Il est quand même formidable, ce petit homme hargneux et tendu qui se présente au suffrage "universel" : il a une façon de parler telle qu'il faut, pour comprendre la richesse de la réalité de son discours, inverser ce qu'il prétend dire. J'avais déjà relevé son goût immodéré pour l'oxymore, dès décembre dernier. Je ne m'étais pas trompé !

Sauf qu'il ajoute un cran : en décembre je notais comment il décrivait sa propre action, sa propre pensée par oxymore. Aujourd'hui, c'est la réalité tout court qu'il décrit sur ce mode. Par exemple quand il dénonce le "front commun des haines" que cherchent, selon lui, à constituer la gauche et l'extrême gauche contre sa personne à l'approche du second tour de l'élection présidentielle (Le Monde de ce soir). Moi je le trouve culotté de parler ainsi, lui qui lêche si goulûment les thématiques de F-Haine ! Au passage on remarquera qu'il focalise tout sur sa personne, ne mettant aucunement en cause (c'est-à-dire en débat) les idées qu'il avance - ce qui est très caractéristique des paranoïaques, maladie commune des tyrans...

Bref, il faut traduire le sarkozy, langage qui parle à l'envers du langage ordinaire, à l'envers du langage que vous et moi parlons au quotidien... Si nous ne voulons pas être les victimes abusées voire consentantes de la schizophrénie collective qu'il nous impose, il ne faut pas tarder à sous-titrer publiquement tous ses discours. Sinon, le rêve du petit homme hargneux et tendu qui se présente au suffrage "universel" va devenir le cauchemar des Français et des Autres.