Xavier Delengaigne, Organiser sa veille sur Internet. Au-delà de Google... Outils et astuces pour le professionnel, Paris : Eyrolles, 320 pages
Le sommaire est ici

Sur la 4èmede couv. :

  • Définissez vos objectifs et mettez en place un plan de veille
  • Interrogez efficacement les divers moteurs de recherche et trouvez tous types de contenus (images, sons, vidéos, PDF, présentations...)
  • Explorez la blogosphère et les microblogs, surveillez l'actualité, pistez les experts et suivez les tendances du Web
  • Personnalisez votre recherche (Rollyo, Yahoo ! Pipes...) et filtrez les informations
  • Automatisez votre veille grâce aux flux RSS et aux agrégateurs (Netvibes, Google Reader...)
  • Apprenez à évaluer l'information
  • Classez et représentez visuellement vos trouvailles grâce au Mind Mapping
  • Organisez et partagez vos trouvailles grâce au Social Bookmarking (Diigo, Delicious...)
  • Diffusez votre veille sur un blog ou sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google+, Tumblr...)


Ce que j'en dis
Que dire d'un tel ouvrage, si ce n'est qu'il exacerbe et assouvit en même temps un phantasme excitant et douloureux, celui de tout documentaliste désargenté appelé à organiser une veille structurée ?
Son grand mérite est sûrement d'offrir un cheminement qui conduit des besoins aux outils, à l'inverse de cette satanée manie qui veut commencer par l'outil. Ceci dit, c'est bien une boîte à outils que propose Xavier Delengaigne, une boîte à outils pour se construire un process de veille à sa main et à moindre coût, une boîte à outils pédagogiquement structurée. L'ordre d'exposition est celui de la pratique professionnelle, de la préparation de la veille (première partie de l'ouvrage) à la diffusion de l'information (quatrième partie), en passant par la recherche sur le web (première partie), la collecte (deuxième partie), l'analyse, l’évaluation, le stockage et le traitement de l'information (troisième partie). Comme quoi la chaîne documentaire n'est pas si désuète que ça...

Malgré son sous-titre, ce livre est censé n'être pas destiné au professionnel de l'information et de la veille (p.VI), parce que, dit l'auteur, il est "déjà rodé" à la problématique de la veille et déjà équipé d'une méthodologie et d'un outillage élaborés. Je crois bien qu'ici, l'auteur s'illusionne quelque peu. Je peux témoigner que la compétence à la veille n'est pas vraiment la chose du monde documentaliste la mieux partagée. À preuve tous ces stages de formation à la veille, où le formateur constate que la définition de poste peut être handicapante de ce point de vue (je pense essentiellement ici aux professeurs-documentalistes), mais aussi que la floraison foisonnante et ininterrompue d'outils de toutes sortes peut faire l'objet d'une appréhension qui peut très vite devenir pathologique. Le travail de Xavier Delengaigne aura donc une vertu "curative", parce que les outils, nombreux mais chacun à sa place, sont présentés en toute simplicité pratique de façon à ce que la mise en main soit facilitée...
Ce livre n'est pas davantage censé être "une bible exhaustive des outils de veille disponibles en ligne" (p.VI). De toutes façons, l’exhaustivité ne saurait ici être de mise, parce qu'elle est tout simplement impossible. Si ce livre n'est pas la "bible exhaustive des outils de veille disponibles en ligne", au moins permettra-t-il au lecteur d'engager sa "veille au carré", sa veille2. Tel un bon ouvrier, le documentaliste se doit de prendre soin de ses outils.

Dans son avant-propos, l'auteur cite Jean-Yves Prax : "Apportez-moi l'information dont j'ai besoin au moment où j'en ai besoin". Il aurait pu citer notre père à tous, je veux dire Paul Otlet, quand, au début de son traité (1934, p.6), il déclinait les "buts de la Documentation"... C'est peut-être dire que la pratique de la veille est de tout temps inscrite dans la pratique documentaliste, et qu'elle constitue l'une des pratiques où la documentation montre ses tours plus pertinents et les plus efficaces. Quand, en 1999, la commission "métiers et qualifications" de l'ADBS travaillait à la définition des métiers de l'information et de la documentation, le veilleur apparaît comme une simple déclinaison du "documentaliste" : le rôle du "veilleur-documentaliste" y était d'"alimenter les décideurs d'une entreprise en informations sélectionnées et traitées en vue de les alerter sur l'évolution de l'environnement (technique, concurrentiel, économique, réglementaire, etc.) de l'entreprise et de les aider dans leurs prises de décision". Définition du documentaliste où l'on insiste à la fois sur l'objet de la vigilance et sur la finalité du travail, mais définition du documentaliste - ce qui donne un relief tout particulier au constat de la non préparation des documentalistes à la pratique de la veille.