op.48 (solistes, choeur, violon, violoncelle & orgue)

Doit-on présenter le Requiem ? C’est sûrement l'une des pièces chorales les plus chantées de par le monde, souvent en compagnie du Cantique de Jean Racine. Sa composition s’étale sur plus de dix années, du Libera me (1877) à l’Offertoire (1891). L’oeuvre connaît plusieurs orchestrations (1888, 1893, 1901). Col Canto la présente dans une forme peu courante, sinon inédite [?] : l’orgue accompagne le choeur tout au long (en appui sur la réduction d’orchestre de Jean Roger-Ducasse, l’un des élèves préférés de Fauré), le violoncelle et le violon venant soutenir l’ensemble et dessiner quelques volutes mélodiques. Seul le Pie Jesu, clé de voûte de l’oeuvre, n’est accompagné qu'à l'orgue.

 


Posté par brich59 à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,