vendredi 29 mai

Cœli et Terra aussi s'habille en EUROPE XXL

MsD62____12Cœli et Terra et Maurice Bourbon vous proposent un concert organisé dans le cadre d'Europe XXL, ce dimanche 7 juin à 17h30 à l'hospice Gantois de Lille.

Vous pourrez entendre :

  • Ah ! Morior ! de Guillaume Bouzignac (fin 16°-1643)
  • Tristitia vestra et Panis angelicus d'Henry Du Mont (1610-1684)
  • Da Jakob vollendet hatte de Johann-Herrmann Schein (1586-1630)
  • Quatre Madrigaux de Claudio Monteverdi (1567-1643), extraits du livre III : Sovra tenere herbette, La giovinetta pianta, Rimanti in pace, Ond’ei di morte
  • Slava de Strokine (fin 19°)
  • Deux extraits des Vêpres de Sergei Rachmaninoff (1873-1943) : n°1 et n°6
  • Messe Ex Machina de Maurice Bourbon (comp.2006)

Venez nombreux : l'entrée est libre...


Posté par brich59 à 23:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 27 mai

Veille (stratégique) : quels outils gratuits pour la collecte de l'information ?

Toujours dans ma série Je suis fauché mais je veux être un superprofessionnel quand même !, je présente une communication à Champigny-sur-Marne (CRDP94), ce 27 mai 2009, en compagnie de Marie-France Blanquet, Jérôme Bertonèche et Richard Peirano (excusez du peu !)*.
La journée est consacrée à la veille en documentation scolaire.

L'intitulé de mon intervention est : Les étapes de la veille (stratégique) : quels outils gratuits pour la collecte de l'information ? (Les étapes du processus de la veille (stratégique) sont au nombre de quatre : 1.construire son tableau de veille, 2.collecter l'information, 3.la traiter l'information et 4.la diffuser. Une cinquième étape est l'évaluation du processus lui-même, étape qui, pour être supplémentaire, n'en est pas moins nécessaire, permettant un ajustement toujours plus précis. C'est la seconde étape qui fera l'objet de la présentation de quelques outils gratuits. Il ne s'agit pas d'un catalogue d'outils, mais bien d'une compréhension approfondie du processus permettant de mobiliser les bons outils au bon moment. Comment détecter les nouveautés sur les pages web ? Comment s'abonner judicieusement à des fils d'information ? Comment construire des fils d'information adaptés à nos besoins ? C'est à ce type de questions que nous essayerons d'apporter des réponses... La veille est conçue ici comme une activité technique, exigeante (compréhension de la stratégie, compétences d'analyse et d'écriture professionnelle) et individuelle (construction d'une boîte à outils personnelle et entretien de ces outils), sachant mobiliser à bon escient les gouttes d'eau de l'océan informationnel qu'alimentent les communautés professionnelles, régionales, nationales et internationales.)

La présentation est , accompagnée de quelques notes de commentaires pour le début. Pour celles et ceux qui ne peuvent lire le fichier PowerPoint, voici sa dégradation en pdf.

Richard Peirano rend compte de son intervention sur son blog [ajout du 5juin09].

* Jean-Louis Durpaire devait ouvrir la journée par une présentation du dernier rapport IGEN (EVS) & IGB, mais un contre-temps de dernière minute l'a empêché, bien malgré lui, d'honorer cet engagement. Ce sont Jean-Yves Langanay et Philippe Ampilhac qui ont présenté ce rapport...


Posté par brich59 à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 26 mai

Comment Sarkozy veut contrôler l'Internet

Terrifiant mais terriblement crédible, cet article que Guillaume Champeau a publié le 20 mai sur Numerama !

Je n'en dis pas davantage !

Article à lire toute affaire cessante...


Quand la calculette prend le pas sur la pensée...

S'il y avait un bibliothécaire de plus dans un établissement [scolaire] ça changerait quoi ?, demande Monsieur Darcos sur France2 (Mots croisés)...

Hum!!! Il fait semblant ou quoi ?
Mais on ne sait jamais : il faut vite prévenir Monsieur le Ministre qu'il n'y a pas de "bibliothécaire" dans les établissement scolaire et qu'il n'y a aucune raison qu'il y en ait, puisque les documentalistes (je pense qu'il voulait parler des documentalistes... ?) sont des professeurs, qui ont été intégrés dans la grande maison qu'il dirige après avoir  réussi un concours, qui s'appelle le CAPES...
Quelqu'un explique à Monsieur le Ministre ce qu'est le CAPES ? Il a affirmé "être passionné pour les questions d'école depuis toujours". Jusqu'à dire : "Je ne souhaite nullement m'intéresser à autre chose pour l'instant". Ouf ! On peut prendre le temps de lui expliquer...

Sérieux : ça cache quoi cette rhétorique de l'ignorance / rhétorique du déni ?


Posté par brich59 à 06:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 21 mai

Les a priori de la rhétorique

Hier, 20 mai, c'était l'anniversaire de mon voisin. On a trinqué dans le jardin, sous un soleil prometteur. On a discuté, bien évidemment, des études de nos bambins et bambines, du collège du quartier, du lycée du quartier, de l'école communale aussi où les enseignants ont du mal à interpréter avec des actions les décisions venus d'en haut...

Ce matin, en prenant mon petit déjeuner, j'entends (merci France Inter) que le roi d'Maubeuge est allé discuté dans un lycée de Massy Palaiseau et y a dit que :

  1. la réforme du lycée se fera
  2. elle doit être issue du bas (il dit exactement qu'elle ne doit pas être "plaquée du haut"), être le résultat d'un bouillonnement de tous (que chacun ait "le sentiment de s'exprimer", très exactement)
  3. "on part à zéro, c'est-à-dire sans a priori"

C'est là (reprise du blog mis en place par Richard Descoings)

On notera avec intérêt la nuance de l'expression "sentiment de s'exprimer" ! Comme si l'important était que les gens aient le sentiment de s'exprimer et non qu'ils s'expriment... Au moment où sort le rapport Apparu qui propose une réforme du lycée bien ficelée, la nuance n'est pas gratuite.

Que dire, d'autre part, de cette histoire de "sans a priori" ? Ca me rappelle un de mes responsables qui un jour voulut discuter sans tabou ni a priori. Il s'avéra par la suite qu'il y avait bien des tabous, et que "sans a priori" signifait seulement qu'il ne fallait rien expliciter des sous-entendus nécessaires à toute prise de position. C'est bien cela que nous ressert le roi d'Maubeuge : "sans a priori" veut dire, je pense, qu'il est hors de question de prendre le temps de discuter des fondamentaux politiques (politique éducative s'entend, pas conflit entre partis politiques ou entre hommes de pouvoir...!) C'est en fait le coup du "pas d'politique" que les gens de droite assène régulièrement au milieu des débats où l'on veut juste comprendre ce qui se dit, ce qui se trame... C'est le coup des "apolitiques de droite"... etc. Pauvres de nous !
Moi qui avais toujours pensé que pour comprendre, il fallait justement expliciter au maximum tous les a priori, sans tabou aucun !



mercredi 13 mai

Souscrivez ! C'est du Bourbon, c'est du bon !

Peut-être avez-vous suivi les aventures discographiques de La Chapelle des Flandres et soutenu la réalisation de ses enregistrements des Motets de Bach, des Madrigaux de Gesualdo, des Chansons roubaisiennes ou, plus récemment, des deux premiers volets de l'intégrale des Messes de Josquin Desprez par Métamorphoses. Merci de votre fidélité.
Peut-être découvrez-vous aujourd'hui les compositions (musicales) de Maurice Bourbon et des ensembles vocaux de La Chapelle des Flandres.

Anciens ou nouveaux amis, La Chapelle des Flandres sollicite votre soutien pour la réalisation de son prochain enregistrement : deux messes « franco-flamandes » composées par Maurice Bourbon. La Missa Ex machina, confiée à Cœli et Terra, est écrite sous le signe de la machine, rythmique, mélodique, harmonique, et nous donne, par l’obstination de ses mécanismes, la mesure, si l’on peut dire, de l’immensité.
La Messe Petits Z’Oiseaux (interprétée par Métamorphoses et « Biscantor ! ») est construite, comme souvent au XVème siècle, sur la base d’une chanson populaire. Les magnifiques thèmes de « Petits Oiseaux, qui mangez… » sont ici, comme chez Josquin et Bach, manipulés à l’extrême : par superposition, par symétrie, par inversion… Le chant de la mésange, du rossignol, du pipit des arbres, du coucou, du geai, du corbeau et d’oiseaux d’îles… imaginaires émaillent le grand lyrisme de l’Agnus Dei, la valse manouche du Patrem omnipotentem, la désolation du Qui tollis peccata mundi, la violence du Crucifixus, la fraîcheur printanière du Quoniam tu solus sanctus et la sérénité du Et incarnatus est. Venez rejoindre le plaisir du compositeur…

Votre soutien est le fondement même de la réalisation de cet enregistrement : une première mondiale attendue par de nombreux amis fidèles. Vous avez le choix entre deux formules, mais vous pouvez également utiliser les deux :

  • Être souscripteur. C’est très simple, il vous suffit de commander et régler maintenant le nombre de CDs que vous désirez. Vous recevrez vos CDs en avant-première, en septembre 2009.

  • Être mécène plutôt que simple souscripteur d'1 CD pour 20€. Nous vous proposons de devenir mécène de ce nouvel enregistrement pour 100€. Vous pourrez déduire 66€ sur vos impôts et recevrez 1 CD d'une valeur de 20€. Ainsi, ce qui ne vous coûte finalement que 34€ vous rapporte 1 CD d'une valeur de 20€ et vous permet de soutenir le projet à hauteur de 100€ !

Vous pouvez également, si vous le souhaitez, être mécène à un niveau financier plus élevé. Vous bénéficierez d'une déduction fiscale de 66% du montant de votre don et recevrez 1 CD (la loi sur le mécénat des particuliers limite les contreparties matérielles à la valeur d'1 CD). Pour être mécène, il vous suffit simplement de remplir le bulletin-mécénat ci-joint en y indiquant le montant de votre don. En retour, nous vous adresserons dans quelques semaines un reçu fiscal qui vous permettra de déduire 66% de votre don sur votre impôt 2009.
Bien sûr, la simple souscription est toujours bienvenue.

Le bulletin de mécénat/souscription est .
Faites-en très bon usage et n'hésitez pas à le communiquer à vos ami(e)s.
Merci !


lundi 11 mai

Les titres du Monde

Décidément Le Monde ne tourne plus rond ! Voici les titres du jour tels qu'envoyés ce jour aux lecteurs abonnés à la newsletter de 17h :

LeMonde

On appréciera le : Européennes : finalement, Bernard Kouchner votera UMP. Le débat sur les intentions de vote de M. Kouchner ne tarissait pas, lundi, jusqu'à ce que le ministre lève l'insoutenable suspense. Insoutenable, sûrement ! Mais pour qui ? C'était évident qu'il allait se ranger sous la bannière sarkozienne : les traîtres ont leur fierté, non ?

Deuxième choc : la danse du traitre et les problèmes de consommation de drogue dans les milieux sportifs (mens sana in corpore sano qu'ils disaient !) passent avant la politique française de l'immigration et avant la question des droits de l'homme. Question de priorité, sans doute !

Suivent d'autres titres, visiblement (du point de vue de la mise en page, s'entend) de second ordre. Le premier d'entre eux est celui-ci : Christine Lagarde : "Je crois à une reprise graduelle". Si ce que prétend la Marilyn-qui-n'aime-pas-la-France-qui-pense [cf. sa déclaration du 10 juillet 2007] est aussi fondé en vérité et en bonne foi que ce que prétendait la ministre de l'économie fin 2008, il y aurait vraiment de quoi reporter ce titre en fin de liste.


Posté par brich59 à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 10 mai

anniversaires et bilans

Deux ans ! Deux ans que le roi d'Maubeuge s'est installé au château ! Plein de Français sont prêts à faire le bilan de ces deux années perdues pour la société solidaire. Mais lui, le roi d'Maubeuge clame haut et fort qu'"aujourd'hui, l'heure n'est pas aux bilans, l'heure est à l'action". C'était mardi dernier à Nîmes - ce qui ne l'empêche pas par ailleurs de plaider sa cause en avançant les termes d'un bilan très partisan de son action, de ces actions, de sa fuite en avant vers l'action toujours plus action...
Bref, voilà un homme, sûr de lui, sûr de son fait comme on dit, qui ne veut pas qu'on lui souhaite son anniversaire. Bon d'accord ! Il s'est arrangé pour qu'on le fête sans lui, une ministre se prenant à l'occasion pour Marilyn... C'est qu'on l'aime ce petit roi si actif et si modeste ! 

Ce n'est pas comme la Ligue tunisienne pour la défense des droits de l'Homme (LTDH) qui avait projeté de célébrer publiquement son trente-deuxième anniversaire avant-hier, vendredi 8 mai - ce que le président tunisien l'a empêché de faire [dépêche de l'Associated Press]. C'est vrai que cette manie des anniversaires est difficile à supporter pour tous ces grands démocrates qui font tant pour leur peuple ! ramalenversC'est vrai quoi : notre bon roi d'Maubeuge n'avait-il pas déclaré, en avril 2008 alors qu'il était en visite officielle en Tunisie, n'avoir aucune leçon à donner en matière de droits de l'homme au président Zine El Abidine Ben Ali ? Le bilan de la situation des droits de l'homme est ainsi très vite fait !

Et Rama Yade, elle avait fait quoi pendant ce voyage d'avril 2008 ?
Et aujourd'hui elle réagit comment à ce qui se passe en Tunisie ?
On fait un bilan ?


Posté par brich59 à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 08 mai

Misère de la politique, politique de la misère

Un jeune adulte sur cinq est pauvre en France. C'est dans Le Monde du 6 mai. Un ménage sur deux vit avec moins de 2260 euros par mois. C'est dans Le Figaro du même jour. Le tout sur la base du document INSEE intitulé Inégalités de niveau de vie et mesures de la pauvreté en 2006 récemment publié mais utilisant donc des données 2006.

filetsOn comprend que tant de gens aient été pris dans les filets tendus, en 2006/2007, par l'UMP et son fringant et frétillant candidat à l'élection présiden­tielle ! Et qu'ils le regrettent aujourd'hui... Sauf qu'aujourd'hui le roi d'Maubeuge pourra toujours prétendre que c'est la faute à la crise : les mailles des nouveaux filets sont en train d'être fabriquées... Comme disait ce bon Charles de Secondat baron de la Brède et de Montesquieu (1689-1755), "dans une monarchie bien réglée, les sujets sont comme des poissons dans un grand filet, ils se croient libres et pourtant ils sont pris" (dans Mes pensées, posthume).


jeudi 07 mai

TF1 : la collection capillaire !

Décidément, les copains du roi d'Maubeuge font tout pour me plaire !

pommecroqu_eDernier événement en date : TF1 colporte sans sourciller les ragots les plus éculés sur la fonction documentaire à l'Éducation nationale, fondés sur ce que j'appelle tristement le péché originel de la documentation... Certes, il y eu un temps où il pouvait sembler aller de soi que les enseignants de collège et de lycée en difficulté relationnelle dans le "face à face pédagogique" pouvait valoriser leurs talents et surtout respirer un peu au centre de documentation. C'était le temps où la pratique documentaliste ne relevait d'aucune compétence énoncée explicitement ni valorisée institutionnellement. C'était avant la circulaire de mission de 1986 et surtout, un peu plus tard, avant la pratique du recrutement des documentalistes scolaires sur concours, sur un concours de même rang que les autres concours de recrutement des enseignants, des professeurs de disciplines, comme disent les documentalistes. Qui plus est, ce CAPES insiste, peut-être bien plus que les autres CAPES, sur la dimension pédagogique et sur la connaissance de l'institution éducative ! Bref, je vous conseille de voir et revoir l'enquête du 20 heures, quatre minutes de reportage sur les enseignants dépressifs ("Malades d'enseigner") que la chaîne du copain, que dis-je : du frère Martin a passé mardi dernier (il me semble : je ne suis pas un inconditionnel de TF1 et n'ai donc pas vu ce reportage moi-même à la télé...). Le reportage dure quelque quatre minutes et onze secondes et c'est dans les toutes dernières secondes que l'on entend que des profs "malades d'enseigner" vont, au sortir de l'établissement de soin, suivre une formation de documentalistes... C'est bel et bien la conclusion du reportage, c'est l'idée qui restera à jamais associée à l'état sanitaire des personnels enseignants... Quand on sait qu'un recteur d'académie peut aller jusqu'à ignorer que cela fait depuis vingt ans que la pratique documentaliste requiert, à l'Éducation nationale, de passer un concours de même rang que pour les disciplines traditionnelles, cela fait comme un choc qui nous fait tomber de dévalorisation en mépris. Ce mépris tout gouvernemental est passé chez TF1 comme par capillarité... par consubstantialité, si je puis me permettre cette métaphore théologienne.

Aujourd'hui, je lis dans Libé qu'un salarié de la maison télévisuelle de frère Martin se fait lourder parce qu'il n'est pas dans la ligne stratégique de sa boîte, laquelle est, en l'occurrence, la ligne stratégique du gouvernement, à savoir tout faire pour valoriser le projet de loi dit Hadopi. Je résume en reprenant le chapeau de Libé :pomme2_croquee Un cadre de TF1 hostile à la loi Hadopi a écrit à sa députée, Françoise de Panafieu. Qui a fait suivre à la ministre de la Culture. Qui a transmis à la chaîne. Qui l’a licencié.

Édifiant, non, cette capillarité entre frère Martin et la cour du roi d'Maubeuge ?

C'est quoi l'histoire du péché originel, déjà ?