mardi 19 octobre

Il n'y a de meilleure défense...

Marc-Philippe Daubresse n'est pas content après "ceux qui voudraient instrumentaliser la jeunesse"...

Il n'y a de meilleure défense que d'accuser celui qu'on attaque des forfaitures dont on est soi-même coupable. Imparable !

Car il s'y connaît fort bien Marc-Philippe en manipulation de la jeunesse !


Posté par brich59 à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 13 octobre

Prévoir et rendre compte

Je crois que j'ai compris comment fonctionne le décompte erratique étatique des manifestants.

Hypothèse certes, mais qui a le mérite de montrer une forme de cohérence dans tout ce fatras communicationnel du gouvernement du roi d'Maubeuge. L'idée est la suivante et consiste en une succession d'affirmations en deux ou trois séries.

+ Première série

  1. IL EST AVÉRÉ QUE l'une des missions des services de renseignement est de prévoir les mouvements et agissements à caractère politique et d'en informer les autorités ;

  2. OR les autorités minimisent politiquement l'actuel mouvement (qui commence à dater d'ailleurs) de résistance aux projets de modification du régime de retraite ;

  3. DONC les services de renseignement annoncent aux autorités des chiffres de manifestants minimisés .

+ Deuxième série

  1. IL EST LOGIQUE QUE l'une des qualités des services de renseignement soit de prévoir juste - sinon ils se font engueuler ;

  2. OR leurs prévisions sont en deçà de la réalité ;

  3. DONC, pour ne pas se faire engueuler, ils maintiennent leurs prévisions, même fausses.

+ Troisième série (facultative, mais bien trop évidente)

  1. IL EST AVÉRÉ
    D'UNE PART QUE
    le gouvernement roi d'Maubeuge mène, depuis plus de trois ans, une campagne d'intoxication informative généralisée pour faire passer son entreprise de casse de l'État social (et pas seulement sur le sujet des retraites) - ils appellent ça la pédagogie, d'autres parlent de rhétorique, voire de pratiques mensongères ;
    D'AUTRE PART QUE le gouvernement a une vision "moutonnesque" - voire "panurgesque" - du peuple qu'il gouverne ;

  2. OR la rhétorique consiste à prétendre que tout va bien et qu'il n'y a que les râleurs professionnels (des vilains fainéants qui ne pensent qu'à faire de la politique au lieu de travailler ou de chômer bravement !) qui crient que tout va mal ;

  3. DONC le gouvernement fait l'hypothèse que, si on montre aux moutons qu'ils ne sont pas nombreux à être mécontents, ils rentreront sagement à la bergerie pour ruminer et calmer leur colère puis se faire - dans le meilleur des cas - gentiment tondre.

Bref, je ne sais pas si je suis clair, mais, quoi qu'il arrive, la culture du compte-rendu est assez spéciale dans ce gouvernement : tout étant joué d'avance (c'est le gouvernement qui a forcément raison - variante sarkozienne de la loi du plus fort ou la loi de la jungle sociale). Regardez ce compte-rendu de réunion produit par le cabinet du ministère de la Santé. Je cite Marianne2.fr : Alors que Roselyne Bachelot recevait les infirmiers-anesthésistes mobilisés depuis plus de sept mois, un compte-rendu a été publié avant même la fin de cette réunion.

Bref, rien d'erratique dans tout ça. C'est juste l'État Sarkozy.


lundi 11 octobre

Politique & libido

235880Selon Madame Lagarde, les femmes projettent "moins de libido"que les hommes en politique comme en affaires.

  • Pour la première partie de l'assertion, Madame la Ministre commente-t-elle les lapsus de Rachida qui aujourd'hui font date ?

  • Pour la seconde, il est clair que Madame la Ministre a bigrement raison : le pouvoir actuel confond la politique et les affaires !

Dieu que la politique est belle !


vendredi 24 septembre

Blocage pour blocage

Le Monde daté de demain titre Syndicats contre gouvernement : le dialogue bloqué.

Mais où est le blocage ?

Il est dans le maintien contre vents et marées d'un double mensonge :

  • l'allongement de la durée de vie ne peut pas être prise en compte comme ça, telle quelle, sans être pondéré par le niveau sanitaire de la population vieillissante, sans discriminer à l'intérieur de cette population entre les riches et les pauvres ;

  • la soi-disant justesse économique néolibérale ne saurait valoir une quelconque justice sociale.

Tant que ces deux mensonges ne seront pas défaits, le dialogue ne pourra qu'être bloqué - par ceux qui refusent d'entendre la vérité.

Ajoutez à cela l'analyse de la résignation (ne pas perdre un jour de salaire quand on touche le salaire minimum) en termes d'acceptation, variante de la rhétorique de la majorité silencieuse, et vous avez le tableau quasi complet d'une droite décomplexée qui ne recule devant aucune manœuvre rhétorique pour passer en force au mépris de la vox populi.


mercredi 15 septembre

La vraie politique, enfin !

Enfin, le roi d'Maubeuge se remet à parler en fin politique ! Pour faire passer l'amère pilule infligée par ma mère Viviane, il répond à celle-ci (pas en face, mais devant d'autres, ici les sénateurs du mouvement politique national qu'il dirige - pas en face, comme un vrai diplomate !) qu'elle ferait mieux d'accueillir des Roms au Luxembourg.
Moi je dis que je ne suis pas trop fier d'être Français !


Posté par brich59 à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 13 septembre

Plus d'élèves pour moins de profs ?

Le nombre d'élèves scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires, publiques et privées, devrait augmenter de 14 000 à la rentrée 2010 et de 1 500 à la rentrée 2011, selon les taux de scolarisation actuels. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est un service d'études du Ministère de l'Éducation nationale, la DEPP, dans sa note d'information de septembre 2010, intitulée Prévisions nationales d'effectifs d'élèves des premier et second degré pour les rentrées 2010 et 2011.

C'est surement pour cette bonne raison que les effectifs du corps enseignants diminue au fil des départs en retraite non remplacés...

Variante du trop fameux "travailler plus pour gagner moins"...


vendredi 10 septembre

Dégâts de la RGPP en éducation

La révision générale des politiques éducatives publiques est un fauteur de troubles ! Ce n'est pas moi qui le dit, c'est l'inspection générale de l'Éducation nationale ! Un rapport de l'IGAENR (rapport n° 2010-095 remis à Monsieur le Ministre de l'Éducation nationale et daté de juillet 2010) dresse un tableau pour le moins inquiétant de ces dégâts, tirant la sonnette d'alarme notamment sur les conséquences désastreuses des suppressions d'emplois... C'est très éloquent ! Apparaît ainsi au grand jour l'incurie d'un gouvernement dont on finit par se demander s'il a seulement une politique éducative digne de ce nom...
Le sommaire de ce rapport est déjà très évocateur :

1     Des restrictions budgétaires qui ne font pas peser de risque sur la rentrée, mais qui vont créer des tensions et préparent assez peu l'avenir
1.1     Une pause seulement apparente en 2010 dans la réduction du potentiel d'enseignement 
1.2     Des fermetures de classes dans le 1° degré ; des restrictions préservant les lycées dans le 2° degré.
1.2.1     Dans le premier degré, des mesures de carte scolaire ont créé ici ou là des tensions
1.2.2     Dans le second degré, les lycées ont été préservés au détriment des collèges et/ou des moyens de remplacement
1.3     Des suppressions d'emplois administratifs qui affectent surtout les services départementaux 
1.4     Des budgets de fonctionnement en grande difficulté dès la rentrée affectant notamment les dépenses de formation
1.5     Des choix budgétaires qui préparent assez peu ceux des  années à venir
1.5.1     La baisse des moyens de remplacement laisse sceptique
1.5.2     L'offre de formation n'est pas revue à la baisse
1.5.3     La restructuration du réseau scolaire est difficile 
1.5.4     Reste le recours aux « leviers »  autres que l'offre de formation
2     Une gestion des ressources humaines sous tension dans les services administratifs et dans l'enseignement secondaire, confortable dans l'enseignement primaire 
2.1     Des personnels administratifs sons tension dans les services académiques
2.1.1     Le malaise dans les services départementaux 
2.1.2     Les dysfonctionnements de CHORUS
2.2     Une situation tendue dans l'enseignement secondaire 
2.3     Un effet d'aubaine dans l'enseignement primaire
2.4     L'impossible respect des plafonds d'emplois, de masse salariale et de crédits
3     L'accueil et la formation des enseignants stagiaires : des conditions de mise en œuvre différentes dans le 1°  et le 2°  degré et des difficultés dans le processus engagé
3.1     Dans le 1° degré, des choix différents en matière d'affectation et une grande variété de dispositifs, nécessairement provisoires
3.2     Dans le 2° degré, des choix d'affectation limitant l'impact sur le mouvement et des solutions variées pour aménager le service des enseignants
3.3     Des constats de fragilité concernant la cohérence des dispositifs, le financement de la formation et la disponibilité des ressources de formation
3.3.1     Les risques d'une diversité qui confine à la disparité
3.3.2     Le financement de la formation : une situation d'injonction contradictoire
3.3.3     Une mobilisation des ressources de formation de plus en plus problématique
4     La déconcentration du pilotage du système éducatif se poursuit (pour le meilleur et pour le pire) 
4.1     L'organisation des services déconcentrés : le ministère peut-il ne rien dire ?
4.1.1     Des menaces sur le fonctionnement des petites inspections académiques
4.1.2     Faut-il concentrer les divisions d'organisation scolaires  ?
4.1.3     Que veut dire rapprocher les rectorats et les inspections académiques chef lieu?
4.2     Les modèles de répartition des moyens sont-ils tous efficaces ?
4.3     La formation et l'accompagnement de l'ensemble des personnels : comment faire ? qui mobiliser ? la bonne volonté suffit-elle  ?
4.3.1     Des efforts notables d'accompagnement et de formation 
4.3.2     L'animation n'est pas une solution magique à tous les problèmes de formation
4.4     Quelle évaluation / régulation des politiques académiques ?
5     Les académies s'efforcent de mettre en œuvre les reformes de l'école et du lycée 
5.1     La nouvelle organisation de l'école primaire est entrée dans les mœurs
5.2     La rénovation de la voie professionnelle en est à  une étape décisive
5.2.1     L'équilibre baccalauréat professionnel/CAP en question
5.2.2     Au delà de la gestion du « bourrelet de 1ère »,  des passerelles restent à construire
5.2.3     L'accompagnement personnalisé : un bilan contrasté mais des avancées
5.3     La réforme de la seconde générale et technologique est sérieusement préparée
Conclusion 
Annexe 1 : La mise eu place des dispositifs d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants et personnels d'éducation stagiaires
Annexe 2 : La mise en œuvre de la rénovation de la voie professionnelle

Il s'agit du rapport n° 2010-095 remis à Monsieur le Ministre de l'Éducation nationale en juillet 2010. Peut-être le bénéficiaire dudit rapport n'a-t-il pas eu l'heur de le lire. Il est vrai qu'il est aussi porte-parole du Gouvernement et que cette fonction-là lui prend beaucoup de temps : la rhétorique fallacieuse est chronophage ! C'est ce qu'ils (François Fillon hier soir sur la 2 par exemple) appellent la "pédagogie" ! Un comble ! La pédagogie la vraie, celle qui parlent d'éducation à la citoyenneté et à l'autonomie de pensée, est appelée à se satisfaire de miettes et condamnée à vivre dans la misère, alors que tout va à cette "pédagogie" détestable qui consiste à tromper le populo en lui serinant des mensonges éhontés.

AJOUT :  l'AFP (repris par Le Monde et ... Le Figaro) et L'Huma (qui fournit le lien vers le rapport) en causent aussi.


mardi 07 septembre

Oh! Ces Brésiliens !

Lu dans Le Monde daté d'aujourd'hui :
Les humoristes brésiliens ont obtenu gain de cause. Ils peuvent enfin se moquer sans retenue de la classe politique, et notamment des candidats aux élections présidentielle et régionales du 3 octobre. Jusqu'ici, une clause de la loi électorale de 1997 interdisait de faire de l'humour sur les candidats ou sur leurs partis.

Décidément, les Brésiliens ne font rien comme tout le monde comme les Français comme la droite française comme Sarkozy...


Posté par brich59 à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 31 août

De quoi la France a-t-elle besoin ?

Notre ministre de la Justice se fend d'une tribune à la Une du quotidien Les Échos aujourd'hui sous ce titre éloquent : "Replaçons les classes moyennes au cœur de la nation".

Je passe le contenu de ce baratin assez classique, pour la chute : Aujourd'hui plus que jamais, la France a besoin de ses classes moyennes. De leur travail, de leurs efforts, de leurs valeurs, de leurs idées. Pessimistes, déclinistes ou fatalistes, regardez les classes moyennes : elles nous donnent toutes les raisons d'espérer en l'avenir de la France.

On remarquera le néologisme digne de notre Ségo nationale, mais passons.

Je veux juste dresser un petit constat à la va vite et poser une mini question toute bête :

  • constat : si les classes dites moyennes nous donnent des raisons d'espérer en l'avenir de la France, il n'en va pas de même - ce qui est un énorme euphémisme - de la classe politique dirigeante...
  • question : de quoi la France a-t-elle besoin ?

Me trotte dans la tête la version manouche de La Marseillaise, entendue ce matin sur la radio d'État (Reinhardt et Grappelli)... Je ne sais pas pourquoi !


vendredi 09 juillet

Problèmes d'argent ?

L'argentier du parti politique de gouvernement (= du Président) est aussi l'un des principaux ministres dudit gouvernement. Il a même été ministre de l'argent et le serait encore surement si le sieur Darcos n'avait pas failli aux yeux du Président. Et personne ne trouvait à y redire, du côté dudit parti.

Le gouvernement tape - au grand dam de l'OCDE qui n'est pas vraiment une organisation de gauchistes - dans la caisse "formation professionnelle" des partenaires sociaux. Les Échos sont formels sur ce point. Le conseil d'administration du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP pour les intimes) exprime sa "totale incompréhension" suite à l'annonce d'une "mobilisation d'une partie des excédents du FPSPP pour financer des dépenses assurées par l'État dans le domaine de la formation professionnelle" alors que l'accord validé par l'État préconisait de reporter de tels excédents sur le budget de l'année suivante. L'État  sarkozyste n'aurait pas de parole ?

Le Président s'est auto-augmenté de 172% en arrivant à l'Élysée. Car ça coûte, une Rollex.

Etc.

Je crois que la droite française décomplexée a des soucis d'argent, voire des difficultés dans ses rapports à l'argent. Et dès qu'on les évoque au grand jour (grand merci citoyen au Canard enchaîné et à Médiapart), le parti de gouvernement et le gouvernement lui-même (mais c'est kif-kif c'est-à-dire que c'est, en dernière analyse, le roi d'Maubeuge) se mettent à hurler des anathèmes et des injures... jusqu'à traiter de facho des méthodes journalistiques d'investigation quand elle conduisent à la mise en cause du système Sarko. Médiapart porte plainte. C'est heureux !

Vas-y Edwy, la rue est avec toi !


Posté par brich59 à 08:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,