Ce soir, des enfants des collèges de Lambersart étaient reçus par Monsieur le Député-Vice Président de l'Assemblée nationale-Maire-Vice Président de la Communauté Urbaine de Lille-ancien ministre etc. Il s'agissait des collégiens élus délégués de classe par leurs condisciples.

Intéressant début de soirée. Une brochette de quinquas et de sexas sur une estrade dans un hall de bâtiment public faisant causette avec un parterre de soixante-dix enfants accompagnés de leurs parents. Enfin, c'est surtout Monsieur le Député-Vice Président de l'Assemblée nationale-Maire-Vice Président de la Communauté Urbaine de Lille-ancien ministre etc. qui a parlé !
Il a beaucoup parlé de lui et ... de lui. Par exemple pour dire qu'il se trouve des points communs avec Obélix (il est tombé dans la politique quand il était petit etc.) ; pour leur expliquer comment il est devenu élu ; tout en leur apprenant qu'il était patron d'une boîte de recrutement ; qu'il a été ministre et que ça compte dans la vie d'un homme ; qu'il connaît bien le Roi d'Maubeuge ; mais pour dire qu'il a aussi des points communs avec les petits qui sont devant lui et qui le regarde : il a été délégué de classe, en 1968, alors qu'il avait quatorze ans et qu'il était en seconde [sic]. Bref, il s'est épanché sur la fonction élective devant les jeunes élus de sa commune.

Quand on est élu, dit-il, on s'occupe des autres, on manage les autres, on sert d'intermédiaire... Quand on est élu, poursuit-il, on fait plus que les autres au service des autres. Quand on est élu, continue-t-il, on agit au nom de ceux qui vous ont élu... Mais, martelle-t-il, il faut rendre des comptes, notamment de l'utilisation de l'argent public. Ce qui me fait immanquablement penser à l'argent lambersartois dépensé pour organiser un "forum des métiers" tout riquiqui d'une journée, alors même que le Conseil régional met en place avec moult partenaires un grand "salon des métiers" ouvert quatre jours durant. De l'argent lambersartois dépensé pour quoi ? Pour rien ? Pour faire plaisir à Monsieur ? Questions...

Vers la fin du discours, notre tribun se fend d'un triple conseil aux jeunes élus : pour être un bon élu, il convient

  • de savoir rendre compte
  • de savoir faire équipe (le maire et ses adjoints, les délégués de classe entre eux, etc.)
  • de savoir écouter.

Fort bien ! Mais sais-tu, fidèle lecteur, la finalité que notre Obélix lambersartois assigne à l'écoute ?
Un élu doit écouter ses électeurs, sinon il n'est pas ré-élu !

Belle leçon de politique, en vérité !

Remarque ! On aurait pu avoir pire : il aurait pu leur parler de la fidélité en politique !