Marseille-73Elle n'est pourtant pas marseillaise, Dominique Manotti, mais on le croirait bien à lire deux de ses "romans noirs" dont le

dernier sorti : Marseille 73, publié en 2020 par les éditions Les Arènes (coll. "EquinoX") situe son action juste après Or noir, publié en 2015 chez Gallimard (coll. "Série noire") et réédité deux annèes plus tard dans la collection "Folio policier" (n°819).

Ces deux romans font partie d'une série qui met en scène un inspecteur, Théo Daquin. Cette série compte aussi :

  • Sombre Sentier (Seuil, 1995, repris dans la coll. "Points" en 1996)
  • À nos chevaux ! (Rivages, 1997, repris dans la coll. "Rivages/Noir" en 1999)
  • Kop (Rivages, 1998, repris dans la coll. "Rivages/Noir" en 2001)
  • Racket (Les Arènes, coll. "EquinoX", 2018 repris chez Gallimard, dans sa coll. "Folio policier" en 2019)

Moi qui ai littéralement avalé tous les Agatha Christie à la fin de mon adolescence mais qui n'ai plus jamais remis le nez dans le roman policier depuis, j'avoue que maintenant, après la lecture de Marseille 73 et Or noir, je n'ai qu'une envie : lire les quatre autres volumes de la série et plus si persistance de l'affinité !

Le grand intérêt de lire Dominique Manotti est d'abord le style, l'écriture. Sans fioriture. Droit devant. Mais avec une capacité de nous mettre dans la tête même des protagonistes. Époustouflant ! On aimerait avoir la disposition et le temps de lire le roman d'une seule traite, tant l'auteure nous tient en haleine d'un bout à l'autre, sans temps mort. De bonne haleine, bien sûr !

Le très grand intérêt de lire Dominique Manotti, c'est aussi que son intrigue s'inscrit dans l'histoire contemporaine, ou très récente. Pour les deux ouvrages que je viens de lire, on est à Marseille où sévissent le crime lié au marché du pétrole (Or noir) et l'atmosphère criminogène des suites de la guerre d'Algérie : dans Marseille 73, l'OAS, le SAC, les ministres Pasqua et Poniatowski font partie du décor... En bonne historienne, l'auteure nous trempe dans le bain économique, politique, social et judiciaire de l'époque.

Et, franchement, en ces temps d'aujourd'hui où le racisme voire le colonialisme se déclarent ouvertement en France et ailleurs, la lecture de Dominique Manotti recale bien les choses !