mercredi 05 janvier

Les (dés)ordres de l'indignation

assoulineÉtrange billet que celui de Pierre Assouline, "A-t-on le droit de ne pas s’indigner avec Stéphane Hessel ?" !

Ça commence comme une critique littéraire. Normal, on est entré dans la "République des lettres".

Non, ce n'est pas un livre. C'est une brochure où le texte stricto sensu occupe 14 pages, soit grosso modo la moitié de la brochure. Autant de paratexte (ou plutôt de péritexte comme préciserait Gérard Genette) que de texte.
Et alors ? Pourquoi pas ? Où est le problème ?

Puis vient la critique du contenu. Après avoir remarqué que l'indignation est le leitmotiv de cette publication, le critique se plaint que "le contenu manque de contenu". Belle formule ma foi ! On dirait qu'il y a tromperie sur la marchandise.  Déjà que le texte stricto sensu n'occupe qu'une petite moitié du volume ! Il faut encore que le texte soit vide de contenu ! Roulés, les lecteurs sont roulés !

Ceci dit, notre critique trouve tout de même matière à critique, trouve du "contenu" à critiquer. Bon ! Il s'indigne de "cette manière de mettre ainsi sur une même ligne morale la situation des sans-papiers, la dérégulation du capitalisme et les crimes du totalitarisme national-socialiste". Après avoir reproché à l'auteur de ne livrer aucun programme d'action digne de ce nom, aucune philosophie morale authentique, le critique chausse les mocassins de la philosophie morale pour s'indigner contre l'indigné systématique ! Faudrait savoir ! Reste qu'il est loin d'être clair que Stéphane Hessel mette tout cela sur la même "ligne morale". Quand je suis au musée et que je porte un regard également curieux et attentif sur chaque œuvre exposée, je ne mets pas pour autant toutes ces œuvres sur la même "ligne esthétique", mon jugement esthétique faisant son œuvre grâce au regard attentif et curieux. Bref, je crois que le critique malmène quelque peu l'œuvre qu'il critique. Il en rajoute et on frôle le procès d'intention.

Puis vient le bât qui blesse. L'auteur dit "Nous", entraînant avec lui ceux qu'il appelle "les vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre". Leur a-t-il au moins demandé la permission ?, semble se demander le critique. Ce dernier nous apporte lui-même cependant un éléments de réponse (référence à "l'appel de 2004"). Le bât blesse, mais pas tant que ça. En tout cas, cela ne justifiait pas que le critique critique la publication.

La véritable et fondamentale justification semble venir ensuite. Il s'agit de la position de Stéphane Hessel quant à la Palestine occupée et au Peuple Palestinien maltraité - c'est un euphémisme !- par l'État d'Israël. Là, tout est bon. Quelques exemples.

Premier exemple, le mécompte : le critique remarque que l'indignation de l'auteur à propos de la Palestine occupe 2 pages sur 13. On ne voit pas très bien ce que de tels chiffres viennent faire dans une critique littéraire, mais passons. Remarquons juste que le critique en rajoute encore une fois : le texte stricto sensu compte 14 pages et non 13 comme dit ici le critique - qui, faisant mécompte, cherchait peut-être à augmenter l'importance quantitative relative de l'indignation à propos de la Palestine. Qui trompe qui ?

Autre exemple,  "cette énormité : « Que des Juifs puissent perpétrer eux-mêmes des crimes de guerre, c’est insupportable »". Pourquoi serait-il énorme de penser qu'il est insupportable qu'un peuple victime des pires atrocités produise en son sein un État bourreau ? Moi qui ne connais les souffrances juives que par les témoignages (entretiens, livres, films), cela m'est effectivement et viscéralement (sans même réfléchir) insupportable. Aussi insupportable que de constater que les enfants battus deviennent des parents violents, etc. En fait, le critique prend l'auteur pour un con : évidemment que Stéphane Hessel sait bien que les Israéliens ne sont pas des anges parce qu'ils ont été des victimes ! Tout le monde le sait ! On a juste le droit de se dire qu'il serait bien pour l'humanité tout entière qu'un peuple qui se dit "élu de Dieu" et qui a connu la souffrance extrême s'érige en défendeur universel de l'humanité de l'homme. En quoi cette pensée est-elle si grossière, si énorme ? Tout juste de l'angélisme.

Dernier exemple : on ne trouve pas dans la publication de l'auteur "d’indignation sur la violation des droits de l’homme en Birmanie, en Chine, en Iran, en Corée du Nord, en Libye, en Tunisie et dans tant d’autres pays car l’indignation de Stéphane Hessel est à géométrie variable". Bel effort du critique ! Mais a-t-il seulement compris la nature du message que l'auteur veut délivrer ? Il donne son indignation du moment comme un exemple hic et nunc et ne prétend pas faire le catalogue des violations des droits de l'homme. Il n'est donc pas question de "géométrie variable" : il lui suffit de parler des ONG qui s'en occupent activement (p.16) et le critique n'aura qu'à lire le rapport annuel d'Amnesty International si le sujet l'intéresse vraiment. Mais je crois que ce n'est pas son problème actuel. Mentionner tous les cas de violations étatiques des droits de l'homme permet de diminuer l'impact de ce qui se passe en Palestine. Technique bien connue des journalistes qui consiste à inonder d'informations multiples pour dissimuler une seule information gênante ou en amoindrir l'impact.

Reste la chute du billet de notre critique. On voit ici à quel niveau de réflexion nous nous trouvons. La blague qui consiste à souhaiter que l'auteur s'indigne que l'Angelus Novus de Paul Klee soit au musée de Jérusalem est d'un goût plus que douteux. Même pas un enfantillage ! À moins que ce genre d'indignation soit courante chez le critique... Pauvre République !

 

Soyons sérieux. Stéphane Hessel ne prétend pas dresser le catalogue des violations des droits de l'homme ni jeter l'anathème a priori et systématique sur un État particulier. Sa publication est de l'ordre du prospectus, du manifeste. Je le mets à côté du Contr'un (Discours de la servitude volontaire) de La Boétie, des Chaînes de l'esclavage de Marat, des Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale de Simone Weil, etc. Vous admirerez l'éclectisme volontaire de mon embryon de bibliothèque de l'indignation... Cette brochure est un manifeste outillé. À partir de sa lecture, de sa manipulation, une authentique réflexion peut s'enclencher. Je pense à l'usage pédagogique qu'on pourrait en construire afin de montrer aux jeunes de nos écoles, collèges et lycées – trop habitués à accepter la pensée unique qu'on nous impose depuis trop longtemps – qu'un esprit critique sain et positif est possible.

acrobat_Reader

 

 


Posté par brich59 à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 31 décembre

en ces temps où...

voeux2011

Posté par brich59 à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 19 décembre

Étonnant, non ?

Condamné en première instance pour atteinte à la présomption d'innocence, le garant de l'ordre publique et du respect de la loi demande à être "présumé innocent".
Étonnant, non ?


jeudi 09 décembre

Finies les 35 heures !

moranot_teMadame la ministre de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle clame que le gouvernement a "annulé les effets pervers" des 35 heures.

Dont acte.

Donc les 35 heures ne pourront plus être le bouc émissaire des misères de l'économie françaisemoranot_teb_che. C'est bien ça, non ?
Donc, si ça ne va pas bien, c'est à cause du gouvernement qui est pourtant si actif.

Ah ! Mais j'oubliais la crise !



vendredi 19 novembre

Retraites : pétitionnons !

Une piste de résistance : une pétition lancée par le journal POLITIS.
L'article 11 de la Constitution ayant été révisé en 2008, il y a moyen de contraindre le Président de la République de proposer un référendum sur les retraites, à condition que ce référendum soit proposé par 1/5 des parlementaires, eux-mêmes soutenus par 1/10 des électeurs (nous).
Pour mémoire, même si la réforme des retraites devait être adoptée par le Sénat et l'Assemblée Nationale, tout n'est pas perdu, la loi peut ne pas être appliquée. Il est encore temps de tout mettre en œuvre pour s'opposer à cette réforme des retraites.
Voici donc le lien pour signer cet appel : http://www.referendumretraites.org/.
1/10e des électeurs, ça fait du monde ! A nos claviers ! Envoyons ce lien à tous ceux que nous connaissons, sur toutes les listes que nous possédons, pour faire boule de neige.


Posté par brich59 à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 16 novembre

Entreprises & Justice

Je reçois depuis quelque temps une information concernant le cocktail-débat organisé par le MEDEF le 24 novembre prochain sur le thème de la justice, ou plutôt des relations entre le monde judiciaire et le monde enchanteur des entreprises, c'est-à-dire des patrons d'entreprises (on notera, en passant, ce raccourci saisissant mais si courant qui assimile entreprise et patron de l'entreprise)...

L'argument est le suivant :
Les relations entre le monde économique et le monde judiciaire sont complexes, d’abord parce qu’elles coïncident le plus souvent avec un contexte de difficulté ou de tension pour l’entreprise. Mais cette complexité intrinsèque est renforcée par des préjugés réciproques entre les chefs d’entreprise et les juristes.
Du côté du monde économique, on stigmatise la méconnaissance de la fragilité de l’entreprise et de son mode de fonctionnement. On souligne les conséquences graves que peuvent entraîner la longueur des procédures et les décisions du juge, notamment dans la phase d’enquête. On dénonce l’
a priori systématique « contre les patrons », notamment dans les juridictions sociales.
Du côté du monde judiciaire, on se méfie d’un justiciable présumé puissant et influent, capable de mettre en œuvre des moyens juridiques, mais aussi de lobby ou de communication, pour défendre ses intérêts.
Cette situation d’incompréhension est-elle insurmontable ? Comment créer les conditions d’une relation plus propice à l’exercice serein de la Justice ?
La mise en œuvre de formations croisées ou le développement de la mixité des juridictions sont-elles des solutions pertinentes ?
Quelles sont les autres voies envisageables ?


Magnifique manichéisme ! On se croirait à Hollywood ou chez Disney ou ... !

Vous, je ne sais pas, mais moi ça me rappelle cet article de décembre 2007 signé par la Présidente du Syndicat de la Magistrature, Emmanuelle Perreux, et intitulé : LA JUSTICE ENTRAVÉE ! C'était dans le n°3 de l'excellent Sarkophage. J'en proposais alors un schéma - que j'offre à Madame Parisot pour qu'elle en fasse profiter ses amis  :

19771398


vendredi 12 novembre

Dites-moi que ce n'est pas vrai !!!!

Je lis quelque part que :

  1. Une partie des taxes sur le tabac destinée à la Sécu, n'est pas reversée : 7,8 milliards.

  2. Une partie des taxes sur l'alcool, destinée à la Sécu, n'est pas reversée : 3,5 milliards.
  3. Une partie des primes d'assurances automobiles destinée à la Sécu, n'est pas reversée : 1,6 milliard.
  4. La taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécu, n'est pas reversée : 1,2 milliard.
  5. La part de TVA destinée à la Sécu n'est pas reversée : 2 milliards.
  6. Retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés : 2,1 milliards.
  7. Retard de paiement par les entreprises : 1,9 milliard.

En faisant une bête addition, on arrive au chiffre de 20 milliards d'euros.

Conclusion : si les responsables de la Sécu et nos gouvernants faisaient leur boulot efficacement et honnêtement, si chacune des institutions reversait ce qu'elle doit chaque année, les prétendus 11 milliards de trou seraient aujourd'hui 9 milliards d'excédent !!!!

verte

Dites-moi que ce n'est pas vrai !

Dites-moi que je fais
un trop mauvais rêve !!
 


Posté par brich59 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 03 novembre

« Feu sur les Enseignants »

Les Amis du Monde Diplomatique nous invitent Mercredi 10 novembre à 20h30 à la MRES (23 rue Gosselet à Lille) pour une rencontre sur le thème : « Feu sur les Enseignants » avec Gilles Balbastre, suite à son article du même nom paru dans le Monde diplomatique d’octobre.

Seront examinées les dernières réformes actuellement en cours dans l’éducation secondaire dont le programme Clair (Collèges et Lycée pour l’ambition, l’innovation et la réussite).


vendredi 22 octobre

Otages et chantages

Je lis que, parlant des grèves, le roi d'Maubeuge clame qu'"on n'a pas le droit de prendre en otage des gens qui n'y sont pour rien". Le populisme est donc bien à son zénith !

Qui y est pour quelque chose ?

  • lui, le petit roi nerveux, comme disaient les Chinois perspicaces,

  • son frangin qui mise sa fortune sur le développement des retraites par capitalisation, le dauphin qui rafle l'UMP de la commune UMP de papa, commune la plus ump-dense de France,

  • les membres de la cour tous plus ou moins intéressés financièrement par les affaires économiques en cours,

  • etc.

-> Face à l'appauvrissement délibéré d'une frange de plus en plus importante de la population,

-> Face au chantage permanent à l'emploi et au salaire,

-> Face au coup d'État permanent (caporalisation du parlement, censure de la discussion politique, surdité au discours des travailleurs, usage systématique de la force policière), etc.

Que reste-t-il aux Français d'en bas

pour exercer leur droit à la parole libre

et leur droit à la vie ?

Qui est l'otage de qui  ?