lundi 09 janvier

Le Roi et ses agents...

Le  roi d'Maubeuge est annoncé jeudi matin à Lille, pour présenter ses voeux aux fonctionnaires et aux acteurs de la réforme de l'État.

Quand on connaît le discours de fond de l'UMP et de la cour du Roi, cette annonce fait froid dans le dos ! En effet, que peut-on souhaiter à tous ces gens réunis devant le royal micro de jeudi ?

Que les acteurs de la réforme de l'État continue à faire du mal aux fonctionnaires ?
Que les fonctionnaires résistent sous les coups de la RGPP ?
Qu'il n'y ait plus de fonctionnaires (privatisation des services de l'État) ?
etc.

Allez ! Bonne année ;-(


Posté par brich59 à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 06 janvier

Un diplôme qui ne débouche pas sur un emploi...

Sarkozy_2« Un diplôme qui ne débouche pas sur un emploi ne mérite pas son nom de diplôme. C'est un mensonge de dire à des étudiants qui s'engagent dans certaines voies qu'ils auront un diplôme s'il ne débouche pas sur une place ». Voilà ce qu'a dit Sarkozy à l'adresse des personnels de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la recherche, ce jeudi 5 janvier. Il poursuit en affirmant qu'« il faut accepter de dire que la première mission de l'école, c'est de préparer à la vie active. Il faut rapprocher l'école et le monde du travail ».

Tout est dit.

Pourtant c'est tout faux ! Ou plutôt un tel discours - qui n'est pas propre à celui qui l'a tenu jeudi - induit trop facilement en erreurs. Regardons de plus près.

Ce qui est indiscutablement vrai, c'est que les seuls emplois créés par la grâce de la formation (et donc des diplômes auxquelles elle prépare) sont les emplois nécessités par le fonctionnement de ladite formation, emplois qui relèvent de l'enseignement et de l'ingénierie éducative en général.
Ce qui est également indiscutablement vrai, c'est que les emplois se créent quand il y a risques de production de richesse comme dirait le sage économiste.

À l'autre bout de la chaîne du raisonnement malin, il y a le constat que les jeunes diplômés trouvent plus facilement du boulot que les jeunes sans diplôme. On a ici un phénomène bien connu où ce qui est en jeu n'est pas le nombre d'accès à l'emploi mais la distribution des demandeurs d'emploi dans la file d'attente à la porte de l'insertion professionnelle. En d'autres termes la qualité de la formation et donc du diplôme qui sanctionne la formation n'a aucun effet sur la création d'emploi, juste sur les chances de tel ou tel jeune d'être devant les autres (ceux qui n'auraient pas le même diplôme) dans la file d'attente.

NouvObsSarkoSi l'on s'en tient à ce niveau du raisonnement, celui qui un jour lança "casse-toi, pauvre con !" à un quidam a bigrement raison - avec les journalistes (ci-contre, couverture retravaillée par mes soins d'une livraison récente du Nouvel Obs) qui font un marronnier de ces questions de relation entre formation et insertion - de tenir les propos qu'il tient.

Reste que, malgré la gente journalistique et malgré Sarkozy, un diplôme n'a jamais "donné" du travail. Si l'on veut employer les mots justes, on dira qu'un diplôme place plus ou moins bien son détenteur dans la file d'attente des demandeurs d'emploi - ce qui n'est pas du tout la même chose ! En d'autres termes, ça organise, hiérarchise la fameuse "armée de réserve"...

Et tous ces gens feraient bien d'utiliser les mots justes, car leur rhétorique  donne implicitement raison par exemple à ces étudiants de médecine qui arrachent les pages des bouquins de la bibliothèque universitaire pour être les seuls à en connaître le contenu et à pouvoir ainsi bien répondre aux questions pointues du concours qui leur permettra de passer en année supérieure voire d'accéder au diplôme convoité par trop de monde, etc. Une telle valorisation de la compétition et de la concurrence entre les jeunes justifie que certains en écrasent d'autres - et pour des raisons qui ne tiennent pas au diplôme en dernière analyse, mais bien à des raisons de type sociales et très matérielles hors d'atteinte des logorrhées de la méritocratie béâte.

Mais il est très clair que toute cette rhétorique fallacieuse (méritocratie et croyance dans l'idée que la formation ou le diplôme donne du travail) n'a qu'un objectif : justifier que les offreurs d'emploi aient la haute main sur l'éducatif (le fameux rapprochement dont on parle tant), mais en faisant payer aux contribuables l'adaptation de la main d'oeuvre à leurs desiderata trop souvent incohérents.


Posté par brich59 à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 02 janvier

SarkoRhétorique

captureLu dans la presse ce WE :

  • Sarkozy veut AGIR VITE sur la formation des chômeurs et la TVA sociale (Le Figaro) : encore un pléonasme, comme disaient les chinois.
  • Sarkozy rend hommage aux fonctionnaires (Libération - photo ci-contre) : encore un oxymore
    On remarquera que, quand il rend hommage aux fonctionnaires un dimanche, le chanoine de Latran a besoin de se confesser à Jésus genre Don Camillo style pardonnez-moi seigneur, mais je ne peux faire autrement : les élections !

Posté par brich59 à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 27 décembre

La religion à la poubelle ?

Reçu ce matin dans ma boîte aux lettres :

Rencontres musulmanes 100 % GRATUITE
de la part de "Sonia de eMuslim.fr"

----------------------------------------------------------


 
   
  
   width="517" height="571" border="0">
  
 
   
   Rencontres indiennes
   - Création site internet
   - Boutique Bollywood
  
  
  

désinscription : répondre  ce mail et dite stop

----------------------------------------------------------

Comme quoi la religion n'échappe pas au dévoyement les plus marchands !

Ce message va suivre le même destin que celui que l'UMP m'avait envoyé en 2007 : poubelle ! - et je tire la chasse tout de suite ;-)


 

Posté par brich59 à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 26 décembre

Un gouvernement à temps très partiel...

... pour cause de vacances ? Que nenni ! Tout juste pour animer la campagne électorale du non-encore-candidat-qui-sera-candidat, je veux parler du roi d'Maubeuge qui lance ses jeunes coursiers avant de se lancer soi-même...

figJe n'invente pas ! C'est pas mon genre ;-)

C'est dans le Sarkogaro, pardon le Figarkozy, vous savez le journal indépendant de droite ! En page 3 du quotidien papier de ce 26 décembre 2011, il est titré que les ministres préparent le terrain.

La journaliste indépendante responsable de cet article confondant, Anne Rovan, est ravie de nous montrer comment les jeux de pouvoirs entre petits amis du roi d'Maubeuge font la vie de ce gouvernement si proches des Français. Elle trouve ça normal la Rovan ! Elle trouve ça sensas ! Intertitre au hasard : Les jeunes pousses du gouvernement veulent croire qu'elles auront aussi leur place au soleil. Légende de photo, toujours au hasard : Laurent Wauquiez (Enseignement supérieur) et Nathalie Kosciusko-Morizet (Écologie) pourraient tirer leur épingle du jeu à l'occasion de la campagne. Car ils sont nombreux les prétendants épinglables ! Il y a même plusieurs cercles : d'abord le premier sinistre soi-même et le sinistre droit-dans-ses-bottes, puis le petit cercle composé de Benoist Apparu (Logement), Valérie Pécresse (Budget), Luc Chatel (Éducation), Nadine Morano (Apprentissage) et Thierry Mariani (Transports), puis on élargit à Nathalie Kosciusko-Morizet (Écologie), Xavier Bertrand (Travail), Éric Besson (Industrie), Laurent Wauquiez (Enseignement supérieur), Édouard Courtial (Français de l'étranger), David Douillet (Sports). Bref une écurie en ordre de bataille pour la grande victoire. Bataille entre eux aussi - du moins j'espère bien ! Et que le meilleur gagne (après le roi d'Maubeuge certes) !

Et les membres du gouvernement - ces agents de l'État de haut rang si bien rémunérés - sont si proches des Français que, du coup, ces derniers payent la facture de la campagne électorale du bon roi d'Maubeuge grâce à laquelle chacun d'eux risque d'avoir une parcelle de ce pouvoir - qui prive les Français ordinaires d'une place au soleil, car, pendant que se déploie cet affairisme personnalisé, la misère et le chômage gagnent du terrain dans la population...
Moralité : en 2002, on a été obligé de voter Chirac ; dix ans après, on est obligé de financer la campagne électorale de ce si bon roi d'Maubeuge et de son clan !
Bonne année 2012 et vive la République !



Posté par brich59 à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 21 décembre

Performances opérationnelles

lesechos-coverSuper ! Mais :

  • vu que nous sommes nombreux à avoir subi des retards significatifs (de quoi rater des correspondances, notamment)
  • vu qu'il est arrivé trop souvent de faire le (long) voyage debout parce que la même place avait été vendue à deux personnes
  • vu que ...

on dira que ce dividende est un impôt collectif déguisé, non ?

En tous cas, cela donne une drôle de définition pour ce que Les Échos appellent "traduction de très bonnes performances opérationnelles" !

lesechos-coverbC'est bien SNCF, continue comme ça ! Continue d'entuber le client, ça rapporte à la collectivité !

Le tout est de savoir ce que l'État (= notre bon roi d'Maubeuge) fera de cet argent...


 

Posté par brich59 à 09:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 20 décembre

L'apolitisme racontée au Figaro ;-)

Décidément, le principal élément de l'idéologie est l'idée selon laquelle le politique peut fonctionner sans idéologie, comme une technique froide et compétente ! François Brune, reviens ! Ils n'ont toujours pas compris ! Je ne rappelle pas l'ami Karl, parce que, là, j'aurai carrément droit au bûcher !

figLe Figaro de ce 20 décembre publie un article dont le titre fatalement m'interpelle : Face à la crise, la droite espagnole préfère le pragmatisme à l'idéologie ! On notera ici l'écart de titre entre la version figaro.fr (d'hier) et la version papier (d'aujourd'hui) : argument de la crise qui justifie tout, qui contextualise tout, etc.

Intéressant : la volonté de ne pas tomber dans je ne sais quel idéologisme est le fait d'une coalition politique au pouvoir. Est-ce à dire que pour que tienne la coalition, il faut mettre les questions de valeurs idéologiques sous le tapis (voyez le début du chapô) ? Ou bien est-ce à dire que lorsqu'on est "aux affaires", on a fini de rigoler, on passe aux choses sérieuses (faut pas confondre discours de campagne électorale et discours de gouvernement - même si apparemment la coalition droitière n'a pas été prolixe question promesses), on devient technique ?

Est-ce à dire que pour que tienne la coalition, il faut mettre les questions de valeurs idéologiques sous le tapis ?
De fait, l'article passe son temps à montrer comment s'est construite et comment tient ladite coalition... 

Ou bien est-ce à dire que lorsqu'on est "aux affaires", on devient technique pour raison de "pragmatisme" ? C'est bien ce que notre Figaro national présidentiel voudrait mettre en avant ! Je ne commente pas davantage, sauf pour relever que la page du quotidien sarkozien délivre moulte informations sur les "valeurs" (morales, i.e. religieuses) et autres options politiques qui sont bien des prises de position qui n'ont rien de techniques...

L'expression "bien gérer" est à elle seule problématique. Elle me rappelle ce que disait notre roi d'Maubeuge au début de son règne : "gouverner le pays comme on dirige une entreprise" ; et la crise sonne trop facilement comme un rappel à cette maxime. Sauf que "bien gérer" laisse un éventail de possibles dont les gouvernants se gardent bien d'étaler le large spectre... 

La minute de lucidité figarodroitière vient en fin d'article : Les proches de Mariano Rajoy se veulent pragmatiques, précisément. « Les marianistes sont plus intéressés par le pouvoir que par l'idéologie », conclut Palomo. Le pouvoir pour le pouvoir, n'est pas ce qui définit le tyran ?

Tristounet, non ?


Posté par brich59 à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 19 décembre

L'apolitisme racontée à ma fille

L'autre jour ma fille de quatorze ans lance la discussion sur les syndicats de parents d'élèves. Elle demande des éclaircissements sur la différence entre PEEP et FCPE. Elle sait que ses parents adhérent à la FCPE mais veut en savoir davantage, notamment comprendre ce que veut dire la mère d'une de ses copines quand elle prétend que la PEEP est apolitique - ce qui ne serait pas le cas de la FCEP.

J'éclate de rire, tout en lui assénant que les personnes qui se disent apolitiques sont en fait de droite.

Ma fille ouvre grand ses grands yeux : papa tu dis n'importe quoi !

Je me défends avec un raisonnement en plusieurs temps :

  1. à partir du moment où on se positionne sur le champ politique, on prend parti
  2. dire qu'on ne veut pas prendre parti est donc un mensonge parce que se dire apolitique, c'est déjà se positionner sur le champ politique (postulat que tout ce qui est social est politique)
  3. de fait, dire qu'on est apolitique revient à donner blanc seing à ceux qui ont le pouvoir, c'est-à-dire à les aider à maintenir voire accroître leur pouvoir (postulat spinoziste)
  4. dire qu'on est apolitique revient à dire qu'on souhaite que l'état des choses demeurent tel qu'il est et que les tendances d'évolution de cet état s'accentuent - ce qui est la définition du conservatisme
  5. le monde étant gouverné de fait par l'oligarchie financière qui assoiffe les peuples, dire qu'on est apolitique revient concrètement à dire qu'on souhaite que cet assoiffement se poursuive jusqu'à...
  6. et les gouvernements libéraux étant au service - ou plutôt à la solde - de cette oligarchie, dire qu'on est apolitique revient concrètement à se mettre à la merci de cette oligarchie sans moufter
  7. etc. 

Un autre raisonnement - que je n'ai pas proposé à ma fille qui semblait se satisfaire de ce que j'avais dit - était possible en partant de l'idée que l'apolitisme est une posture libérale, voire libertarienne, l'objectif à l'horizon de cette posture étant le moins d'État voire la disparition de l'État.

Mais, quel que soit le raisonnement qu'on emprunte, le bout du chemin est toujours le même : d'apolitiques, il n'y en a que de droite !


Posté par brich59 à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 16 décembre

Le bulletin de Luc

luc-chatelDans 20minutes Lille, le conseil de classe présente le bulletin trimestriel du jeune Luc :

Le jeune Luc fait preuve de qualités intellectuelles évidentes, mais ses compétences ne sont pas adaptées à la filière Education nationale. Le conseil décide de le réorienter dans une filière où ses qualités liées au commerce et au marketing seront valorisées.

Je trouve que le conseil est avisé et d'un réalisme fou !


Posté par brich59 à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

C'est quoi déjà le problème ...

liberation-cover

 

...

 

de la fédération

 

Pas de Calais

 

du PS ?

Posté par brich59 à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :