mercredi 30 juin

Le populisme et l'infantilisme

Bon d'accord ! C'est un tantinet "populiste" de vilipender ainsi le "système Sarkozy" en le qualifiant de corrompu. Il est vrai, ceci dit, que le règne du roi  d'Maubeuge est né sous les bons auspices du fric, auspices durables, c'est un fait.Il est vrai, ceci dit, que ce règne est aussi celui de la confusion des genres - maintes fois dénoncées ici et depuis longtemps (le roi n'était que ministre) : souviens-toi du Sarkozus, collusionis rex, collusionarum collusio, attentif lecteur ! - et du franchissement par principe des barrières entre fric et pouvoir. Ce qui n'empêche pas le propos de Ségolène de fleurer le populisme. Mais on est là plus dans un problème de forme (amalgame d'arguments notamment) que de fonds. Et il ne faudrait pas que l'apparence de populisme focalise tous les anathèmes infantiles au détriment de la bonne question qui est celle de la confusion des genres pratiquée avec une systématicité appliquée par nos gouvernants.

Je dis "apparence" de populisme car les idées avancées par la Présidente de la Région Poitou-Charente sont loin d'être simplistes et démagogiques. La dame du Poitou dénonce un vrai risque pour la République et elle n'a pas tort d'appeler Montesquieu - qui ne fut pas vraiment un gauchiste ! - à la rescousse. Tous à vos livres !
D'autre part, toute captation de la fameuse "majorité silencieuse" - pratique dont la droite libérale et ultralibérale est si friande - ne tombe-t-elle sous le coup d'une accusation de populisme, comme par définition ?
Bref !

En face de cette apparence de populisme, on a quoi ? Un avalanche d'infantilisme de premier niveau, du style "c'est celui qui le dit qui y est !" et autres attaques puériles, attaques ad hominem parce que le contraire de ce que prétend la Dame du Poitou est indéfendable ! Quand on ne peut défendre verbalement des idées ou des idéaux, on s'attaque fatalement aux personnes et le fonctionnement de la vie politique risque de devenir alors un problème de respect des droits de l'homme. La pente vers la dictature est là : attaques ad hominem parce qu'on ne sait justifier ce qu'on fait et ribambelle de godillots qui sont payés (grassement ?) pour faire la claque ou jouer les chœurs effarouchés dès que LE chef, Le premier de la classe (gouvernante), Le conducteur des foules, etc., est mis en cause...

Entre infantilisme avéré et populisme apparent, n'y aurait-il une troisième voix ?



lundi 28 juin

Train de vie...

Lundi 28 juin - 16:23 - Nicolas Sarkozy annonce des réductions du train de vie de l'État : frais privés, ministères, garden-party, chasses présidentielles...

Lu dans l'un des messages que je reçois automatiquement...

Soyons sympa : c'est un premier pas.

augmentation_de_salaire_de_sarko_face_au_mirroirLe second pourrait voir le même Nicolas Sarkozy rembourser à l'État les sommes dues à la sévère augmentation qu'il s'est lui-même octroyée en novembre 2007. Le salaire mensuel du président Nicolas Sarkozy sera augmenté à partir du 1er janvier 2008 de 172% et non de 140% [comme on avait cru comprendre au début - cf. le dessin ci-contre], écrivait Le Monde daté du 7 novembre 2007...

Moi qui connais des fonctionnaires zélés qui n'ont pas changé d'indice depuis une quinzaine d'année, je trouverais plus que juste ce geste-là.

Moi qui connais des salariés qui doivent, sous peine de perdre leur emploi, travailler plus pour gagner pareil, c'est-à-dire moins, je trouverais plus que juste ce geste-là.

Moi qui connais des smicards, et qui compte que Nicolas Sarkozy gagne à lui seul près de vingt fois le SMIC, je trouverais plus que juste ce geste-là.

Moi qui connais des gens qui, sans ressource, se lèvent tôt tous les matins pour chercher du travail et n'en trouvent pas, je trouverais plus que juste ce geste-là.

Allez, Nicolas, un geste !
Un petit geste ! Un tout petit geste !
Un geste qui serait somme toute très symbolique, étant donné votre patrimoine et compte en banque, celui de votre épouse, ceux de votre famille...
Et puis, comme ça, il ne pourra être dit que vous avez toujours voulu être Président pour vous enrichir !

A moins que tout cela ne soit que poudre aux yeux pour faire passer quelques mesures salées style RGPP ou autre manœuvre pour garantir aux riches leur richesse et l'accroître, tout en contraignant les autres - la majorité - à se serrer encore davantage la ceinture...


Posté par brich59 à 21:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 23 juin

Pique-nique républicain pour l'Éducation

Lille, le jeudi 24 juin 2010

La résistance continue et se poursuivra
contre les fiches-circulaires scélérates de M. Chatel,
ministre de l’Éradication Nationale
.


C’est la servilité des esclaves qui fait l’autorité des maîtres (Platon)


Les parents d’élèves et la FCPE du Nord appelle l’ensemble des acteurs de la communauté scolaire et éducative à amplifier la résistance contre le cynisme d’un ministre qui confie « secrètement » aux recteurs de SAIGNER le service public d’Éducation, selon un plan d’éradication systématique et généralisé :

1 - dans le Primaire :

  • augmenter la taille des classes
  • réduire les intervenants extérieurs en langues vivantes et les assistants étrangers
  • baisser la scolarisation des enfants âgés de 2 ans
  • supprimer les RASED
  • réduire les besoins de remplacements des enseignants dans le 1er degré

2 - dans le Secondaire :

  • fermer les petits établissements
  • optimiser (réduire) les remplacements d’enseignants dans le second degré
  • rationaliser (réduire) l’offre scolaire en lycée d’enseignement général et technologique (gains de postes liés à la réforme du lycée)

  • rationaliser (réduire) la carte des formations en lycée professionnel (gains de DGH)

  • réduire le volume des décharges dans le second degré
  • augmenter la taille des classes au collège
  • revoir (à la baisse) l’organisation des itinéraires de découverte (IDD)

3 - réduire les emplois administratifs dans les services déconcentrés et dans les EPLE (établissements publics locaux d’enseignement).

Nous disons NON à la mise en œuvre des ces mesures scélérates dans l’académie de Lille comme partout ailleurs dans l’hexagone.
Le cynisme ministériel est doublé d’un humour tout aussi perfide de vouloir maintenir les performances scolaires avec de telles  suppressions et dégradations. Ses propres et illusoires objectifs sont réduits en miettes ... à moins d’un coup de magie.
Éradication et illusion sont les deux mamelles du sinistre cynique. Au saignement systématique et programmé de l’enseignement public s’ajoute la désorganisation et l’improvisation pédagogiques avec des manuels scolaires non encore édités pour certains et qui vont alourdir les charges financières des familles du Nord  et mettre en péril les Bourses Aux Livres (BAL) organisées dans les lycées par les fédérations et les conseils locaux de parents d’élèves pour réduire les inégalités sociales et économiques d’accès à l’école.
La FCPE du Nord refuse que la gratuité de l’école soit ainsi bafouée. La FCPE du Nord appelle également les élus politiques du Nord : maires et adjoints chargés des écoles et de l’enseignement, conseillers généraux, communautaires, régionaux, députés et sénateurs à se joindre aux parents d’élèves pour marquer leur attachement à un service public nordique d’éducation de qualité, gravement menacé.
non encore édités pour certains et qui

PIQUE-NIQUE RÉPUBLICAIN POUR ÉDUCATION,
CE JEUDI 24 JUIN 2010 de 12h A 13h30,
EN FACE DE LA PRÉFECTURE DE RÉGION,
PLACE DE LA RÉPUBLIQUE,
SUR LA DALLE DES DROITS DE L’HOMME
à côté et autour de la fontaine.

Le présent communiqué tient lieu d’invitation. Merci d’apporter votre pique-nique et votre bonne humeur !


Prochain rendez-vous : le jeudi 9 septembre 2010
(même heure et même lieu).

Bonnes et reposantes vacances et à la prochaine rentrée…
EN RÉSISTANCE.

La FCPE du Nord


jeudi 17 juin

Nous sommes tous Sud-Africains !

Plus précisément des stadiers Sud-Africains. Ces derniers font grève. “Nous voulions que la fête reste la fête. Mais ils nous traitent vraiment trop mal et profitent du fait que nous soyons pauvres et affamés”, dit l'un d'eux à l'Agence France-Presse.Que le profit des plus riches soit conditionné par le profit qu'ils font des conditions de vie concrètes des autres, voilà une vérité mille fois éprouvée depuis des siècles. Et pas seulement en Afrique du Sud. Nous sommes tous des (stadiers) Sud-Africains.
En face du cri de la pauvreté et de l'exploitation, des "forces de l'ordre" bien outillées...

Poussons d'un cran. "S'il y a de l'argent pour les stades, il ne devrait pas y avoir de sans-abri et de gens qui vivent dans des bicoques", a lancé un organisateur. Le gouvernement a consacré 33 milliards de rands (4,3 milliards de dollars, 3,5 milliards d'euros) pour cette première Coupe du monde en Afrique du Sud, où 43% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. C'est Le Figaro qui le dit !  Nous sommes tous des Sud-Africains.

Et vive le fric ! Pardon : Vive le foot !


Posté par brich59 à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 09 juin

analogie et comparaison

Photo0213recadr_

vindesrochersJ'ai l'intime et tenace conviction que quand Nicolas Sarkozy clame ne penser qu'à notre bien-être national et collectif, c'est comme la bouteille de Suze qui nous affirme être l'amie de notre estomac, comme sur ce vieux mur lillois photographié l'autre jour, ou la bouteille de ce Vin des Rochers qui disait être le velours de l'estomac, comme sur la table de mon grand père à Besançon quand j'étais petit.

Quand je dis ça, je ne dis pas que le roi d'Maubeuge est du pinard ou de l'apéro, voire une étiquette ! Ah que non ! Ca n'aurait aucun sens ! Et pourtant, ma phrase a un sens. Et en plus je n'ai pas tort, hein ?

Donc Sarkozy n'est pas Madoff !

Je ne le redirai pas.

À moins qu'on ne lance un jeu d'invention d'analogies sur la structure proposée par Martine Aubry, avec Nicolas Sarkozy dans l'un des deux termes...


Posté par brich59 à 00:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 08 juin

La colère d'Olivier

Je ne décolère pas.
Du journalisme lénifiant et du tempo des réformes. Luc Châtel était ce matin l'invité de Nicolas Demorand dans la matinale de France Inter. Une seule question très gentillette sur les documents ayant fuité du ministère appelant une non-réponse que s'empressa de donner Luc Châtel, ministre de l'éradication nationale des psychologues scolaires, des RASED, et des enseignants titulaires : "il faut arrêter la caricature, nous n'allons pas supprimer les RASED, blablabla concertation, blablabla harmonisation du temps de l'école et de celui de la société blablabla".
Pourtant, les faits sont plus qu'accablants. Comment peut-on être journaliste (habituellement plutôt incisif et pertinent), détenir une telle bombe et le ministre concerné, et se contenter d'une non-réponse à une pseudo-question ???!!!

La suite de ce billet daté du 7 juin est sur le blog d'Olivier Ertzscheid


lundi 07 juin

Analogie et emballement - suite

C'est fou comme tout le monde s'emballe sans réfléchir ! Martine Aubry construit une analogie et tout le monde prend ça pour une comparaison ad hominem - même les analystes réputés !
Je remarquais l'autre jour que cela avait l'énorme avantage de permettre aux sbires du roi d'Maubeuge de s'égosiller en criant à la vulgarité de la Dame de Lille.
Je cite l'honorable quotidien du soir (qui, par ailleurs, est bien sûr lui aussi tombé dans le panneau) : À l'UMP et au gouvernement, des cris d'orfraie ont immédiatement retenti. " Les Français jugeront où est la vulgarité ", a fustigé, en spécialiste, Frédéric Lefebvre, le porte-parole de l'UMP. [Franck Nouchi, Le Monde daté du 2 juin] Ou encore : Les attaques ad hominem de la première secrétaire du PS contre le chef de l'État, comparé à l'escroc américain Bernard Madoff et accusé de " vulgarité ", dénoteraient une attitude sectaire. Le chef de l'État a fait mine de ne pas réagir, mais a envoyé ses troupes au combat. [Pierre Jaxel-Truer et Arnaud Leparmentier, Le Monde daté du 4 juin]

Moi, je trouve qu'ils ne manquent pas d'air, les Morano, Wauquiez et autres Lefebvre de protéger ainsi leur surhomme qui sut être publiquement si vulgaire ! En fait, on a là un nouvel emploi de la fameuse rhétorique du retournement déjà présentée sur Brich59. Les vulgaires traitent les non-vulgaires de vulgarité et comme les gens regardent ce que pointe le doigt de la vindicte criarde, ils finissent par oublier que ledit doigt appartient à un vulgaire etc. L'occasion était trop belle pour ces non-respectables politiques de se faire une virginité rhétorique sur le dos de la Dame de Lille qui n'a, somme toute, je le redis, que proposer une analogie et n'a donc en aucun cas prétendu que Madoff et Sarkozy, c'était la même chose.

Il faut dire que les journalistes les ont un peu aidés sur ce coup !


vendredi 04 juin

Rhétoriques et retraites

À méditer...


logo_republiqueNotre système des retraites est au cœur de la solidarité nationale.

Tous les Français y sont très attachés. Il est cependant confronté à des déséquilibres financiers très importants, en raison du vieillissement de la population française. La crise économique a accéléré l’apparition de ces déséquilibres : en 2010, nous avons atteint le niveau de déficit qui était attendu pour 2030.


siteon0Notre système des retraites est au cœur de la solidarité nationale.

Tous les Français y sont très attachés. Il est cependant confronté à des déséquilibres financiers très importants, en raison de la baisse de 5 points de la part des salaires dans les richesses produites depuis le début des années 70. La crise économique liée à la dérégulation financière a accéléré l’apparition de ces déséquilibres : en 2010, nous avons atteint le niveau de déficit qui était attendu pour 2030 (32 milliards), ce déficit était 15 fois moindre avant la crise financière.


Posté par brich59 à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Analogie et emballement

article_aubryJ'ai un peu l'impression que quand Nicolas Sarkozy nous donne des leçons de maîtrise budgétaire, c'est un peu M. Madoff qui nous administre des cours de comptabilité.

Voilà ce qu'a déclaré la première secrétaire du premier parti politique d'opposition français lors de la convention nationale de son parti pour un nouveau modèle de développement économique, social et écologique, à La Plaine Saint Denis, samedi 29 mai - si j'en crois l'article du quotidien Le Monde daté du 2 juin dernier.

Je laisse aux journalistes politiques et autres analystes le soin de nous expliquer les enjeux du ramdam provoqué par cette phrase proférée sur le ton de l'humour semble-t-il. Mais l'humour en politique peut-il respirer sans que les arrières-pensées de l'arrière-banc en mission commando l'étouffe à chaque fois... Écoutez les Morano, Wauquiez et autres Lefebvre...

Je voudrais juste, du coin de mon petit bloguinet fleuri, faire une petite, une toute petite remarque. Martine Aubry n'a pas dit Sarkozy=Madoff. Elle a proposé une analogie qui énonce que Sarkozy est à la gestion budgétaire ce que Madoff est à la gestion comptable. Comme la gestion budgétaire n'est pas la gestion comptable, Sarkozy n'est pas Madoff. CQFD.

C'est fou comme tout s'emballe sans réfléchir ! Au moins, pendant que les Morano, Lefebvre et autres Wauquiez vocifèrent, on ne fait plus attention au plan de démolition du système éducatif que leur copain Luc est en train de mettre en œuvre... Et puis, si la réflexion était une pratique partagée dans notre pays, les Morano, Lefebvre et autres Wauquiez vocifèreraient depuis les bancs de l'opposition.

Ce qui ferait un sacré distinguo : dans les colonnes du Figaro, on pourrait lire que Martine Aubry est une version contemporaine et féminine de Staline...


Posté par brich59 à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 17 mai

Chacun son dû ?

Alain Minc a dit :
« Il y a un problème dont on ne parle jamais (...) c’est l’effet du vieillissement sur la hausse des dépenses d’assurance maladie et la manière dont on va le financer. (...) Moi j’ai un père qui a 102 ans, il a été hospitalisé 15 jours en service de pointe. Il en est sorti.
« La collectivité française a dépensé 100.000 euros pour soigner un homme de 102 ans. C’est un luxe immense, extraordinaire pour lui donner quelques mois ou, j’espère, quelques années de vie.
(...) Je trouve aberrant que quand le bénéficiaire a un patrimoine ou quand ses ayants droits ont des moyens que l’État m’ait fait ce cadeau à l’œil. Et donc je pense qu’il va bien falloir s’interroger sur le fait de savoir comment on récupère les dépenses médicales sur les très vieux en ne mettant à contribution ou leur patrimoine quand ils en ont un ou le compte patrimoine de leurs ayants droits ».

Non, je ne lis pas la prose d'Alain Minc (c'est moi qui souligne). Je devrais sûrement ! Je tiens ce propos d'une contribution de Sylvie Tissot. Je lis Sylvie Tissot !
Par contre j'ai juste une question à poser à Monsieur Minc, grand prêtre de la pensée unique : quand les ayant droits n'ont pas de patrimoine, on fait comment ? Tu auras noté, lecteur assidu et néanmoins attentif, que la relativisation par les moyens privés disponibles apparaît bien dans le propos, avant le "donc", mais disparaît avec le "donc", au moment où s'édicte, s'érige, s'éructe la nécessité ultralibérale...