060323_moyAinsi notre premier ministre veut bien "engager toutes les discussions nécessaires" avec les partenaires sociaux, mais "sans a priori" ! Le Monde l'écrit dans sa livraison datée d'aujourd'hui : "Devant les députés, le premier ministre a affirmé vouloir "avancer avec les partenaires sociaux sans a priori" ".

Et bien, moi, je le trouve gonflé mon premier ministre de réclamer qu'on discute sans a priori, alors que son idée de CPE est bien une idée a priori. Cette idée de CPE, en effet, repose sur un principe au sens fort du terme, une sorte d'archétype d'une pensée libérale idéologiquement très chargée et très marquée. Elle est a priori parce qu'elle n'a que faire d'être expimentée avant que d'être promulguée : elle fonctionne à merveille dans un certain type de rapports sociaux et cela suffit à la mettre en avant.
[PS. de 8h53 - Ce que confirme Nicolas collusionis rex, qui, réclamant dans Paris-Match d'aujourd'hui une "expérimentation", avoue qu'on est bien jusqu'à présent dans l'a priori le plus ferme ! Le seul problème dans cet aveu c'est qu'en même temps qu'il avoue l'apriorité, Nicolas collusionis rex évoque l'idée de "bonne foi" ! Aïe !]

Et puis notre demandeur de discussion sans a priori a beau jeu : c'est quoi le point de départ de tout ça ?
Parce que 'a priori' ça veut dire en quelque sorte "à partir du point de départ". Mais alors qui fixe le point de départ ? Qui assigne à tel ou tel cran de la discussion, à tel ou tel temps du fil des événements le statut de "point de départ", de "niveau premier" ?
Notre ministre considère bien sûr que c'est l'existence légale du CPE qui fait point de départ, alors que la majorité des citoyens remet en cause cette existence même et veut que la discussion démarre en deça, c'est-à-dire veut engager la discussion à ce point de départ qu'est la question de l'insertion professionnelle des moins de vingt-six ans, avant que toute décision soit prise !
Bref, comme trop souvent en politique, on cause on cause mais on ne s'est pas mis d'accord que ce sur quoi on parle ! Employant les mêmes mots, les protagonistes visent des réalités différentes. Ce qui fait notre joie en poésie, fait notre perte en politique ! Malheur de nous, êtres de paroles !

En fait, je conseillerais bien à mon premier ministre de travailler à l'explicitation de ses propres a priori, des a priori sur lesquels son idée de CPE est assise...
Peut-être un mauvais moment à passer, au début, mais, après, a posteriori, quel soulagement !