mercredi 25 février

Une certaine façon de "gouverner"

Celui que les citoyens ont dernièrement élu comme le premier d'entre eux, comme "président" a un sacré toupet : il décide de l'argent des autres. Imagine, lecteur fidèle, que ton patron dispose de ton argent privé et te dise tout de go que tu dois abandonner telle ou telle source de revenus ! C'est pourtant ce que fait notre bon Roi d'Maubeuge allègrement depuis pas mal de temps. Piquer dans la poche de l'autre pour appliquer ses propres décisions, c'est cool, non ?

Le dernier coup en date est récent. Lors de sa dernière allocution télévisée, le bon roi a décidé la suppression de la taxe professionnelle qui, depuis longtemps, fâche le patronat. Le problème, c'est que cette taxe, ancestrale, est l'une des principales sources de revenus des collectivités locales (régions, départements, communes). Ces collectivités ont besoin de cet argent non pour payer des fonctionnaires à ne rien faire, mais pour développer des services aux populations locales notamment.

Bien sûr les élus de ces collectivités ont réagi, en adressant un courrier circonstancié à ... François Fillon.


Posté par brich59 à 20:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 24 février

Ste Marie, mère de Dieu, priez pour elles !

Extraordinaire, ce site de l'Union des familles !
Je reçois dans ma boîte aux lettres un message m'invitant à exprimer mon désaccord avec le projet de la droite française de réduire le congé parental de 3 à 1 ans. Fort bien, me dis-je ! Que dois-je faire ? Je clique donc sur le lien que me propose ledit message et tombe sur un site qui prétend se battre pour la reconnaissance des droits des familles. Je creuse à peine pour finir par me rendre compte très vite que, pour les responsables de ce site, l'équation parent => mère = femme est indiscutable, au point de n'être pas même posée comme telle.

www_uniondesfamilles_org_conge_parental_htm

Le pdf cliquable correspondant à cette si belle image est .

Je me demande comment mon copain, jeune père qui vient de passer trois années en congé parental, va vivre ça ! Je crois que je ne vais même pas lui montrer la belle image !


Posté par brich59 à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 22 février

Réponse simple à un commentaire

Hier soir, je trouve dans ma boîte un commentaire à mon dernier message "Enseignants aux enchères!" :

MDR
Rigolo ce blog.
Il est sous-titré "Blog où l'on parle de musique, de documentation, de formation continue et du reste...", et sur la page d'accueil comme dans les titres des "derniers messages", il n'est question que de politique...
Posté par musi, samedi 21 février à 10:17

Eh bien oui, cher MDR, BRICH59 est un blog où l'on parle de musique, de documentation, de formation continue et du reste... ! Dans ce reste, il y a les droits de l'homme, mais aussi la politique.

Trois choses pour justifier qu'on y parle aussi et parfois surtout de politique :

  1. Ce blog a été ouvert en mai 2004. Le projet initial était de parler de musique etc. C'était il y a bientôt cinq ans. En cinq ans, il s'est passé beaucoup de choses en France et dans le Monde. Du coup, la rubrique Droits de l'humain s'est très vite ajoutée aux rubriques installées dès le début.

  2. La campagne électorale et le discours populiste et outrancier de Monsieur Sarkozy m'ont plus qu'incité à exprimer sur ce blog mes réactions de quinquagénaire humaniste et rationaliste, surtout lorsque j'ai vu tous ces gens de bonne foi se faire prendre aux pièges de la rhétorique fallacieuse... Une rubrique spéciale est née le jour même de la fâcheuse élection de cet homme : la chronique de la révolte tranquille.

  3. Enfin, cher MDR, la prise de position politique n'est pas seulement, dans ce blog, un composant du reste ni une réaction à l'affreuse victoire sarkozienne. Qu'on parle de musique, de documentation ou de formation, la politique est partout, en dessous, comme discours de légitimation traditionnellement, mais par ces temps mauvais comme pratique hélas de sabordage généralisé...

On a beau être musicien, documentaliste, formateur et conseiller en formation, on en n'est pas moins citoyen, non ?

Espérant vous compter parmi mes fidèles lecteurs, et dans l'attente de vos commentaires éclairés, je vous prie d'accepter, cher MDR, l'expression de mes sentiments blogueurs.

Brich59


Posté par brich59 à 00:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 16 février

Enseignants aux enchères !

Le collectif des personnels mobilisés de Lille2 et le Collectif de mobilisation étudiante de Lille 2, ont le plaisir de vous inviter à participer
ce mercredi 18 février 2009, à midi,
dans la cour de la Vieille Bourse de Lille (Grand Place),

à une vente aux enchères en bonne et due forme
des enseignants par les étudiants !

  • Si vous êtes enseignants, venez habillés de vos blouses blanches, robes noires ou d'une pancarte affichant "Ceci est un enseignant(-chercheur)!" ou "Ceci est un prof!" ou autres.

  • Si vous êtes étudiants, le Collectif de mobilisation étudiante mettra à votre disposition les espèces nécessaires à l'achat de vos profs.

Si vous souhaitez être acteur à part entière de la saynète,
vous pouvez prendre contact avec eux
sur leur blog.


samedi 14 février

Lire La Princesses de Clèves

Superbe initiative des parisiens, à laquelle on ne peut que souhaiter un immense succès !


À l’initiative d’étudiants et d’enseignants-chercheurs de Paris-3 et d’ailleurs.

« L’autre jour, je m’amusais, on s’amuse comme on peut, à regarder le programme du concours d’attaché d’administration. Un sadique ou un imbécile, choisissez, avait mis dans le programme d’interroger les concurrents sur La Princesse de Clèves. Je ne sais pas si cela vous est souvent arrivé de demander à la guichetière ce qu’elle pensait de la Princesse de Clèves… Imaginez un peu le spectacle ! »
Nicolas Sarkozy, 23 Février 2007, Lyon.

« Il est toutefois significatif et triste de voir un Président considérer un monde où l’on demanderait à la guichetière ce qu’elle pense de La princesse de Clèves comme un repoussoir absurde et kafkaïen – alors que cela pourrait au contraire constituer la visée inspiratrice d’un monde possible éminemment désirable. » Yves Citton, Lire, Interpréter, Actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Paris, éditions Amsterdam, 2007, p. 223.

Parce que nous désirons un monde possible où nous pourrions, aussi, parler de La Princesse de Clèves, de quelques autres textes, et pourquoi pas d’art et de cinéma avec nos concitoyens quelle que soit la fonction qu’ils exercent,
Parce que nous sommes persuadés que la lecture d’un texte littéraire prépare à affronter le monde, professionnel ou personnel,
Parce que nous croyons que sans la complexité, la réflexion et la culture la démocratie est morte,
Parce que nous croyons que l’Université est et doit être le lieu de la beauté et non de la performance, de la pensée et non de la rentabilité, de la rencontre avec la différence – culturelle ou historique, et non de la répétition du même,
Parce que nous voulons témoigner de ce que notre métier d’étudiants et d’enseignants n’est pas seulement de professionnaliser et d’être professionnalisés mais aussi de lire et de donner à lire,
Parce que nous sommes en grève pour en témoigner,
Nous nous relaierons le lundi 16 février, à partir de 15h, devant le Panthéon, place du Panthéon à Paris, pour une lecture marathon de La Princesse de Clèves.
Rendez-vous à 14h50 devant le Panthéon ou à l’Université de Paris 3, 13 rue Santeuil, 75005 Paris, Hall des Amphis, devant l’Amphi A à 14h.
Tout lecteur volontaire est le bienvenu : on arrive quand on peut et on part quand on veut. On peut aussi rester.
Prévoir parapluies, papiers d’identité et cartes d’étudiants, thermos de café et voix bien posées.


La révolte tranquille est en marche !


Posté par brich59 à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 12 février

Quand on dissimule sa propre pensée, on pense pour les autres...

Très fort le Sinistre Besson ! Après le coup de la "majorité silencieuse" de Sieur Bertrand l'autre jour, c'est au tour de Messire Besson de s'approprier indûment ce qui ne lui appartient pas ! Commentant les commentaires sur sa "circulaire de la dénonciation", il dit :
Il n'y a que des élites tordues pour parler de délation. Il faut être tordu pour sortir ce langage de 2ème Guerre mondiale. Le peuple, lui, comprend bien qu'il y a des victimes et des bourreaux.

Je ne parle pas du fond (est-ce dénonciation ou délation, etc.) : la toile est emplie de réactions pertinentes. Je voudrais juste regarder la structure de ce commentaire des commentaires. Ça fonctionne en plusieurs deux étapes.

Étape 1
Il n'y a que des élites tordues pour parler de délation. Il faut être tordu pour ...
Ceux qui ne pensent pas comme lui, Messire Besson les qualifie d'"élites tordues". Messire Besson fait partie de l'élite droite, pas tordue... Ceci dit, on savait bien que le traite retors était passé à droite ! Mais de là à jouer sur les mots et prétendre que les gens de droite sont des gens droits, il n'y a que la rhétorique politicarde qui se l'autorise ! Ceci dit la gauche est bien maladroite depuis un certain temps... ;-)
D'autre part, personne ne sera insensible à la charge haineuse et méprisante de ces paroles. Quelle violence dans le débat politique ! Quelle mépris à l'endroit de ceux qui ne sont pas du même avis que lui ! Que de haine pour ses copains d'avant ! Cet homme-là doit être bien malheureux, doit se sentir bien méprisable pour cracher ainsi sur autrui ! Il est vrai que - mais cela n'excuse en rien Messire Besson - le mépris semble être aujourd'hui un mode de gouvernement obligé... du moins le constate-t-on.

Étape 2
Le peuple, lui, comprend bien qu...
Après s'est démarqué des "élites tordues", Messire Besson se penche avec condescendance vers le bas peuple. Lui, membre de l'élite droite, sait ce que pense le peuple. Lui, membre de l'élite de droite, fait mine de ne pas en être et d'être ainsi proche du peuple. Il est vrai que la caste réactionnaire s'affiche comme mouvement populaire...
Autant l'étape 1 me fait marrer, tant il clair que Messire se prend les pieds dans le tapis rouge que lui a déroulé la droite la plus réactionnaire, autant là mon rire se crispe ! À la seconde étape, je ne ris plus : entendre un homme politique parler ainsi me fait froid dans le dos : c'est une rhétorique de tyran, ni plus ni moins. Que n'a-t-on accompli d'odieux et d'inhumain au nom du peuple ! De quelle légitimité, de quelle autorité Messire se prévaut-il pour parler ainsi au nom du peuple ? Ce dernier existe-t-il seulement comme pensée, comme discours ? C'est qui le peuple ? Les non-élites ?
Quel charabia intellectuel que tout cela !

La pensée du peuple, sa compréhension, s'appelle Opinion. Et l'opinion est faite pour être accaparée par les marchands de soupe, les marchands de pub, etc. N'oublions jamais l'image du Coca dans le bout de cerveau disponible du téléspectateur de TF1 ! Avec Messire Besson, nous en sommes bien à ce niveau de pratique politique là.

Mais il y a danger : tous les tyrans, sans exception, ont compris et pensé à la place du peuple.
Et si un homme ou une femme lambda, du peuple, n'est pas d'accord avec cette assertion de Messire Besson, on fait quoi ? On fusille ? On exclut ? On bannit ?

Nous sommes décidément très bien gouvernés !
Et tu peux dormir tranquille, gentil citoyen :
on pense pour toi, on rêve pour toi !
Ne fais que dormir.
MAIS DORS !


mercredi 11 février

Vois pas ?

IMG_2234b

Photo prise ce 29 janvier à Lille par une des mes étudiantes... No comment !


mardi 10 février

Merci Nicolas !

Ça fait plusieurs jours que, dans ma BAL électronique, arrive ce type de message :

lereveestla

Décidément, le libéralisme mercantile n'hésite pas à aller jusqu'au bout de sa logique perfide ! Quand il reconnaît sa déconfiture, il continue son œuvre. Son chantre absolu avoue la catastrophe ? Faisons-en du fric !

Et c'est d'autant mieux joué que ce qui est en perspective, c'est précisément cette société-casino qui nous a mis dedans. Les "jeux" d'argent mettent à mal notre société, y compris financière ? Qu'à cela ne tienne, jouons de l'argent !

Magique, non ?


Posté par brich59 à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 31 janvier

Infopollution mercantile ... encore

lexiqueoldENCORE !

La semaine dernière, une pollution supplémentaire dans ma boîte aux lettres, toujours émanant du secteur de l'immobilier : Guy Hoquet est venu souillé ma maison. Guy Hoquet, non plus, ne sait pas lire...

Le site de Guy Hoquet est assez complet. On y trouve un glossaire, une liste de sites utiles...

Peut-être manque-t-il, dans cette liste, les coordonnées d'un organisme de lutte contre l'illettrisme, histoire d'apprendre à lire ce qui est inscrit sur les boîtes aux lettres qu'on souille...


Posté par brich59 à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 30 janvier

Quand on n'a rien à dire, on parle pour les autres...

bertrand_3..., c'est ce qu'a fait le secrétaire général de l'UMP hier soir en duplex depuis Bruxelles au cours de l'émission animée par Arlette Chabot, alors qu'il échangeait avec Martine Aubry. Pour amoindrir l'impact politique de la foule manifestant hier, il lance la géniale idée que, face à celles et ceux qui tiennent banderoles dans la rue, il y a cette majorité silencieuse qui a travaillé et donc mérité de la patrie...

Majorité silencieuse !
Voilà une de ces expressions qui me ravissent !
Voilà une de ces expressions comme je les aiment : aussi vides qu'il est possible !
Voilà une de ces expressions-interlopes, d'autant plus interlopes qu'elles sont creuses, c'est-à-dire propices à la cachette, et qui, du coup, fleurissent dans la logorrhée politique...

Parce que je pose la question : c'est quoi la majorité silencieuse ? C'est qui ?
Tous ces Français, fort nombreux et majoritaires dans le pays, qui, entre 1939 et 1945, par ce fameux pragmatisme si cher à notre gouvernement, ont "pactisés" avec l'occupant, ont accepté silencieusement le joug, voire ont "collaboré" (cf. la floraison des lettres anonymes de dénonciation pendant ces années troubles de notre histoire) ?
Tous ces allemands, fort majoritaires également, qui, au début des années trente, ont laissé s'installer l'une des dictatures les plus meurtrières de l'histoire européenne ? Etc.
La liste est longue des situations où le silence de la majorité est condamnable, où la majorité est coupable de se tenir dans le silence - coupable a posteriori, étant donné les conséquences de son silence, mais coupable a priori, étant donné les motivations de son silence...

En tout cas, sur ce sujet, je n'ai qu'une réplique et une seule :

Que celui qui parle au nom de la majorité silencieuse se taise, car, s'il parle en son nom, il la rend bavarde et elle n'existe plus !
Celui qui prétend parler au nom de la majorité silencieuse
tue la majorité silencieuse !

En fait, la majorité silencieuse est de l'ordre du désir (dont la mort répond à l'assouvissement), désir de celui qui veut prendre le pouvoir, désir de tyran... Invoquer la majorité silencieuse pour inviter à penser qu'on a raison est un acte de la tyrannie ordinaire.

Du point de vue informationnel, c'est ni plus ni moins de la manipulation de l'opinion. Et de la plus belle espèce ! En effet, ceux qui n'ont rien dit doivent accepter ce qu'on leur prête comme discours - sans quoi ils ne font plus partie de la majorité silencieuse. Bref,

celui qui prétend savoir ce que pense la majorité silencieuse
est un mage
 !
Ou un charlatan !

La seule façon d'empêcher cette sophistique politique trop simple et trop efficace est de ne plus se taire. C'est aujourd'hui plus que jamais un impératif.