"Si l'on a entendu l'Inspection générale EVS affirmer que le CDI était 'le cœur' de l'établissement, si Richard Descoings y voit son 'poumon', le décalage entre l'affichage et la réalité est insupportable, écrit le Sgen-CFDT dans un courrier adressé à la Dgesco du ministère de l'Éducation nationale, mercredi 23 septembre, afin de dénoncer la "politique insensée" menée envers les enseignants documentalistes.

Et le syndicat de pointer :

  • la diminution des effectifs (192 postes ouverts au concours pour quelque 800 postes vacants) ;
  • la GRH du Ministère et des Rectorats qui "casent" au CDI des enseignants disciplinaires en reconversion, en réadaptation ou en surnombre, ou qui y affectent des contractuels sans qualification, ni même envie d'être là
  • la méconnaissance foncière par les autorités des réalités du métier d'enseignant documentaliste

"Le CDI est encore trop souvent utilisé comme un lieu de simple gestion des flux d'élèves, une salle de permanence améliorée", écrit le syndicat, alors que "le documentaliste a un rôle essentiel dans le développement des connaissances et compétences" et qu'il "peut être un élément moteur pour que se mettent en place dans le projet d'établissement, des actions impliquant toute la communauté éducative".

À tout cela, j'ajouterai qu'à l'heure où le gouvernement, appuyé par les sénateurs, entend améliorer le dispositif d'information et d'orientation, voire promouvoir la mise en œuvre d'un véritable droit à l'information et à l'orientation, allant jusqu'à prévoir la nomination d'un délégué interministériel à l'information et l'orientation, il serait peut-être bon de compter les enseignants documentalistes des collèges et des lycées comme d'authentiques professionnels de l'information mobilisables dans un tel projet qu'il serait dommage de limiter à la simple coordination des trois grands opérateurs publics actuels de l'information-orientation (ONISEP, Centre Inffo et CIDJ) - coordination par ailleurs problématique en elle-même.

Mais déjà, dans le plan Orientation active du ministère, comme dans le livre vert de Martin Hirsch, les compétences documentalistes me semblent remarquablement sous-estimées, voire tout simplement ignorées.
Dommageable gaspillage de compétences !