bertrand_3..., c'est ce qu'a fait le secrétaire général de l'UMP hier soir en duplex depuis Bruxelles au cours de l'émission animée par Arlette Chabot, alors qu'il échangeait avec Martine Aubry. Pour amoindrir l'impact politique de la foule manifestant hier, il lance la géniale idée que, face à celles et ceux qui tiennent banderoles dans la rue, il y a cette majorité silencieuse qui a travaillé et donc mérité de la patrie...

Majorité silencieuse !
Voilà une de ces expressions qui me ravissent !
Voilà une de ces expressions comme je les aiment : aussi vides qu'il est possible !
Voilà une de ces expressions-interlopes, d'autant plus interlopes qu'elles sont creuses, c'est-à-dire propices à la cachette, et qui, du coup, fleurissent dans la logorrhée politique...

Parce que je pose la question : c'est quoi la majorité silencieuse ? C'est qui ?
Tous ces Français, fort nombreux et majoritaires dans le pays, qui, entre 1939 et 1945, par ce fameux pragmatisme si cher à notre gouvernement, ont "pactisés" avec l'occupant, ont accepté silencieusement le joug, voire ont "collaboré" (cf. la floraison des lettres anonymes de dénonciation pendant ces années troubles de notre histoire) ?
Tous ces allemands, fort majoritaires également, qui, au début des années trente, ont laissé s'installer l'une des dictatures les plus meurtrières de l'histoire européenne ? Etc.
La liste est longue des situations où le silence de la majorité est condamnable, où la majorité est coupable de se tenir dans le silence - coupable a posteriori, étant donné les conséquences de son silence, mais coupable a priori, étant donné les motivations de son silence...

En tout cas, sur ce sujet, je n'ai qu'une réplique et une seule :

Que celui qui parle au nom de la majorité silencieuse se taise, car, s'il parle en son nom, il la rend bavarde et elle n'existe plus !
Celui qui prétend parler au nom de la majorité silencieuse
tue la majorité silencieuse !

En fait, la majorité silencieuse est de l'ordre du désir (dont la mort répond à l'assouvissement), désir de celui qui veut prendre le pouvoir, désir de tyran... Invoquer la majorité silencieuse pour inviter à penser qu'on a raison est un acte de la tyrannie ordinaire.

Du point de vue informationnel, c'est ni plus ni moins de la manipulation de l'opinion. Et de la plus belle espèce ! En effet, ceux qui n'ont rien dit doivent accepter ce qu'on leur prête comme discours - sans quoi ils ne font plus partie de la majorité silencieuse. Bref,

celui qui prétend savoir ce que pense la majorité silencieuse
est un mage
 !
Ou un charlatan !

La seule façon d'empêcher cette sophistique politique trop simple et trop efficace est de ne plus se taire. C'est aujourd'hui plus que jamais un impératif.