mercredi 02 février

François Châtelet, Platon (1965)

En ce moment, je lis un ouvrage de François Châtelet, belle et rare entreprise d'approche de la démarche de Platon à partir de la question politique, ouvrage intitulé sobrement ... Platon (1965). J'ai lu ce numéro de la collection 'idées' de Gallimard il y a bientôt 50 ans, à l'orée de mes études de philosophie. Quel plaisir ! Quel bonheur de relire cet ouvrage, même pour qui connaît assez bien le philosophe grec ! Magnifique contextualisation de la démarche platonicienne dans l'écrin politique et social de la Grèce des Vème et IVème siècles. On ne peut que recommander cet ouvrage à tous les apprentis philosophes...

Au hasard de la lecture, quelques pensées parfois intemporelles.

  • Ainsi à la page 85 : "La démocratie telle qu'elle est pratiquée à Athènes ne développe pas la liberté : elle libère la violence." Plus loin, on comprend que, dans le fonctionnement de la doxa, de l'opinion qui ne fait que s'en tenir aux passions, aux pulsions de ceux qui la profèrent et la promeuvent, les discours se heurtent sans rien construire, "les opinions contradictoires s'entre-détruisent et laissent ce grand vide où s'épanouit la violence" (p.88)...
  • Ainsi à la page 107 : "L'expérience du dialogue [met] bien en évidence le fait qu'en parlant, et quand bien même resterait-il enfermé dans sa certitude, celui qui accepte de dialoguer se livre, en quelque sorte, à une exigence d'un autre ordre. En apprenant à entendre autrui, en se essayant de se mettre d'accord avec lui-même, il commence déjà à s'arracher à la fascination qu'exercent [sur lui] la passion et l'intérêt..."

 


 

Posté par brich59 à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,