Je me suis fait incendier, samedi matin très très tôt, par un certain Éric que je ne connais pas, suite à mon billet de vendredi "statistique et rhétorique". Voici une partie de son propos : "Tu m'as l'air d'être frustré..... ou tout simplement le bon francais [sic] qui n'est jamais d'accord avec rien, qui croit être le seul à avoir les bonnes réponses." Et de me traiter de "psychopathe du web"...

En effet, il y a une bonne nouvelle, annoncée avec trompettes et tambours par Madame Lagarde notre ministre, et voilà-t-y pas que je raconte des trucs bizarres, juste pour saper le moral des troupes ! Je pense que je mérite le peloton d'exécution pour incitation à la rébellion ! Ou l'internement d'office pour déséquilibre mental moral ! Non ?

En fait, cher Éric que je ne connais pas (je ne vous tutoie donc pas, car nous n'avons pas garder...), je suis un joyeux drille, quelques fois façon Droopy c'est vrai, mais un joyeux drille tout de même. Je crois en l'avenir, celui de mes enfants, et je me bats chaque fois que je peux pour "désassombrir" le ciel à l'horizon de leurs vies. J'aime l'art et la justice, la vérité et le partage, taratata... En tout cas, la frustration n'est pas dans mon attirail psychoperso.

Mais, cher Éric, plutôt que d'en être immédiatement à l'insulte, n'aviez-vous quelque argument à opposer à mon raisonnement, pour montrer, avec des mots calmes et justes, que j'avais tort ? Pourquoi une telle violence contre des mots ? Je vous ferai remarquer que traiter les autres de "malades" parce qu'ils ne pensent pas comme vous ou simplement vous contredisent est une pratique relativement caractéristique de la tyrannie, du fascisme... Quel eugénisme avez-vous en tête ?

Bref, pardon cher Éric, mais je ne publie pas votre "commentaire"... pour ne pas saper le moral des français (le 'c' avec une cédille SVP! Non pas que je sois patriote : je respecte la langue, c'est tout!) qui croient en la possibilité de la vérité du langage politique !


Message à l'attention des autres qu'Éric : l'adresse électronique depuis laquelle ce cher Éric m'a adressé ses injures est une adresse bidon. Je lui ai répondu directement (texte du message ci-dessus) et le message m'est revenu illico presto...