samedi 06 mai

La Chapelle des Flandres, cuvée 2006

cdf2006

LA CHAPELLE DES FLANDRES
Chant polyphonique

La Chapelle des Flandres promeut l'art du chant polyphonique à haut niveau, du franco-flamand aux musiques actuelles, du concert classique aux spectacles innovants.

CRÉATION 2006

Rituels mécaniques

  • "Missa ex machina", de Maurice Bourbon
  • "Laine Mémoire", spectacle vidéo théâtral

Cœli et Terra, les ex-salariés du peignage Tossée

Lundi 1er mai, 16h00
Roubaix, église St Joseph


Nymphes des Bois, conte polyphonique

Cœli et Terra, Cie Coquelicot, C.Rodriguez

Mardi 16 mai, 20h30
Roubaix, La Condition Publique
(14 place Faidherbe)


Swinging Generation

  • "Free", voyage afro-vocal du jazz au gospel
  • "L'ami Baudichon", messe de Josquin Desprez

Biscantor!, chœur régional de jeunes

Jeudi 25 mai, 20h30
Roubaix, Temple protestant
(27 rue des Arts)


Josquin & Venise

  • Messes "Mater Patris" et "Di Dadi" de Josquin Desprez

Métamorphoses, ensemble vocal

Vendredi 23 juin, 20h
Hem, Chapelle Ste Thérèse
(14 rue de Croix)



Posté par brich59 à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 15 avril

Les Josephonies, à Roubaix

9156_fly_1er_maiL’église Saint Joseph, classée monument historique et située à Roubaix, au cœur du quartier de l’Alma en pleine mutation, accueille les Josephonies, festival vocal autour des musiques du monde. Ce festival débutera le 1er mai 2006 et comprend 4 dates clés : 1er Mai, 20 Mai, 17 Septembre, et 3 Décembre 2006.
Le festival des Josephonies est une initiative de l’association laïque des Compagnons de l’Église Saint Joseph, présidée par Véronique Lenglet, pour faire vivre culturellement le lieu toute l’année.
Les Josephonies débutent avec la journée du 1er Mai « Le festival du travail », moment de découverte et d’échange unique avec des chanteurs, cinéastes, travailleurs, artistes,…
Le festival du 1er Mai est un événement humain et artistique déjà mis en place depuis 2 ans, ayant lieu pour la 3ème année consécutive, mais il s’inscrit cette fois dans le festival des Josephonies.


Déroulement de la journée du 1er mai 2006 :

À partir de 14h
Démonstrations : illustrations et calligraphie gothique
Animation décalée
Projection

  • Film dédié aux travailleurs roubaisiens de Jérémy Moncheaux (2004)
  • Film « La marche des machines » d’Eugène Deslaw (1929)

Stands

  • Culture italienne
  • Souscription pour la publication d’un livre d’art et d’histoire sur St Joseph
  • Jeux flamands
  • Ateliers culturels des Josephonies
  • Collectif de l’Union

Toutes ces animations et expositions sont en accès libre tout au long de la journée

16h
Concert : Rituels mécaniques

  • 1ère partie : Mémoire du fil, spectacle vidéo théâtral par les anciens salariés de la Tossée
  • 2ème partie : Missa Ex Machina (création) de Maurice Bourbon par le chœur mixte Cœli et Terra

9156_fly_1er_mai__600x422_Située dans le quartier de l’Alma, et classée monument historique depuis juin 1993, l’église est une perle du style néogothique. L’intérieur est un véritable chef d’œuvre des arts décoratifs ; dorures et peintures polychromes ornent les murs, la nef et les colonnes. L’église offre une acoustique excep- tionnelle, propice aux concerts.
Au cœur de la future zone de l’Union  (le plus Grand Projet Urbain de la Mé- tropole depuis Euralille), le quartier de l’Alma profite aujourd’hui d’une dyna- mique visant à en faire un pôle de développement autour de l’image et des textiles innovants (implantation de bureaux et logements prévue). Bordé par le canal, il connaîtra dès 2008 la réouverture au tourisme fluvial.
Les Josephonies sont organisées en partenariat avec la ville de Roubaix, le Conseil général du Nord, Api restauration et l’agence « Quelle belle idée ! ».

Prix des places : 5 € en vente sur place
Renseignements : 06 68 60 39 79  - 03 20 11 16 97
Eglise Saint Joseph, 125 rue de France à Roubaix.


Contact Presse :
Alternative RP - Fabienne Lemaître
86 Avenue de la Marne  59700 Marcq en Baroeul
Tél : 03 20 98 59 36 / 06 86 78 49 53


Posté par brich59 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 26 février

Heureux qui comme Félix

mendelssohn_fHeureux qui comme Félix
Duos de Mendelssohn, Lieder de Schubert

  • Juliette de Massy, sopranoschubertf
  • Vanessa Fodil,
                       mezzo-soprano
  • Nathalie Morazin, piano


Mardi 14 Mars 2006 à 20h30
Centre Noroit, 9 rue des Capucins, Arras

Tarifs 10-7-5 €


Posté par brich59 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 02 janvier

Bonne année 2006 pour la musique !

À La Chapelle des Flandres, l'année 2005 aura été musicalement fructueuse. 2006 s'annonce productrice de nouveautés - et pas seulement musicales.

Si l'on s'adonne au jeu classique du rétroviseur annuel, on voit que 2005 aura été gouverné par deux volontés fortes, toutes deux centrées sur la restitution musicale : travailler encore et toujours Josquin des Prés et travailler la forme même du concert. 2005 aura été aussi l'année de naissance de Biscantor!, chœur régional de jeunes, visant à restituer dans son fonctionnement les chapelles franco-flamandes du XV° siècle. 

  • Travailler JOSQUIN
    comme on travaille une pâte riche en levain

voeux2006_01_1024_1Cela fait un bon nombre d'années que l'association La Chapelle des Flan- dres, avec ses deux ensembles Métamorpho- ses et Cœli et Terra, travaille à restituer ce joyau de la musique franco-flamande que constitue l'œuvre du très fameux "Maître des notes" comme disait Luther. Ces messes notamment font ainsi l'objet d'un soin tout particulier. pho1_183569Cette musique partage avec celle de JS Bach la caractéristique d'être à chaque fois un système architectural. Le dialogue des voix (contrepoint) est y immédiatement spatial et chaque nouvel argument de l'une des voix fait évoluer la construction dans son ensemble. Écoutez un des Motets de Bach les yeux fermés... et vous verrez les voix discuter entre elles. Écoutez tel Agnus de Josquin... il en sera de même.

superius_et_le_contratenor__encadrant_le_cantus_firmus2Mais il y a aussi l'homme Josquin, dans son temps, temps de renaissance comme disent les historiens, temps d'innovation aussi. 1440-1521 : Josquin aura vécu plus de quatre-vingts années de cette période riche en invention - dont celle de l'imprimerie, et de l'imprimerie musicale - mais aussi période riche en guerres et autres œuvres de mort. La première victoire du jeune roi François 1er, la première année de son règne, la trop fameuse Bataille de Marignan - présente dans l'imaginaire historique collectif des Français [1515 !] -, n'a-t-elle pas été acquise à un terrible prix : 16.000 morts en quelques heures (du jamais vu !) ?   À la fin de sa vie, le Maître a-t-il entendu l'appel d'Érasme de Rotterdam pour la paix (Querela pacis undique gentium ejectae profligataeque) ? Période contrastée donc, où il était passionnant de situer Josquin, non seulement sur le plan musical, mais aussi sur le plan dramatique: c'est l'enjeu de Nymphes des Bois, théâtre musical, création de Maurice Bourbon et Philippe Jacquier, réunissant musiques franco-flamandes et du XXI° siècle, qui sera donnée en 2006 dans notre région.

  • Travailler la forme même du concert

voeux2006_02_1024_1Avec Josquin ou Bach, on touche fatalement la question des rapports entre espace, temps et matière. Ces trois éléments - que la théorie de la relativité a articulés il y a un siècle - sont la matière première des musiciens depuis la nuit des temps...

L'idée est simple : la musique est un art qui fonctionne sur la répétition (sujet/contre-sujet, thème/variations, cellules rythmiques, reprises, etc.), mais un art qui n'existe que "concrétisé" dans une "re-présentation", toujours la même et toujours différente... Cette re-présentation, cette concrétude inscrivent la temporalité de la répétition - qu'on peut concevoir in abstracto - dans l'espace hic et nunc de la représentation. L'organiste par exemple, interprétant telle toccata de JS Bach, devra "composer" non seulement avec la qualité de l'instrument qu'il a sous les doigts (choix des jeux, notamment), mais aussi avec l'espace où le son va se déployer (choix de l'articulation des doigts, notamment).

L'ensemble vocal est un instrument certes et le chef de chœur est comme l'organiste. Mais un ensemble vocal, ça bouge, c'est un groupe de personnes qui ont de la voix, mais qui sont sur leurs jambes...

condition_publiqueCœli et Terra a expérimenté cette réalité pour la première fois en septembre dernier, lors des journées du patrimoine. C'était à Roubaix, à la Condition Publique. Souvenez-vous : l'ensemble vocal se déplaçait de la scène vers l'allée centrale, pour finir dans la grande salle, jouant des résonances des lieux, jouant même du mouvement des spectateurs...

Et, pour remplacer la continuité statique du groupe sans autres mouvements que celui des lèvres et celui des yeux, le directeur artistique de La Chapelle des Flandres, Maurice Bourbon, a imaginé d'instituer un fil vocal continu... Le concert s'entend alors dans un souffle ininterrompu où chatoient les sons concrètement déterminés, où s'entrecroisent les mélodies diaprées et où savent renaître les accords au bout de la respiration.

lille__11L'intervention de l'ensemble Cœli et Terra le 22 décembre au Palais des Beaux-Arts de Lille a été de ce point de vue très significative. Et le public a été transporté par cette succession d'histoires racontées en chantant, par ces accords mou- vants qui soudain habitaient l'atrium du musée, par toute cette musique enfin aérienne et emplissant l'espace comme en dansant.

Une musicalité qui restitue des chefs-d'œuvres des anciens et nouveaux maîtres de musique, mais qui restitue, dans le même mouvement, les reliefs sonores de l'architecture des lieux où elle se déploye aujourd'hui.

  • Une projection pour 2006

Dans la droite ligne de la tradition musicale franco-flamande, la rumeur prête à Cœli et Terra et à Biscantor! deux créations de messes, dont l'une sur un thème populaire, et à Métamorphoses l'enregistrement d'un CD Josquin. Mais chut...

Bonne année musicale !


Posté par brich59 à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 24 décembre

Joyeux NOËL !

Ainsi l'industrie musicale n'est pas contente !
Les députés ont adopté, mercredi 21 décembre, deux amendements permettant la légalisation des échanges de fichiers sur Internet. Du coup, ceux qui font leur beurre sur la tartine de l'industrie musicale râlent...

J'ai deux questions :

  • qu'est-ce que ça fait, en fait, que les députés aient adopté ces deux amendements ?

  • c'est quoi l'industrie musicale ?

trombonneOui, qu'est-ce que ça fait, en fait, que les députés aient adopté ces deux amendements ? Trois remarques, ici. Tout d'abord, ça fait longtemps que je ne crois plus au Père Noël et pourtant j'aime voir les enfants recevoir leurs cadeaux de Noël... Je ne crois plus à la sympathie des grands industriels et de leurs laquets politiques et pourtant je me réjouis du vote du 21 décembre ! Ne nous faisons pas d'illusion béate : le gouvernement va reprendre sa copie de plus belle et les députés gaudillots vont tous être là le jour J pour établir le droit de cuissage de l'industrie sur la création et l'expression artistiques...

Certes, il y aura la difficulté de la preuve. Quand la CNIL dit qu'il sera difficile de prouver que l'auteur de la contrefaçon est également le titulaire de l'abonnement à internet, je crois qu'il faut l'entendre et s'attendre, du coup, à du répressif hyper-musclé. Quand le droit n'est pas clair, la force vient souvent cacher l'obscur !

Et puis, enfin, on pourrait se dire que le gouvernement et son ministre de la Culture feraient mieux de prendre correctement en main le dossier de l'indemnisation des intermittents ! Car la version provisoire du nouveau protocole d'indemnisation, reprennant en grande partie celui de 2003, n'est vraiment pas du tout satisfaisant pour les artistes et du monde culturel en général. Là l'industrie musicale ne s'émeut pas !

Mais c'est quoi l'industrie musicale ?

distributionJe me souviens de l'article qu'Edgar Morin avait publié dans Le Monde à l'époque de Salut Les Copains pour montrer comment se mettait en place une industrie culturelle naissante... L'intérêt de cet article est certainement de nous ouvrir les yeux sur la réalité de la Culture dans le monde libéral, capitaliste et industriel... Relisez-le ! Ou alors allez au cinéma et, attendant la projection de Narnia, visionnant la bande annonce de Bambi2 ... et les publicités MacDo ou Kellogg's qui suivent, ayez le courage de poser la question : on fête quoi, là ? Un nouveau grand dessin animé réalisé à partir d'une œuvre de la littérature pour la jeunesse, une œuvre d'art qui propose de reprendre le fil de superbe dessin animé de Bambi - qui nous a tous charmé un jour - ou bien les hamburgers de l'horrible MacDonald et les céréales américaines ? On fête quoi ? des œuvres culturelles ou des "produits dérivés" ?

D'autre part, il semble que se mène ici un combat de sourds : il n'y a aucune corrélation entre la copie et la vente des CD... S'il y en a une, elle va dans le sens opposé de ce que craignent les magnats de l'industrie (les gens qui écoutent de la musique sur le Net, on envie d'acheter) ! Alors c'est quoi le problème ? On nous dit qu'une trentaine d'artistes (Vincent Delerm, Corneille, Johnny Hallyday, etc.) ont signé un texte commun pour préciser que le fait qu'ils se soient "opposés aux sanctions prises contre les internautes ayant téléchargé illégalement de la musique sur Internet"  ne signifiait "en aucun cas" qu'ils étaient "favorables à un système de licence globale". "Au contraire, nous estimons qu'elle menace la création et la liberté des artistes", précisent-ils dans un communiqué.

Ils sont où les artistes ?

Parce que, ceux que je connais, moi, c'est pas Delerm ou Johnny. Ceux que je connais, moi, ils ont un talent et un professionnalisme fous et pourtant l'industrie culturelle les ignore ! Ces artistes que je connais et que je vois créer et interpéter, ils font du spectacle vivant, pas de la mise en boîte de musique comme on mettrait en boîte des sardines à l'huile. Et que je sache, le problème de la contrefaçon ne se pose pas dans le spectacle vivant - sauf à se rendre compte, lors d'un concert, que le succès industriel de tel ou tel artiste est usurpé et ne correspond pas à ce qu'on attend d'un artiste, précisément...

L'art et la culture n'habitent pas primordialement l'industrie culturelle ! En tout cas, ils n'en sont pas l'apanage !

Alors qu'on nous lâche les basques avec ces histoires de copies contrefaçons piratages... Et qu'on ne nous dise pas encore et encore que la lutte contre la copie est finalisée par la volonté déterminée à faire respecter le droit d'auteur, "conquête de la Révolution française". Rien n'aurait-il changé en de deux siècles ? Et puis, d'autre part, Virgin aurait-il si bruyamment, si effrontément, si scandaleusement manifesté dans le lieu sacré de la République si le but ultime et principal de cette affaire était le droit des auteurs ?

Les vrais pirates, les authentiques spolieurs ne sont pas ceux qu'on dit !

Par rapport à la culture (vivante, humaine, réelle, etc.), l'industrie culturelle est de l'ordre de l'épiphénomène. Le problème est que, dans notre monde capitalistico-libéral, l'épiphénoménal, quand il est d'ordre économique, finit par dicter sa propre loi au réel, à l'humain... !
J'ai lu un jour quelque part que vivre pour obéir aux impératifs économiques n'était que survivre. Alors

J O Y E U X    N O Ë L
et bonne survie !

Pauvres de nous ! ! ! ! !


Posté par brich59 à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 19 décembre

La Nativité - La Vierge à l'Enfant

noct_22decSpectacle vocal
de Maurice Bourbon

avec le chœur
Cœli et Terra

jeudi 22 décembre 2005

au Palais des Beaux Arts
de Lille

Sur un fil musical continu d'une heure (œuvres du XVI° au XXI° siècles), à la découverte des acoustiques naturelles du Palais des Beaux Arts de Lille.

[cliquez sur l'image pour l'agrandir]

De 18h30 à 19h30 et de 19h30 à 20h30 : interventions dans les salles d'exposition et dans l'atrium.

De 20h30 à 21h30 : concert spatialisé "sur un fil" dans la galerie d'accueil.

Une production de l'association La Chapelle des Flandres.

ATTENTION : nombre de places limité -> venez à l'heure !


Posté par brich59 à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 01 décembre

Le monde de Charles Edmond de Coussemaker

Si vous avez pu lire attentivement le programme de l'opération Cantus 21, vous avez peut être remarqué qu'il y avait une série de conférences programmées (dans la rubrique "rencontres").

Il se trouve que mon amie Sophie-Anne Leterrier va contribuer à l'une d'elles. Elle parlera de 73xCharles Edmond de Coussemaker (né le 19 avril 1805 à Bailleul, mort le 10 janvier 1876 à Lille*), archéologue musical, érudit qui a travaillé sur la musique du passé, historien-musicologue avant la lettre.


Professeure d'histoire contemporaine à l'Université d'Artois, Sophie-Anne Leterrier s'intéresse aux "musiques fonctionnelles" du XIXe siècle (musique militaire et musique liturgique notamment), ainsi qu'à l'historiographie. Après Le XIXème siècle historien. Anthologie raisonnée (Belin, 1997), elle publie en janvier prochain, chez Armand Colin, un ouvrage sur l'esprit historique dans la musique : Le mélomane et l'historien.

Jeudi prochain, elle évoquera le "monde d'Edmond de Coussemaker", c'est-à-dire le contexte de ses recherches, les réseaux érudits auxquels il a participé, les raisons motivant le choix des sujets de ses travaux (la théorie musicale au Moyen Age et les archives musicales locales essentiellement).

Cela aura lieu à Bailleul, salle Peguy (en lien avec l'expo au musée Benoît de Puydt) le jeudi 8 décembre à 18H (petite conférence d'une demie-heure environ ; si vous voulez voir l'expo, prévoyez une demie-heure en plus). La salle se trouve place St Vaast (juste derrière l'hôtel de ville).

Vous êtes, bien sûr, les bienvenus !

Note *
De Coussemaker étudie le droit à Paris et suit en même temps une formation musicale dans l'espoir de devenir un jour compositeur. Il travaille par la suite à Douai en tant que juriste. Il devient enfin juge à Bergues, Cambrai, Dunkerque, Hazebrouck et Lille. Il fonde le Comité Flamand de France en 1853 visant à éviter la disparition du néerlandais en Flandre française.


Posté par brich59 à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 30 novembre

Spectacle déambulatoire dans un seul souffle...

Dimanche après-midi, au couvent des Dominicains, les applaudissements étaient déjà très nourris pour saluer l’entrée de l’ensemble vocal Cœli et Terra. C’est dire la renommée que le groupe a déjà acquise !

Cœli et Terra fait partie de l’association  La Chapelle des Flandres, pôle d’art vocal dans le Nord - Pas-de-Calais, ainsi que Métamorpho- ses et Biscantor.

Habitué depuis trois ans à venir au couvent de la rue Salomon, l’ensemble existe depuis 1987. Une trentaine de chanteurs (des amateurs, mais aussi quelques professionnels) interprètent un répertoire qui allie des oeuvres sacrées de la Renaissance avec d’autres, plus contemporaines.

vdn_051122Modernité

Ainsi au programme, il y avait Josquin Desprez, Gregorio Allegri, Clément Janequin, mais aussi Mau- rice Bourbon. Ce dernier est le chef de Cœli et Terra, mais il est aussi compositeur. « Il respecte la tradition, et en même temps il renouvelle, explique Franck Larère, chargé de communication. Il ne nie pas le passé. Mais son écriture est pleine de modernité, il y inscrit de nouvelles formes qui s’intègrent parfaitement ».

Tenebrae factae sunt, Pleni sunt et Champ de bataille, trois œuvres de sa composition, ont contribué à tisser le fil du spectacle, étiré durant une heure, dans cette enceinte merveilleuse du couvent, pour près de 300 spectateurs ravis et captivés.

Le concert n’est en effet pas fait de petits morceaux entrecoupés d’applaudissements, mais il se fait d’un seul souffle. Le son est continu. En tenant la note, les acteurs changent de place, se séparent, se rejoignent, offrent de nouvelles sonorités... C’est la magie de Maurice Bourbon : créer un programme en fonction de l’acoustique des lieux.

© La Voix du Nord (J.-M. S)
datée du 22 novembre 2005


Posté par brich59 à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 13 novembre

Automnale, concert vocal

tract_r tract_v

Concert vocal
au Couvent des Dominicains

7 avenue Salomon à Lille
dimanche 20 novembre
à 17h.


Cliquez sur les images pour lire les deux
faces du tract d'annonce de ce concert :
vous pourrez lire au verso les prochaines
manifestations auxquelles l'Association
La Chapelle des Flandres vous invite...

Quatre musiciens compositeurs, "maîtres des notes",
quatre sculpteurs de voix, sculpteurs de choeurs
sont à l'honneur lors de ce concert vocal et spatial tout à la fois,
dirigé par l'un d'eux :

JOSQUIN DES PRÉS
(v.1440-1521)
CLÉMENT JANEQUIN
(1485-1558)
GREGORIO ALLEGRI
(1582-1652)
MAURICE BOURBON


ATTENTION : IL Y A UNE  NOUVEAUTÉ

Les billets sont en prévente jusqu’au 15 novembre au prix de 7€ au lieu de 12€ le jour du concert. Profitez-en, c'est on ne peut plus simple ! Il vous suffit d'envoyer un chèque à l’ordre de La Chapelle des Flandres, à l’adresse suivante :

Chapelle des Flandres
Nicole Bonnardel
170 rue du Quesne
59700 Marcq en Barœul

Vous aurez pris soin de noter au dos du chèque le nombre de places demandées ainsi que le nom sous lequel vous réservez ces billets... Ces derniers seront mis à votre disposition à l’entrée, le jour du concert. Il vous suffira de dire le nom que vous avez inscrit au dos du chèque (pas d’envoi à domicile)...


Posté par brich59 à 01:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 25 octobre

La Chapelle des Flandres fait son automne...

josquin_rose Le coup d'envoi de la saison automnale 2005 de l'association La Chapelle des Flandres sera donné à Cambrai, le 19 novembre. Le grand JOSQUIN DESPRÉS n'est pas au programme de ce concert. Il marque- ra pourtant fortement cette saison de son empreinte...

Ce concert du samedi 19 novembre vous permettra de faire connaissance avec deux musiciens assez rares, Jean Richart et Régis Campo (photo ci-dessous). Le premier fut un notable cambraisien au XVIIème siècle, l'autre est né à Marseille en 1968. La pièce pour huit voix du premier date de 1628 ; la pièce composée par le second lui a été commandée en 2005 par l'association Ad fugam.campo

Vous retrouverez Régis Campo et sa Missa Amici le mercredi 23 novembre (18h30), mais à Villeneuve d’Ascq cette fois (église St Pierre à Ascq) et en compagnie de Josquin Després (Messe Gaudeamus). C'est à partir d'une pièce de ce dernier que Régis Campo a composé sa messe...

Josquin, vous le retrouverez un peu avant ce dernier concert : ce sera lors du traditionnel concert d'automne chez les Dominicains, cette année le dimanche 20 novembre, à 17h. Josquin sera en compagnie de Clément Janequin, Gregorio Allegri et Maurice Bourbon.

raphael Enfin, l'association La Chapelle des Flandres vous propose, juste avant Noël, une visite guidée à tra- vers les départements Moyen-Age et Renaissance du musée du Palais des Beaux-Arts de Lille, suivie d'un concert par le chœur de chambre Cœli et Terra : chants sacrés autour de la Nativité, de la Renaissance au XXIe siècle, “sur un fil”, à travers le musée. Ce sera le jeudi 22 décembre, dès 19h...
Mais je vous en reparlerai.

De même que nous reparlerons de Nymphes des bois, concert spectacle en création de Maurice Bourbon et Philippe Jacquier, avec Cœli et Terra, six comédiens et Casilda Rodriguez à l'accordéon. Autour de la vie du compositeur Josquin Després (v.1440-1521), des guerres du Moyen-Age à l’humanisme de la Renaissance - Erasme, par exemple, dont je vous parlais l'autre jour -, une évocation vocale et théâtrale de l’homme en quête d’absolu...
nimphes_des_bois11

[La troisième image de ce message représente un détail d'un Raphael exposé
au Palais des Beaux-Arts de Lille été 2003 (Raphael : 1483/1520
)]


Posté par brich59 à 00:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]