samedi 28 mai

Mais où est donc le problème ?

Les adultes, l'informatique et la résolution de problèmes. Où est donc le problème ?

Ce rapport, publié par l'OCDE, présente une analyse approfondie des résultats de l’Évaluation des compétences des adultes dans le domaine de la résolution de problèmes dans des environnements à forte composante technologique, ainsi que des indicateurs sur l’utilisation des TIC et la résolution de problèmes.

Source : http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/education/les-adultes-l-informatique-et-la-resolution-de-problemes_9789264251069-fr



dimanche 07 février

Compétences-clés, telles qu'en 2005

Diapositive1Retrouvée dans les profondeurs d'un de mes disque dur externe, une présentation (pour mes collègues de l'époque) concernant la problématique des compétences-clés.

Avant de jeter à la poubelle digitale, je le jette en pâture sur la toile.

On ne sait jamais...  ;-)

 

Diapositive2

Posté par brich59 à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 31 mars

Learning Center INNNOVATION


Posté par brich59 à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 04 février

Quand je lis ou entends le mot 'employabilité'...

La formation sert-elle à donner du sens à l’employabilité ? demande Marion, experte en formation RH chez Demos, qui poursuit : Ilin existe deux philosophies selon lesquelles la formation aurait pour objectif de développer l’employabilité. Cette dernière, qui est l’un des objectifs de la formation, a-t-elle plus de chances d’aboutir si un modèle de formation utilitariste est proposé aux apprenants ? Ou au contraire, l’employabilité passe-t-elle davantage par une vision humaniste de la formation ? Ce débat reste plus que jamais ouvert... Alors ouvrons le débat.

Pour ma part, quand je lis ou entends le mot 'employabilité', je fronce les sourcils !

Ce terme est apparu massivement si je me souviens bien fin des années 80 / début des années 90 au sujet des jeunes demandeurs d'emploi trop loin de l'emploi, juste après qu'on a développé l'idée des "compétences de 3ème dimension" (cf. Simone Aubrun, Roselyne Orofiamma en 1990 notamment), idée qui émergea quelques années après que l'équipe animée par Lucie Tanguy ne publie un état des recherches en France sur les relations entre formation et emploi (1986), résultat d'un séminaire scientifique sur la problématique des relations complexes entre système éducatif et système productif, problématique qu'avait quelque peu redessinée la mise en place du "dispositif jeune" mis en place par le gouvernement PS/PC à partir du fameux rapport Schwartz (1981). Voilà pour la contextualisation historienne - encore le rapport Schwartz n'est-il pas parti de rien. Reste qu'une telle contextualisation permet de mesurer les contours d'un questionnement social voire sociétal fort.

Pour faire bref : on est en effet parti du constat de la sur-représentativité des jeunes dans la population des demandeurs d'emploi. Bertrand Schwartz défendait l'idée que, si l'emploi est d'une importance majeure dans la construction de l'identité des jeunes, il n'est pas le seul élément. Il prônait une prise en compte de la globalité de la personne, avec toutes ses dimensions (santé, logement, etc.). D'où les Missions Locales.

Sauf que, de la même façon que le législateur avait quasiment réduit vingt ans auparavant l'éducation permanente à un outil d'ajustement à l'emploi (dès la loi de 1971), le traitement du chômage des jeunes a trop vite été isolé de la problématique de la globalité de la personne pour devenir une problématique en soi, mettant face à face l'employeur (on préfère dire l'entreprise, mais ce n'est pas la même chose) et le jeune sans emploi. Ce jeune était mal formé, n'avait pas reçu la bonne formation professionnelle, certes ; mais avant tout il n'était pas à même d'entrer dans le monde du travail. Il lui manquait de toutes façons un savoir-être du type : être capable de se lever tôt pour aller travailler (ou simplement chercher du travail), dire bonjour au monsieur qui embauche sans mâchouiller on ne sait quoi, tenir 8 heures par jour au boulot quand il en a, ne pas râler dès qu'un truc le dérange, etc. Je suis conscient que je présente la fameuse 3ème dimension de façon légèrement caricaturale, mais ce fut vécu comme ça par de nombreux "jeunes". L'un des résultats de cette histoire fut l'avénement de l'EMPLOYABILITÉ.

Cette dernière se définit comme "capacité à être employé". Son agent est grammaticalement le non-employé, le chômeur - qui est un "incapable". L'employabilité est l'affaire du jeune qui ne trouve pas de boulot. Du coup on peut ériger en maxime l'idée que, si quelqu'un ne trouve pas d'emploi, c'est de sa faute. Je renvoie à une bonne partie des travaux de l'économiste Laurent Cordonnier (Lille1). Bref : culpabilisation du chômeur comme stéréotype imposé par le système productif.

D'un autre côté, soyons clair : le patronat a intérêt, selon la fameuse loi du marché (offre/demande), à ce qu'il y ait le plus de chômeurs possible (la fameuse "armée de réserve") et ce pour deux principales raisons. Première raison : il faut pouvoir ajuster l'embauche aux variations de la production ; un classique encore présent dans le discours patronal. Deuxième raison : le rapport de force entre le chômeur et l'employeur n'est pas équilibré, mais à l'avantage exclusif de l'employeur ; et là on touche à un problématique qui relève en fait des Droits de l'Homme mais que le patronat veut réduire à la sphère économique. C'est la fameuse question de la moralité du capitalisme, à quoi le soi-disant philosophe nous fait le coup des ordres inconciliables et répond qu'on ne saurait évaluer des activités techniques (l'économie est une technique) avec des concetps qui relève d'un autre monde, le monde de la morale...

Mais à bien réfléchir, et en s'attardant sur le problème des "emplois vacants" souvent mis en avant par les libéraux et le patronat pour vilipender les chômeurs qui refuseraient de bosser, il est clair qu'à côté de l'employabilité il faut parler de l'EMPLOYEURABILITÉ, à savoir la capacité de l'employeur à recruter... Je ne développe pas et vous renvoie à l'excellent article d'Anne FRETEL, chercheur en économiste à Lille1, publié dans Les nouvelles d'Archimède (n°65, p.20sq.) : "Emplois vacants : la faute aux chômeurs ?".

Donc je reformule la question de Marion : la formation peut-elle donner du sens à l'employeurabilité ?


Posté par brich59 à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 29 janvier

Évaluer ou prescrire, il faut choisir !

Une évaluation ne peut être conduite par ceux qui font en même temps de la prescription, a proclamé Vincent Peillon installant le CNESCO (Conseil national d'évaluation du système scolaire) hier, mardi 28 janvier 2014, à Paris. Cette instance sera indépendante, là où la DEPP (Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance) était un service du Ministère de l'Éducation nationale...

Si tant est que le CNESCO a des chances de rester authentiquement indépendant, on ne peut que saluer l'initiative du ministre. Qui a oublié l'usage désastreux, dégoulinant de communication politicarde, que le précédent ministre faisait de la DEPP et de l'inspection générale ? Rapports planqués sous le tapis quand aucun "élément de langage" de pouvait les tordre dans le sens du poil sarkozien etc.

C© Ambroise Monod, 1992 (c)eci dit, cette pratique chatelo-sarkozienne de l'évaluateur-prescripteur n'est pas l'apanage de la droite réactionnaire. J'ai connu, il y a certes longtemps, de tels agissements commis par la gauche d'avant-garde. C'était au début des années quatre-vingt-dix et ça s'appelait recherche-action de type stratégique. La stratégie n'était en l'occurrence possible que grâce à une confusion des rôles en règle, où le prescripteur de l'action évaluée, le prescripteur de l'évaluation et l'évaluateur étaient, en dernière analyse, concentrés dans la même instance. Rien que ça ! Tellement gros que j'en avais publié un article dans Actualité de la formation permanente (120, Septembre-Octobre 1992 (p.103-119) - qui en a malgré tout surpris plus d'un !


Posté par brich59 à 23:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 14 octobre

Roubaix : ateliers mémoire, les blogs d'automne

Livraison d'automne des ateliers mémoire !

atemem

  • Centre : Qui sont les commerçants du Lido, quelques interviews
  • E.C.H.O. : La naissance de la Sainte Famille, rue de Mazagran
  • Fresnoy-Mackellerie : Embranchés rue de l'Ouest, il s'agit bien de chemin de fer !
  • Hauts Champs : La disparition du petit Degas, transformations à partir de 2009
  • Moulin : l'évolution de l'école Moulin Chanzy
  • Nouveau Roubaix : la pharmacie de la place de l'Avenir, avant qu'elle passe avenue Linné (témoignage des pharmaciennes)

Bonne lecture !


Posté par brich59 à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 09 juillet

De la FOAD aux MOOCs

Le secteur FORTEO de l'ADBS a organisé une demie journée d’information sur la formation à distance. C'était au CNAM à Paris le 21 juin 2013.
Deux intervenantes (Isabelle Gonon, chargée de l'accompagnement aux usages des TICE auprès des enseignants du CNAM et Evelyne Broudoux, responsable du Certificat tutoré à distance TICs pour les SID de l'INTD) ont ouvert le débat.
Ont été abordés les thèmes suivants :

  • L'environnement numérique : pratiques et outils, les différentes solutions techniques
  • Les différentes modalités de l'enseignement à distance : l'accompagnement, le tutorat, l'évaluation de l'apprenant ;
  • Les MOOC's
  • La formation de l'INTD

Cette présentation a été filmée par le CERIMES et est visible sur le site Internet Formasup :


Posté par brich59 à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 13 mars

L’évaluation des compétences scolaires

147-225x270C'est le titre de l'ouvrage de Philippe Guimard, publié en septembre 2010 dans la collection Psychologie des Presses Universitaires de Rennes.

Il est . Vive la Bretagne et les éditions ouvertes !

À peine lancée, nous dit l'amie Béatrice, OpenEdition Books propose déjà plus de 370 ouvrages, publiés par 13 éditeurs dont le Collège de France, les Editions Rue d'Ulm, les Presses universitaires de Rennes, ou encore Central European University Press. Et ce n’est qu’un début, puisqu’elle compte diffuser 1.000 livres d’ici l’été 2013, et qu’elle annonce pour la suite un enrichissement de 2.000 livres supplémentaires chaque année. Et Béatrice de poursuivre, disant comment on peut trouver des titres à partir de l'interface d'OpenEdition.


Posté par brich59 à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 26 décembre

Le département "Cultures Numériques" du CUEEP recherche des formateurs

Le départementlogo_cueep_lille "Cultures Numériques" du CUEEP, institut de l'Université Lille1, assure des formations collectives d'initiation à l'utilisation de l'ordinateur avec des publics adultes en situation d'illettrisme aussi bien que des formations au C2i avec des publics étudiants voire des formations au multimédia pédagogique dans le cadre des masters en sciences de l'éducation.

Si vous souhaitez intégrer l'équipe des formateurs de ce département, demandez un rendez-vous en cliquant ici.


mercredi 19 décembre

L'introuvable mais incontournable relation formation-emploi

CNFPTLVRefusant de "réduire la formation professionnelle ni à la seule adaptation des salariés dans l'entreprise, ni à un outil au service des politiques de l'emploi", la nouvelle présidente du Conseil national de la formation professionnelle tout au long de la vie - CNFPTLV pour les intimes - est d'accord avec le gouvernement pour rapprocher rapidement politique emploi et politique formation.

Quoi ?


Posté par brich59 à 12:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,