lemonde060322Selon le patron des députés UMP, il faut tenir, rapporte Le Monde daté d'aujourd'hui.
L'argument suprême est le suivant :

La rue ne peut pas aller contre la loi.

Voici donc la relève intellectuellement musclée et philosophiquement étayée du fameux "j'entends aussi ceux qui ne sont pas dans la rue" - qui avait l'inconvénient de metter l'accent sur d'éventuels problèmes d'audition du gouvernement...

Je me souviens encore de mon bon prof de philosophie en terminale au Lycée Henri Bergson (Paris, XIXe) - c'était en 1971/72, hier ! C'était Monsieur Rodier, petit-fils de Georges (auteur du recueil d'études de philosophie grecque de 1926), rédacteur occasionnel d'article pour ce journal qui berça mes années lycée-fac, je veux parler de Combat,  un superprof qui n'était pas loin de la retraite et qui a dû rejoindre le panthéon des professeurs philosophes depuis... C'est lui qui m'a appris cette incomparable qualité intellectuelle qui permet de toujours mettre en cause, de sans cesse questionner les certitudes les plus établies...

Je me souviens d'une discussion notamment où il nous avait magistralement fait comprendre qu'il pouvait y avoir un fossé, voire un conflit entre le légal et le légitime, que le légal pouvait très bien être complétement illégitime, etc.

Dommage que Monsieur Accoyer n'ait pas connu mon prof de philo ! Il ne dirait pas que le peuple rassemblé dans la rue ne peut contester ce que le corps législatif a établi dans l'enceinte trop étanche des cabinets de groupes parlementaires qui ne doivent leur place qu'au refus citoyen du fascisme à la française.
Dommage que Monsieur Accoyer n'ait pas connu mon prof de philo ! Il ne proférerait pas de telles inepsies !