dimanche 31 octobre

Betty Friedan & Yvette Roudy

De fil en aiguille, ou plutôt de phrase en livre, je suis tombé sur l'ouvrage de Betty Friedan,  traduit par Yvette Roudy, dans l'édition de 2019 (La femme mystifiée, chez Belfond).
Écrite en 2018 par la traductrice et néanmoins ancienne ministre de François Mitterrand, la préface permet de suivre deux chemins :
- celui qui permit à Yvette Roudy de s'inscrire dans le féminisme, à partir de la traduction en 1964 de l'ouvrage que Betty Friedan avait publié en 1963 (The Feminine Mystique) ;
- celui du féminisme même, mouvement politique s'il en est, chemin qui tient son point de départ dans le socialisme et dont le tracé est pour le moins tortueux, n'épargnant pas les retours en arrière...
En avril 2018, Yvette Roudy peut écrire que "de toute évidence la « femme » n’en finit pas d’être « mystifiée ». Les féministes de demain ont encore de beaux jours devant elles. Nous comptons sur elles."

Posté par brich59 à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


vendredi 29 octobre

Rhétorique dialectique politique...

Qui a dit "La souveraineté n’a jamais été un gros mot, l’identité nationale non plus. On a besoin des nations pour combattre les nationalismes"?


Posté par brich59 à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 27 octobre

Josquin Desprez, dernière !

 

Comme vous en avertit le site de l'association La Chapelle des Flandres, le cycle consacré au 500ème anniversaire de la mort du grand maître franco-flamand, Josquin Desprez, s’achève à Roubaix, dans un programme coproduit par le Conservatoire de Roubaix :

arton383

  • Samedi 13 novembre, 17h, à la médiathèque La Grand Plage de Roubaix : conférence de Jacques Barbier, musicologue, conférence illustrée par l’ensemble vocal Métamorphoses dirigé par Juliette de Massy.
  • Dimanche 14 novembre, 15h30, en l'église Saint-Joseph de Roubaix (125 rue de France) : Lux aeterna, concert qui propose des extraits de deux messes du compositeur franco-flamand (mort à Condé-sur-l’Escaut en 1521) L’ami Baudichon et Malheur me bat, messes encadrées par la Déploration d’Ockeghem, de Josquin (1497), et la Déploration de Josquin Desprez de Maurice Bourbon (2005) et accompagnée par l’accordéoniste Bogdan Nesterenko ; pour l'occasion, l'ensemble vocal Cœli et Terra donnera de la voix, histoire de donner un coup de main à l'ensemble vocal professionnel Métamorphoses...

Ces deux événements cloturent l'aventure conduite par Maurice Bourbon depuis une quinzaine d'années, aventure qui a permis l'enregistrement de l'intégrale des messes de Josquin, aventure unique ! Les enregistrements (10 CD) sont disponibles chez votre disquaire habituel mais aussi auprès de l'association La Chapelle des Flandres ou des éditions L'Homme armé.


Domination...

 

Je ne voudrais sinon entendre comme il se peut faire que tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent quelquefois un tyran seul, qui n’a puissance que celle qu’ils lui donnent ; qui n’a pouvoir de leur nuire, sinon qu’ils ont pouvoir de l’endurer ; qui ne saurait leur faire mal aucun, sinon lorsqu’ils aiment mieux le souffrir que lui contredire.

Etienne de La Boétie, De la servitude volontaire ou le Contr'un
(écrit vers 154?, publié en français en 1576, ici éd. Bonnefon, 1922)

 

 

Le Mal est dans la chose même et le remède est violent. Il faut porter la cognée à la racine. Il faut faire connaître au peuple ses droits et l'engager à les revendiquer ; il faut lui mettre les armes à la main, se saisir dans tout le royaume des petits tyrans qui le tiennent opprimé, renverser l'édifice monstrueux de notre gouvernement, en établir un nouveau sur une base équitable. Les gens qui croient que le reste du genre humain est fait pour servir à leur bien-être n'approuveront pas sans doute ce remède, mais ce n'est pas eux qu'il faut consulter ; il s'agit de dédommager tout un peuple de l'injustice de ses oppresseurs.

Jean-Paul Marat, Les chaînes de l’esclavage
(1774, ici éd. 10/18 1992)

 

La question qui traverse l'œuvre [de Luc Boltanski] remonte au moins jusqu'à Étienne de La Boétie et se formule ainsi : "pourquoi les acteurs acceptent-ils l'existence factuelle d'inégalités alors que [...] il est très difficile de les justifier, même du point de vue d'une logique méritocratique ?".  (p.73) Ou pour le dire autrement :  " comment un petit nombre d'acteurs peut-il établir un pouvoir durable sur un grand nombre d'acteurs ? " (p.75). La réponse offerte par la sociologie pragmatique de la critique passe par le concept de domination.

Illán Hevia Gago Eikasia. Revista de Filosofía, no 87,‎ 2019, p. 387-393
à propos de l'édition espagnole de Luc Boltanski, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, 2009 [De la crítica. Compendio de sociología de la emancipación, 2014]

 

 

 

 


 

Posté par brich59 à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Quand l'État ment, effrontément

Violences policières : à Calais, Darmanin ment !

Interviewé par France 3 Hauts-de-France le 9 octobre 2021, le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré :

« […] Ce que je peux dire, c’est que malgré tous les procès d’intention qu’on fait aux forces de l’ordre, je constate que pas un policier et pas un gendarme sur la côte littoral n’a été poursuivi par la justice […] et j’aimerais qu’on les respecte et qu’on les soutienne plutôt qu’on les insulte surtout lorsque manifestement ce sont des mensonges […] »


Il répondait à une question concernant le dernier rapport de Human Rights Watch, Infliger la détresse. Le traitement dégradant des enfants et des adultes migrants dans le nord de la France qui met en évidence le harcèlement policier dont sont victimes les personnes migrantes dans le nord de la France.

Pour comprendre de quel côté est le mensonge, c'est sur le site du GISTI !


 

Posté par brich59 à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,