Florence écrit

Voilà plusieurs billets qui mettent en avant ce shéma que je trouve assez peu lisible !
Mais l'essentiel n'est pas là :
La culture numèrique ne se résume pas à l'obtention on non d'un diplôme...heureusement d'ailleurs, sinon le web n'aurait jamais connu le développement qu'on lui connait !

C'est vrai que la lisibilité de ce schéma n'est pas immédiate! En fait, il faut le comprendre en deux temps.

  1. Tout d'abord, la partie haute du schéma (partie descendante) tente de comprendre ce qu'on entend par "culture numérique", à grands traits. J'ai toujours été effrayé par la propension de nombre d'entre nous à proférer des mots ou des expressions, tout en faisant comme si leur signification allait de soi. Quand je dis signification, je veux dire ce à quoi concrètement les mots ou expressions renvoient. Pour lutter contre la tentation de faire de la "culture numérique" un fourre-tout trop commode, la partie descendante du schéma, donc, tente de pointer les différents éléments qui la constituent.

  2. Ensuite la partie basse du schéma (partie montante) reprend les éléments des différents référentiels de certification de compétences prétendument liées à la "culture numérique" (B2i, etc.) et tentent de les connecter aux éléments de la culture numérique...

Bien sûr, ce schéma, dans sa globalité, ne prétend pas limiter la question de la culture numérique à un problème de diplôme. Il n'a jamais été question de cela. Seulement le schéma fait partie des éléments d'une réflexion conduite au sein d'un organisme public de formation. La globalité du schéma se comprend dans cette utilité-là, pas de façon absolue pour caractériser la culture numérique - dont la nature et l'identité pose justement question...
Ceci dit, Florence a raison : la "certificabilité" de la culture numérique pose toute une série de questions, non seulement en termes de "contenu", mais peut-être surtout en termes de comportements sociaux notamment.